STOP PRECARIOUSNESS OF LANGUAGE TEACHERS AT THE EUROPEAN INSTITUTIONS (French below)

0 a signé. Allez jusqu'à 5 000 !


While the European Institutions promise to tackle precarious work, they do however allow unacceptable working conditions inside its walls. Over a hundred teachers are carrying out linguistic training of the Institutions’ staff, but a system of call for tender deteriorates their working conditions in the following ways:

. A demeaning maximum possible salary consists of 1151€ net per month for full time work (including numerous placement periods).

. The distribution of classes makes it impossible to obtain full time work, despite the offer of such at recruitment.

. The finalisation of class timetables happens too late to allow for supplementary work to be organised with other schools.

. There is no work guarantee (teachers are obliged to provide high quality work through steady evaluations but the ‘contract’ can be terminated in 48h, teachers can be financially penalized for an absence, and they are never sure of the number of teaching hours given in each working session).

. Teachers are required to have compulsory Belgian freelancers status, but without accompanying rights (the salary and placement periods are non-negotiable).

. There is unequal pay for equal work depending on the language taught.

. High recruitment requirements are placed on teachers (5 years of study, and many years of working experience) but they are not reflected in the salary and conditions offered.

In spite of numerous requests, the European Commission still refuses to hear the claims of the Collectif des Indépendants Formateurs de Langues (CIFL). We are agents of multilingualism, fundamental element of the European Union, and we deserve decent working conditions.

Please help us have our voice heard for better working conditions and salary, by signing this petition and by sharing it.

*************************************************************************

Alors que les Institutions européennes s’engagent à lutter contre la précarité des travailleurs, elles permettent des conditions inacceptables entre leurs murs. Plus d’une centaine de professeurs assurent la formation linguistique du personnel des institutions mais un système d’appel d’offres dégrade régulièrement leurs conditions de travail. Nous dénonçons :

. une rémunération indigne de 1151 euros net par mois pour un temps plein (incluant de nombreuses périodes de carence) ;

. une organisation des cours rendant quasiment impossible l'obtention d'un temps plein, malgré les promesses faites lors du recrutement ;

. des attributions de cours en dernière minute compliquant fortement la possibilité de travailler ailleurs ;

. aucune garantie de travail (rupture de contrat en 48h, pénalités financières dues en cas d’absence, nombre d’heures attribuées incertain pour chacune des 4 sessions annuelles mais obligation de haute performance soumise à évaluation régulière) ;

. un statut de travailleur indépendant belge obligatoire mais inadapté (rémunération et périodes non travaillées non négociables) ;

. à travail égal, un tarif horaire inégal selon la langue enseignée ;

. des exigences de recrutement élevées (5 années d’études et plusieurs années d’expérience) en inadéquation avec les conditions proposées.

Malgré de nombreuses sollicitations, la Commission européenne refuse d’entendre les revendications du Collectif des Indépendants Formateurs de Langues (CIFL). Nous sommes des acteurs du multilinguisme, valeur fondamentale de l’Union européenne, et nous méritons des conditions de travail décentes.

Si vous aussi vous trouvez indécent que les Institutions européennes s'engagent contre la précarité mais acceptent de telles conditions entre leurs murs, soutenez le CIFL ! Aidez-nous à faire entendre notre voix pour une revalorisation de nos conditions de travail et de rémunération ! Merci de signer cette pétition et de la partager !

 



CIFL compte sur vous aujourd'hui

CIFL COLLECTIF DES INDÉPENDANTS FORMATEURS DE LANGUES a besoin de votre aide pour sa pétition “STOP PRECARIOUSNESS OF LANGUAGE TEACHERS AT THE EUROPEAN INSTITUTIONS / STOP À LA PRÉCARITÉ DES FORMATEURS DE LANGUES AUX INSTITUTIONS EUROPÉENNES !”. Rejoignez CIFL et 4 027 signataires.