Decision Maker

Agnès EVREN

Vice-présidente de la région Île-de-France en charge de l'éducation et de la culture Conseillère de Paris du 15ème arrondissement


Does Agnès EVREN have the power to decide or influence something you want to change? Start a petition to this decision maker.Start a petition
Closed
Petitioning Agnes Evren, Agnès EVREN

Pour le maintien de l'Ariam Ile-de-France. Soutient essentiel au partage de la culture.

Nous collectif d'usagers lançons cette pétition. D’après nos informations, ni l’Ariam, ni les autres partenaires institutionnels, en particulier la DRAC Ile-de-France, n’ont été informés des menaces de liquidation qui pesaient sur la structure. Cette annonce stupéfiante donne un coup d’arrêt brutal à un projet fort de 41 ans d’évolution et de réussites dans le domaine de l’enseignement, de l’éducation et des pratiques artistiques et culturelles. Par l’ensemble de ses rencontres et formations, l’Ariam était devenue le lieu unique de convergence de tous les professionnels et de valorisation de toutes les innovations pédagogiques, de toutes les esthétiques favorisant le développement des pratiques artistiques pour le plus grand nombre de Franciliens. Leur présence  aux côtés des acteurs territoriaux permettait l’évolution des politiques culturelles. C’est la fin d’un travail au service des élus, présidents d’associations, directeurs de structures, enseignants, animateurs. L’Ariam était, de plus, extrêmement investie dans la sécurisation des parcours professionnels des artistes et des pédagogues (conseils individuels, accompagnement et formation des candidats à la VAE, préparation aux concours de la fonction publique territoriale). Les professionnels de toute l’Ile-de-France qui pouvaient partager, valoriser et faire circuler leurs expériences et réussites sur leurs territoires n’auront plus de lieu de référence et de ressources. Il serait légitime que l'Ariam ai les moyens de continuer à accompagner les collectivités territoriales, les professionnels, les structures et les réseaux qui sont engagés pour que l’art occupe une place fondamentale dans le développement de la société et de l’individu. Aujourd’hui l’exécutif régional a décidé, d’un trait de plume, qu’il n’y aura plus d’Ariam en Ile-de-France.    

Didier ROBIN
9,515 supporters
Closed
Petitioning Agnès EVREN, Valérie Pécresse

NON À LA DISPARITION DU FESTIVAL D’ILE DE FRANCE !

Le Festival d’Ile de France est aujourd’hui menacé de disparition suite à l’annonce par le Conseil Régional d’Île-de-France, principal soutien financier de la manifestation, de baisser sa subvention de 68 %, et ce dès 2017. Cette décision apparaît brutale et incompréhensible notamment au regard des objectifs affichés par la Présidente de la Région Île-de-France qui souhaite mettre au cœur de son action l’irrigation territoriale, le soutien à la création, l’éducation artistique et culturelle, et la valorisation du patrimoine, et annonce vouloir prendre en compte la “fragilité de l'écosystème” et effectuer les changements progressivement.   Le festival a en effet su développer depuis quarante ans un savoir-faire unique au service des Franciliens, des équipes artistiques et du territoire régional, en développant sur l’ensemble de la région une programmation artistique ouverte et de grande qualité, en soutenant la création dans toutes les esthétiques musicales, en favorisant la découverte de l’histoire régionale et de son patrimoine, en agissant en partenariat étroit avec nombre d’acteurs du territoire (collectivités, structures culturelles, équipes artistiques, structures d’enseignement, associations...), notamment en milieu rural. Le Festival d’Ile de France, c’est chaque année 6 semaines de programmation musicale, une moyenne de 33 concerts dont la moitié de créations ou d’inédits, 500 artistes accueillis, 30 lieux du patrimoine investis dont la moitié en grande couronne, 19 500 spectateurs, 87% de remplissage, plus de 100 actions culturelles fédérant 4 000 participants, plus de 1 600 partenaires sur le territoire, une équipe de 8 permanents et 80 intermittents et vacataires. En signant cette pétition, j’appelle la Région Île-de-France à revenir sur cette annonce et à ouvrir le dialogue pour assurer un avenir au Festival d’Ile de France !

