Mineurs isolés étrangers : ne bottons pas en touche !

0 personas han firmado. ¡Ayuda a conseguir 500!


En douze ans, le nombre de mineurs isolés venus de l’étranger a été multiplié par dix (25000 prévus en France pour 2017) alors que dans le même temps les moyens attribués par l’état pour répondre à cette situation n’ont pas suivi : on estime qu’il faudrait les multiplier par trois. Doit-on pour cette raison diviser notre humanité par trois, accepter que des enfants, des jeunes en attente de régularisation ou même déboutés par l’Aide Sociale à l’Enfance, se retrouvent à la rue ? Doit-on accepter d’entendre les aveux d’impuissance de ceux qui ont, de par la loi, la responsabilité de respecter le droit, à savoir que l’état se doit de protéger tous les mineurs sur son territoire, de leur garantir un toit, une éducation, la santé, l’accès au savoir et au bien être ? Doit-on accepter de voir se multiplier les recours contre des jeunes qui, ayant fui le malheur ou la guerre chez eux, ne sont pas en mesure de produire devant la justice des papiers en règle ou même des preuves de leur bonne foi ?

A Poitiers-même, alors que beaucoup dépendent d’un magnifique élan solidaire de citoyens qui les hébergent, selon les bénévoles, nombreux, qui œuvrent pour aider à réunir des solutions d’urgence, ils seraient à ce jour au moins une vingtaine à dormir dans la rue, dans les espaces verts. Signataires de ce texte, nous nous reconnaissons responsables de cette situation et refusons de continuer à dégager en touche du côté de ceux qui ont la responsabilité légale de répondre à la loi sur les mineurs isolés étrangers. Nous disons qu’il faut, certes, exiger de l’état les moyens d’une politique digne, de l’ASE un fonctionnement irréprochable qui permette de faire face à la situation, mais nous refusons de renoncer à notre devoir d’humanité en laissant ceux qui ne sont pas pris en charge en danger, sans toit ni protection. Nous qui célébrons du passé les solidarités magnifiques qui ont traversé des périodes comme celle de l’occupation, allons-nous renoncer aux solidarités nécessaires d’aujourd’hui ?

Dans nos communes, nous nous engageons à trouver des solutions d’urgence pour loger ces mineurs, des moyens pour aider à les accompagner. Nous ne pouvons nous contenter de dire ce qui existe ou ce qui devrait exister : les faits nous montrent l’insuffisance de ces moyens et malheureusement les faits divers nous ont rappelé dernièrement ce que signifie parfois « rester à la porte du 115. » C’est maintenant qu’il faut répondre. Au moment même de signer.

Nous demandons également, et cela ne dispense aucun d’entre nous de traiter l’urgence, que s’assoient autour d’une même table, en présence de la préfète, l’ASE, le conseil départemental, les communes, la communauté urbaine, les associations, les bénévoles pour que des solutions pérennes et cohérentes puissent permettre d’envisager une sortie satisfaisante de cet état de fait.

 À l'initiative de "'Osons Poitiers" co-signé par :

Min' de rien



Hoy: Pascal cuenta con tu ayuda

Pascal C necesita tu ayuda con esta petición «Vienne (86) Mineurs isolés étrangers : ne bottons pas en touche !». Únete a Pascal y 442 personas que ya han firmado.