Garder la voie ferrée maritime de Granville est un atout d'avenir

Garder la voie ferrée maritime de Granville est un atout d'avenir

0 a signé. Prochain objectif : 1 000 !
Quand elle atteindra 1 000 signatures, cette pétition aura plus de chance d'être inscrite comme pétition recommandée !
Association pour la promotion des ports de Granville a lancé cette pétition adressée à Supporters des ports de Granville et à

Monsieur le Maire, n’arrachez pas la voie ferrée maritime de Granville.

Tous, nous pourrions le regretter dans un avenir pas si lointain.

Arracher la plateforme ferroviaire qui relie le port au réseau ferré national est un quadruple non-sens :

C’est un non-sens écologique car se priver de cette infrastructure, c’est se priver d’un moyen de desserrer à terme l’emprise des voitures sur la ville en installant des trams ou des tram-trains qui relieraient en outre le centre de Granville à Avranches, Pontorson, voire le Mont-Saint-Michel. La circulation de piétons, de vélos, de navettes et de trains est tout à fait possible sur l’emprise actuelle. Au dire de plusieurs experts, l’aménagement de cette voie douce peut se faire sans qu’il soit besoin d’arracher la voie ferrée, qui peut supporter le passage d’un train à 30 km/h.

C’est un non-sens programmatique car les esquisses des travaux montrent une logique déjà dépassée : on prévoit une voirie dessinée aux normes autoroutières, adaptée à des camions semi-remorques, alors qu’il s’agit de vélos, de poussettes et de piétons. Il est nécessaire, au contraire, de s’inscrire dans une nouvelle logique d’ensemble, à l’échelle du territoire granvillais, des déplacements et des transports à la fois plus soucieuse du climat et plus ouverte aux évolutions techniques futures.

C’est un non-sens économique car il est vrai qu’il rend le centre-ville de Granville plus amène, plus joli, profite aux Granvillais. Mais ce projet vise à l’évidence d’abord le tourisme. La situation actuelle montre bien toute la fragilité d’une économie basée sur cette seule activité. Au contraire, garder la possibilité d’une connexion ferroviaire sur l’ensemble du bassin de vie, c’est favoriser à terme la diversité et la solidité de l’économie du territoire granvillais.

C’est un non-sens financier car les travaux prévus sont semble-t-il de l’ordre de plus de 2 millions d’euros. On fait valoir que des subventions venant du Plan Vélo et Mobilités Actives abaisseront la charge financière de la ville. Sans doute, mais les budgets, que ce soient ceux de la ville, du Département ou du Plan vélo, proviennent tous et toujours des impôts et taxes payés par les contribuables. Comme il semble facile d’être généreux avec l’argent des autres !

Dessinons ensemble une voie douce au bénéfice de tous.

 

Association pour la promotion des ports de Granville,

Collectif citoyen de défense des lignes Paris-Granville, Caen-Tours et Caen-Rennes

0 a signé. Prochain objectif : 1 000 !
Quand elle atteindra 1 000 signatures, cette pétition aura plus de chance d'être inscrite comme pétition recommandée !