Soutien au Festival d'Ile de France
4,939 supporters
Closed
Petitioning Professionnels du spectacles vivants

COUPES BUDGETAIRES: LETTRE DE SOUTIEN A ARCADI

PARIS LE 25 AVRIL 2016 Lettre de soutien à ARCADI Ile-de-France Alors que la Région Ile de France annonce un budget culture en apparence à la hausse pour 2016, ce sont en réalité l'ensemble des dispositifs de soutien aux arts vivants qui sont menacés avec une baisse globale de 7 % des aides à la création et la diffusion (-5 % les fabriques, - 7 % les permanences artistiques, -70 % le livre et la lecture). Pour ARCADI la baisse se chiffre à 600 000 € entrainant dès à présent 24 % de baisse des aides théâtres et l'annulation des aides aux projets d'Opéra de printemps. Nous avons tous d'une manière ou d'une autre pu bénéficier de l'expertise et du soutien d'ARCADI, qu'il soit financier, matériel ou humain. Cette institution a non seulement permis l'accomplissement de projets créatifs sur le territoire francilien mais elle permet aussi de tisser des liens, de créer des réseaux, de donner plus de sens et de force aux projets sur le territoire régional et aussi national. Nombreux sont les dispositifs et les rendez-vous auxquels ARCADI a pu nous convier. Nombreux sommes-nous aujourd'hui à pouvoir compter sur le personnel des différents services d'ARCADI pour le travail, le suivi, l'investissement, l'implication renouvelés à nos côtés pour chaque nouveau projet entrepris. À l'heure même où le dialogue est de plus en plus difficile entre les différents acteurs culturels, ARCADI est le seul qui parvient aujourd'hui à créer un véritable échange avec et entre les artistes du territoire francilien. Il semble donc primordial de pouvoir faire en sorte qu’une telle institution, garante de la vitalité et de l’exigence de la création contemporaine puisse continuer à accomplir ses missions (plateaux solidaires, dispositifs d'accompagnement, aides financières, temps de visibilité, ...). Missions ô combien nécessaires pour notre présent comme pour notre avenir à tous artistes, professionnels de la culture et publics confondus. PREMIERS SIGNATAIRES, des professionnels du spectacle vivant : Groupe Regards Croisés #1 ; Collectif Open Source ; Groupe Que faire ?; Compagnie Le Laabo, Compagnie Nagananda ; Simone et Compagnie ; Compagnie Théâtre Avide ; Compagnie Scena Nostra ; Collectif TDM ; Compagnie Nova ; Compagnie Le Don des Nues ; Compagnie Babel ; Collectif Impatience ; Compagnie Sans la nommer ; Compagnie Légendes Urbaines ; Collectif F71 ; Compagnie La Rive Ultérieure ; Compagnie OXYM ; Compagnie Le T.O.C. ; Compagnie Théâtre Déplié ; Compagnie À bout portant ; Compagnie Juste après ; Compagnie Légendes Urbaines ; La LOOP Compagnie ; Compagnie Themroc ; Compagnie Le Dahu ; Compagnie La Boîte Blanche ; Compagnie En Déliaison ; ktha compagnie ; Compagnie La Controverse ; Compagnie Hana San Studio;  Marie-Christine Mazzola ; Lucas Bonnifait ;Mathieu Huot ; Anne Astolfe ; David Farjon ; Stéphane Bertier ; Fanny Gayard ; Perrine Guffroy ; Catherine Groff ; Jonathan Heckel ; Sigrid Carré ;Cécile Fraisse-Bareille ; Virginie Hallot ; Perrine Mornay ; Julien Guyomard ; Sarah Gerber ; Margaux Eskenazi ; Delphine Prouteau ; « Yi-Ting » Hung ; Gaston Dubois ; Morgane Lory ; Elise Chatauret ; Linda Duskova ; Martin Tronquart ; Magali Murbach ; Gilles Geenen ; Mélanie Autier ; Stéphanie Farison, Emmanuelle Lafon ; Sara Louis ; Lucie Nicolas ; Lucie Valon ; Sabrina Baldassarra ; Stéphane Fratti ; Léandre Garcia-Lamolla ; Jane Joyet ; Clémence Kazémi ; Nicolas Kerszenbaum ; Max Potiron ; Florence Verney ; Olivia Sautereau ; Sylvian Bruchon ; Lara Marcou ; Mirabelle Rousseau ; Fanny Descazeaux ; Karima El Kharraze ; Carine Gualdaroni ; Siegfried "Ziggy" Mandacé ; Frédéric Fachena ; Clément Probst ; Muriel Barbotin ; David Farjon ; Hugo Layan ; Adrien Béal ; Marina Damestoy ; David Costé ; Maëlle Faucheur ; Emilie Paillard ; Marina Damestoy ; Cyril Hériard Dubreuil ; Ariane Bayani ; Pauline Tremblay ; Jeanne Videau ; Marie-Charlotte Biais ; Jérémie Scheidler ; Serge Cartellier ; Olivier Boréel ; Florent Trochel; Marie Piemontese

