Soutenir le MO​.​CO. - écosystème réunissant Hôtel des collections, centre d'art et école

0 a signé. Prochain objectif : 1 500 !


Nous, Artistes, Acteur.trices du territoire,
Soutenons le MO.CO.

Nous avons lu et vu les déclarations de la Municipalité remettant en cause l'actuelle proposition du MO.CO. Le lancement d'un appel à projets en vue d'une nouvelle approche curatoriale et d'un autre rapport aux publics serait imminent.
C’est dans l’urgence qu’il convient de signer cette pétition et d’apporter son soutien aux curateurs.trices, médiateurs.trices ainsi qu’aux structures qu’ils.elles portent.

Que nous soyons artistes, avec une pratique émergente ou confirmée, reconnu.es ou non sur la scène nationale et internationale, acteur.trices du milieu de la culture et acteur.trices du territoire, salarié.es ou intervenant.es des centres d'art, commissaires d'exposition, critiques, enseignant.es et travailleur.euses de l'art dans son ensemble - nous sommes inquiet.es.
(see english version below)

----------------------------------------------------------------------------------------------


Le MO.CO., c’est l’entité qui fédère l’école des Beaux-arts ESBA, le centre d’art La Panacée, et l’Hôtel des collections, lieu de présentation de grandes collections d’art contemporain. En ce moment même, ce sont 4 expositions qui sont visibles présentant à la fois autant des artistes « locaux », à savoir des personnes formées ici ou qui ont décidé de travailler à Montpellier et alentours que des artistes vivant en France ou à l’étranger.

Le MO.CO. est un projet ambitieux que nous souhaitons soutenir pour plusieurs raisons :

- Montpellier est une ville parfaitement reconnue, avec Le Printemps des Comédiens et le CDN, le festival Montpellier Danse et le CCN, le festival Radio France et l’Opéra. Si la politique de rayonnement culturel est ancrée et soutenue dans ces champs disciplinaires, pourquoi serait-elle remise en question dans le secteur des arts plastiques, déjà si fragilisé ?

- L’Hôtel des Collections et La Panacée insufflent une dynamique en nous donnant à nous tous, artistes et publics locaux, l’opportunité de nous rencontrer et d’échanger ensemble autour de thématiques, sujets, travaux d'artistes qui traversent l'actualité de l'art contemporain et plus largement sociétale. Aux expositions sont associées dans la programmation, visites de médiation, projections de films, performances, conférences, qui nourrissent notre travail, notre imaginaire, nos créations et le débat avec le public. Aux côtés des autres structures régionales de diffusion en art contemporain, le MO.CO constitue désormais un élément essentiel de l'écosystème d'Occitanie et plus largement national.

- Le public local est au rendez-vous. Le MO.CO. est devenu aujourd’hui un des lieux d’art contemporain les plus visités en France. En multipliant les partenariats avec l’Université, les lieux de convivialité et de programmation culturelle comme la Halle Tropisme, le Rockstore, La Comédie du livre, pour n’en citer que quelques-uns, le MO.CO. a amplifié son offre pour toucher un éventail de publics de tout âge et condition. Ainsi les équipes sont pleinement investies dans une rencontre avec toutes les populations, avec un effort de médiation considérable.

- Les articles et diffusions relatives aux expositions offertes par le MO.CO. se multiplient. Notez que la quasi-totalité des publications commence par « C’est à Montpellier qu’il faut aller » : le projet génère une attractivité indéniable pour la ville, au même titre qu’Arles ou Marseille, ce qui fait vivre le secteur économique et culturel local.

- Outre la chance offerte à tous de voir des œuvres d’envergure ou rarissimes, le rayonnement qu’insuffle le MO.CO. a identifié Montpellier comme un point névralgique en générant d’autres projets : résidences d’artistes, fondations et accompagnements comme « Mécènes du Sud », et enfin l’inscription dans le réseau « Plein Sud » recommandant notre scène artistique comme destination d’intérêt aux visiteurs avertis et collectionneurs. Il s’inscrit dans l’offre culturelle actuelle (musées, frac, galeries…), en complétant ce qui existait déjà à l’échelle de la ville ou de la région et s’associe au travail de fond mené depuis des décennies par ces institutions par le développement d’autres missions.

- Enfin ne l’oublions pas, le MO.CO. soutient directement les artistes : en leur donnant des budgets de production pour créer, en leur offrant les moyens d’une visibilité et la possibilité de rencontrer des acteurs de la scène artistique (critiques, curateurs) ou des collectionneurs. Si tous les artistes régionaux n’ont pas encore pu être accompagnés, la dynamique est toutefois mise en place. Nous ne pouvons que soutenir l’ambition de créer des échanges entre scène locale, nationale et internationale dans ces allers-retours qui se font dans les deux sens.

- Le MO.CO., tel qu’il a été pensé par les équipes en place, existe depuis à peine 14 mois, et a fermé pendant 3 mois eu égard au confinement. Laissez-leur du temps ! Laissez-nous du temps ! Ne balayons pas d’un coup tout ce qui a été construit, ne supprimons pas ce qui constitue désormais un de nos pôles d’excellence.

Avec le projet de l’Hôtel des collections, La Panacée, et l’ESBA, nous artistes issus de tous les champs disciplinaires, acteurs et actrices, tous œuvrant à déployer la création contemporaine, soutenons le MO.CO.

