Adressée à Syndicats et 4 autres

Stop à la dispersion des manifestations

0

0 signature. Allez jusqu'à 5 000.

À travers cette pétition, nous proposons la tenue d'une table ronde permettant à tous les acteurs du mouvement social de s'entendre et proposer au plus vite une feuille de route unique et des actions communes...

----

Amis et camarades,

Comme vous, nous constatons que le programme de Macron n’épargne personne, des étudiants aux retraités, des jeunes bénéficiant de contrats aidés aux assurés sociaux, des chômeurs aux locataires, des salariés à toute la population. Ce ne sont pas des « réformes » mais une contre-révolution libérale.

De toute urgence, nous voulons avec vous lever les obstacles à la mobilisation :

  • d’un côté les mesures dévoilées chaque jour globalisent une offensive contre toutes et tous, de l’autre les dates de l'agenda de ripostes organisent leur dispersion.
  • d’un côté un besoin de résister et une aspiration unitaire s’expriment en de nombreux endroits, de l’autre des prévisions de cortèges et d’actions semblent s’ignorer, voire se concurrencer.

Nous ne nous pouvons pas nous permettre le luxe d'une défaite. L’offensive de Macron est bien trop dangereuse et touche à l’essentiel.

La manifestation du 12 septembre, formidable encouragement, appelle une suite à la hauteur.

Mais la suite, pour l’heure ?

  • le 21, journée interprofessionnelle avancée par la CGT ;
  • le 22, adoption des ordonnances Macron ;
  • le 23, manifestations de la France Insoumise et/ou de la CGT pour la paix ;
  • le 25, début de la grève à l’appel des Fédérations de Transport CGT et FO ;
  • le 26, journée nationale pour la défense des hôpitaux psychiatriques
  • le 28, les retraités puis le 10 octobre, la fonction publique, le 13 octobre, la métallurgie...

Les voilà bien, les raisons de notre appel !

Toutes et tous, nous devons nous mettre autour d’une table pour définir ensemble une feuille de route, un plan de luttes, de grèves, de manifestations et des revendications communes, qui, en plus du retrait des ordonnances, permettent d’associer toutes les catégories professionnelles, la jeunesse, les précaires, les chômeurs, les retraités.

Embauches massives, hausse importante des salaires, développement des services publics et de la Sécurité sociale, c’est sur cette base commune que toute la population peut être entraînée dans la lutte pour envoyer aux oubliettes les projets de Macron.

S’unir pour ne plus subir, tout bloquer pour gagner, ce message du Front Social, nous allons le porter lors des échéances déjà décidées : nous appelons à réussir la journée du 21 septembre, veille de l’adoption des ordonnances. Par les manifestations, les grèves, le 21 doit peser de toutes nos forces.

Le 23 septembre, le Front Social portera aux manifestants de la France Insoumise la proposition unitaire de la convergence des luttes pour gagner. Le 25 septembre, la grève des fédérations de Transports CGT et FO fait surgir le besoin de mouvements qui bloquent l’économie, autour desquels la solidarité de tous doit s’exprimer.

Ne nous dispersons pas ! Si le but est bien de construire un mouvement pour gagner, alors l’unité d’action doit l’emporter sur la dispersion qui conduit à la défaite. Tout est encore possible, et la bouffée d’oxygène du 12 septembre nous fonde à espérer l’élan unitaire de toutes et tous.

Soyons à la hauteur des enjeux, rencontrons-nous sans délai ni préalable. La résistance victorieuse au désastre social organisé par Macron est à ce prix, à la portée de toutes et tous.

S’unir pour ne plus subir - Front Social, le 12 septembre 2017

 

Cette pétition sera remise à:
  • Syndicats
  • Partis politiques
  • Front de luttes
  • associations
  • collectifs

Front SOCIAL a lancé cette pétition avec seulement une signature au départ et il y a maintenant 3 591 signataires. Lancez votre pétition pour créer le changement que vous souhaitez voir.




Front compte sur vous aujourd'hui

Front SOCIAL a besoin de votre aide pour sa pétition “Stop à la dispersion des manifestations”. Rejoignez Front et 3 590 signataires.