Que Faire?
645 supporters
Pour le maintien de l'Ariam Ile-de-France. Soutient essentiel au partage de la culture.

Chers Franciliens, La Région Ile-de-France a fait de la culture une de ses priorités. J’en veux pour preuve l’augmentation considérable du budget de la culture en hausse de 12 % depuis notre élection, et ce dans un contexte de baisses drastiques des dotations de l’Etat. Cette augmentation du budget s'est accompagnée d'une stratégie qui vise à rendre la culture accessible à tous et partout en Ile-de-France. Pour cela, nous avons décidé de concentrer nos moyens financiers sur les actions et les acteurs culturels de terrain plutôt que dans des frais de structures. Vous m’interrogez sur la situation plus particulière de l’ARIAM, dont la région va réinternaliser pour partie les missions. La formation des professeurs de conservatoire relève désormais des communes et de leurs groupements. A l’inverse des autres régions qui ont fermé leur ARIAM, la région Ile-de-France a tardé à se mettre en conformité avec ces nouvelles règles. Néanmoins, afin d’accompagner ce changement rendu inéluctable par la loi, je réunirai dans les prochains jours l’ensemble des directrices et des directeurs de conservatoires, puis l’ensemble des maires concernés, pour étudier les modalités d’un soutien direct de la Région aux conservatoires notamment sur le volet formation. J’ajoute que nous nous engagerons aux côté de l’Etat notamment en vue d’accompagner le développement du pôle d’enseignement supérieur de danse, de musique et de théâtre. Quant à la mission de location d’instruments rares, la région la réinternalisera afin de l’assurer directement. Elle travaillera en concertation avec les professionnels du secteur pour en définir les modalités et pour développer la pratique artistique, notamment auprès des publics lycéens. La région s’engage à ce que 100% des crédits jusque-là dédiés à l’ARIAM soient directement redistribués aux acteurs de la musique, de la danse et du théâtre afin de poursuivre le travail déjà engagé par la Région dans le domaine de l’éducation artistique et culturelle. Après avoir lancé en 2016 de nombreuses actions avec le FRAC, le Chœur Vittoria, l’Orchestre National d’Ile-de-France, le CNC et le Théâtre de la Ville, nous engagerons au total 1,4 millions d’euros en faveur de l’éducation artistique et culturelle en 2017. Nous accompagnerons aussi les jeunes musiciens à travers le Fonds Régional des Talents Emergents (Forté) qui sera doté dès cette année d’un million d’euros. Nous favoriserons le développement de cafés musicaux, mettrons en place une plateforme de crowdfunding baptisé « L’ile des chances » et organiserons un concours inter-lycées de musiques actuelles. Nous poursuivrons également la rénovation des salles de spectacle comme nous l’avons fait en 2016 pour promouvoir les projets artistiques. Le spectacle vivant ne sera pas en reste puisque plus d’1,4 million d’euros supplémentaires (soit + 8%) seront consacrés aux dispositifs de « Permanence Artistique et Culturelle », et de « Soutien au spectacle vivant ». Vous le voyez, la région Ile-de-France se donne pour ambition d’accompagner les collectivités territoriales, les professionnels, les structures et les réseaux qui œuvrent au service de la culture. C’était l’un de nos engagements de campagne et nous le tenons.