----------------------------------------------------------------------------------------------

We, artists, art-lovers and supporters
Support MO.CO.

We, artists, art-lovers and supporters are alarmed by the statements and declarations made by Michaël Delafosse, recently elected Mayor of Montpellier, questioning the MO.CO. curatorial project and strategy to the public. The future of MO.CO. is being put at risk by the municipality’s decision to announce a call for new projects for MO.CO.’s spaces. The newly established institution connecting both local and international art scenes has become an asset to our city and region we don’t want to lose.
We must urgently support the curators, cultural mediators and all teams by signing this petition.
Emerging or established artists, individuals working locally or internationally in the cultural field and more, employees and occasional workers at contemporary art centres, curators, art critics, teachers and art workers as a whole -- we are alarmed and concerned.


MO.CO. brings together the École des Beaux-Arts (ESBA), the contemporary art centre, La Panacée, and the Hôtel des collections, a venue dedicated to exhibiting the most important public and private collections of contemporary art from around the world. At this very moment, MO.CO. has four exhibitions presenting both local artists, namely those who have studied or have decided to work in Montpellier and the surrounding area, as well as artists living in other parts of France or internationally.


MO.CO. is an ambitious project that we support for multiple reasons:

Montpellier is a well-known city that boasts Le Printemps des Comédiens, a Centre Dramatique National (CDN), Montpellier Danse (a world-renowned contemporary dance festival), a Centre Chorégraphique National (CCN), the Radio France festival and the Montpellier Opéra. If cultural support is strong and well-established across these different disciplines, why should it be challenged and questioned in the visual arts?

The Hôtel des collections and La Panacée bring a new energy by offering all of us – artists and the local public alike – the chance to meet, discuss and exchange ideas about art that are not only relevant in contemporary art but in wider society. Each exhibition is complemented by guided tours, film screenings, performances and talks that enrich and feed our imagination, and public debate. Alongside other regional contemporary art institutions, MO.CO. has become an essential element of both the local and national, ecosystems.

There is nothing elitist about MO.CO. It has become one of the most visited contemporary art institutions in France. By creating partnerships and collaborations with Université Paul-Valéry, as well as other cultural spaces, such as Halle Tropisme, Rockstore, the Comédie du livre, to name a few, MO.CO. has amplified its offer and reached audiences across all ages and backgrounds.

Lately, MO.CO.’s exhibitions have attracted more and more media interest, and almost all articles begin with the phrase, “Montpellier is the place to visit”. The project generates an undeniable allure for the city, which helps support the local economy and culture.

In addition to the opportunity, given to all, to see important and rare artworks, the influence that MO.CO. brings with it has turned Montpellier into a cultural hotspot by generating other projects: artist residencies, foundations and support structures, such as the Mécènes du Sud, as well as membership of the “Plein Sud” network, a mark of endorsement of our cultural scene as a destination of significant interest both for the general public and collectors. Thereby MO.CO. has inscribed itself into Montpellier’s existing cultural offer of museums, galleries and the Fond Régional d’Art Contemporain (FRAC) by complementing what already existed on the city and regional level, and has become a crucial partner in the fundamental work that has been carried out for decades by these institutions through the development of other projects.

Finally, lest we forget, MO.CO. directly supports artists by giving them production budgets to create new work, by offering them visibility and the chance to meet curators, art critics, collectors and other figures. While not all of the region’s artists have yet been able to be supported, the momentum is established and fully under way. We must support this ambition to create and open up two-way exchange and dialogue locally, nationally and internationally.

MO.CO., as it has been imagined and conceived by its team, has existed for barely 14 months, three months of that under lockdown. Give it time! Give us time! Let’s not sweep aside everything that has been built. Let’s not destroy what is now one our of our assets.

With the project of the Hôtel des collections, La Panacée and the École des Beaux-Arts, we – artists and individuals from all disciplines – all working to develop contemporary art and culture, give our support to MO.CO.

----------------------------------------------------------------------------------------------
-------

 

Marie Alart (réalisatrice), Geoffrey Badel (artiste), Sonia Bazantay (artiste), Emmanuelle Becquemin (artiste), Claire Billoud (vétérinaire), Guilhem Causse (artiste), Luigi Cherubino (directeur commercial), Camille Decitre (designer-architecte d’intérieur), Hugues Desbrousses (designer), Elodie Dupeux (responsable coordination technique), Thomas Dutter (artiste), Sophia Elmokhtar (artiste), Sackda Euahgpha (modéliste et art assistant), Vincent Fournerie (métallier), Laura Goslan (artiste), Suzanne Husky (artiste), Alexis Lautier (architecte), Liis Lilo (artiste), Emma Luciani (curatrice), Laurent Marc (responsable boutique homme), Cécile Matteuci (libraire), Stefania Meazza (historienne de l'art, enseignante à l'Institut supérieur des Arts de Toulouse), Lisa Nogara (danseuse), Émilie Perotto (artiste), Celia Picard (artiste), Laureen Picault (curatrice), Thomas Ovidio (artiste), Nina Roussière (artiste), Stéphanie Sagot (artiste), Jérôme Souillot (artiste), Hannes Schreckensberger (artiste), Pierre Talagrand (designer), Chloé Viton (artiste), Zahra Dérouazi (enseignante).

----------------------------------------------------------------------------------------------
-------