3 years ago
NON À LA DISPARITION DU FESTIVAL D’ILE DE FRANCE !

Chers Franciliens, Vous m’avez interpellée concernant le montant de la subvention régionale au Festival d’Ile-de-France et je tiens à vous apporter les éclairages suivants. Comme nous nous y sommes engagés, le budget alloué par la Région à la culture va augmenter de 20% d'ici la fin de la mandature. Malgré une baisse drastique de la dotation de l’Etat en 2016, la culture est devenue, dès cette année, une priorité régionale avec un budget en hausse de 6,7%. Cette augmentation du budget en faveur de la culture s'est accompagnée d'une stratégie que nous avons présentée en septembre dernier et qui s’articule autour de trois axes : inclusion, itinérance et création. Car il ne s'agit pas de faire aujourd'hui, la même politique qu'hier. Notre objectif est de rendre la culture accessible à tous, au cœur de tous les territoires, et non de la cantonner à l’intérieur du périphérique. La concrétisation de cette ambitieuse politique culturelle passe aussi par une réorientation d’un certain nombre des choix effectués par la précédente majorité, dont le soutien au Festival d’Ile-de-France. En contribuant à cette association à hauteur de 1 567 000 € chaque année, soit près de 80% de son budget total, la Région Ile-de-France s’expose à un risque juridique important. Les autres départements d’Ile-de-France et l’Etat se sont désengagés de ce Festival qui souffre à la fois d’un problème de notoriété et de public, celui-ci étant en grande partie composé de Parisiens. Dès lors si elle poursuivait ses subventions, la région risquerait de se voir condamner pour « gestion de fait » car le Festival pourrait être requalifié en « association transparente » sans autonomie réelle vis-à-vis de son unique financeur, en violation des règles des finances publiques. A cela s’ajoutent un calendrier de programmation non pertinent (à l’automne alors que l’offre culturelle francilienne est à son maximum) un modèle économique devenu obsolète (moins de 12% de recettes propres via la billetterie dont 25% de places gratuites) et un niveau trop élevé des frais généraux et des salaires qui représentent près de la moitié du budget de la structure (48 % du budget total). Le Festival a accueilli 19 130 spectateurs en 2016 (dont la grande majorité se trouvaient à Paris) pour 33 concerts, ce qui représente plus de 47 000 € de subvention régionale par concert ou 80 € par place. Des montants qui ne se retrouvent dans aucun autre festival ! Il ne s’agit pas ici de faire des économies sur la culture mais bien au contraire de donner plus de moyens, en direct, aux acteurs culturels qui diffusent la culture à tous les publics au lieu de subventionner des structures externes à la région dont les frais généraux représentent 50% du budget ! Le montant correspondant à la baisse de la contribution régionale au Festival d’Ile-de-France sera donc redistribué directement en faveur des acteurs du spectacle vivant. Dès l’été 2017, les Franciliens qui n’ont pas accès à la culture et qui ne partent pas en vacances, pourront bénéficier, dans leurs territoires, de la diffusion inédite de spectacles, ainsi que d’un Festival de cinéma en plein air dans les Iles-de-loisirs. Les Franciliens, en décembre 2015, ont fait le choix d’une nouvelle politique publique notamment en matière culturelle qui les touche près de chez eux, et qui donne priorité à l’accès des jeunes à la culture, mais aussi d’une meilleure utilisation de l’argent public. Et c’est précisément ce que nous mettons en œuvre aujourd’hui. Agnès Evren vice-présidente du Conseil régional d'Ile-de-France en charge de l'éducation et de la culture

3 years ago