Urgences DOGON / DOGON EMERGENCY / Mali

0 a signé. Allez jusqu'à 5 000 !


Soutenez l’appel du Collectif URGENCES DOGON / Mali

SUPPORT the collective’s Appeal of DOGON EMERGENCY

English version below

Depuis un mois exécutions et intimidations perpétrées envers les Dogon par des groupes armées islamistes se multiplient dans le pays Dogon. Cette région située au centre du Mali est inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco, sous le nom de « Falaise de Bandiagara ». Grâce à son patrimoine culturel riche et varié, le pays Dogon était jusqu’en 2012, date de la crise malienne, la destination touristique la plus prisée du Mali. En moyenne, chaque année, 40 000 touristes la visitaient, et le secteur procurait une grande partie de revenus pour sa population. Conséquence de cette crise malienne, un sentiment d’insécurité s’est installé et a impacté durablement le secteur du tourisme.

Cependant malgré cette perte sèche de revenus, les Dogons ont fait preuve ces six dernières années d’une grande résilience. Car contrairement aux autres régions, le pays Dogon avait réussi à maintenir une relative paix entre communautés Dogon cultivateurs et Peulh éleveurs, et semblait échapper aux violences qui secouaient régulièrement les autres régions du Mali.

Or depuis quelques mois, une flambée de violences sans précédent secoue le pays Dogon qui se trouve aujourd’hui à son tour gangrené par des groupes armées islamistes. Au mois de mai, des matériels de labour et des greniers ont été saccagés, des stocks brulés, du cheptel volé ou tué et des villageois massacrés. L’Etat, ayant depuis longtemps déserté cette région et l’armée étant dans l’incapacité d’assurer leur sécurité, les populations des villages de - Kara(Ibi), Gorogonou (Ibi), Erouwan(Ibi), Bonron (neni), Boudingue(Neni), Sabel(Neni), Intemini(Ireli), Tasogo (Neni des centaines de villagéois ont été contraints de déserter leurs villages et leurs terres et d’aller se réfugier auprès d’autres villages de la falaise. Ainsi mi- mai on comptait déjà plus de 2167 déplacés sur la commune de Sangha.

Le Maire de Sangha M. Ali Inogho que nous avons reçu en France au mois de mars, a du répondre à l’urgence de cette situation humanitaire, en achetant 45 tonnes de riz pour nourrir d’urgence ces déplacés.

Or la commune de Sangha dispose de ressources limitées pour faire face seule au nombre de déplacés qui ne cessent d’augmenter puisque à la date du 25 mai, on comptait 500 villageois de plus. En outre cette situation va perdurer dans le temps, puisque non seulement, Il n'est même plus possible pour les villageois de se déplacer en toute sécurité dans la région, mais aussi de ne plus pouvoir se rendre sur leurs cultures, pour préparer la saison agricole qui commence dans les jours qui viennent. Or les Dogons sont des cultivateurs, et  la culture de la terre est un marqueur de leur identité. Par conséquent cette situation met tout simplement en péril directement la survie des Dogons dans cette région.

Aujourd’hui, devant l’ampleur de la catastrophe qui menace la survie des Dogons, Nous collectif Urgences DOGON relayons l’appel de détresse qui nous a été adressé par le Maire de sangha Ali Inogho Dolo avec des photos (ci-joint) qui témoignent de l’ampleur des dégâts. Urgences DOGON est constitué d’ONG et associations (L’anthropo-Détours, Afrik-DHPE, les Amis de Youga Na, Ensemble...). ou simples personnes physiques, engagées depuis de nombreuses sur le territoire Dogon afin d'en soutenir le développement économique et culturel, compte tenu de sa situation bien spécifique : faible accès à l'eau, enclavement géographique dans une zone rocailleuse et désertique avec sécheresses quasi continues, nécessité de faire vivre un patrimoine culturel exceptionnel (classé à l'Unesco), besoin des villageois en soutien scolaire pour l'éducation des enfants, besoin en soutien économique pour éviter un exode trop important qui a lui-même pour conséquence un appauvrissement économique.

A la demande du Maire de Sangha et de nos relais sur place, notre objectif est d’abord de :

 1.     Mobiliser les moyens financiers pour permettre au Maire de Sangha et du comité de pilotage local de procéder sur place à des achats de produits de base,  céréales, mil, riz, haricots,

2.     En second lieu, nous lançons également un cri d’alarme aux autorités maliennes et la Minusma pour qu’elles mettent fin à ses exactions en déployant d’urgence les moyens en matériel et ressources humaines pour sécuriser la région Dogon, afin que ces habitants ne vivent pas dans la terreur.

3.    Enfin le pays Dogon au Mali, abrite un patrimoine culturel exceptionnel (classé à l'Unesco), qui fait la fierté des maliens, considéré à juste titre comme un vecteur de promotion d’une culture de paix, de solidarité, de convivialité et de bienveillance. C’est pourquoi nous lançons un appel solennel au gouvernement malien comme à d’autres partie prenantes comme l’UNESCO et le gouvernement français de saisir l’opportunité de cette crise pour réactiver le projet de la Radio Toguna Echo de la falaise Pays Dogon- FM 95.2 qui contribuerait au dialogue interculturel intra et intercommunautaire et pour prévenir ces conflits mortifères.

https://www.facebook.com/Urgences-DOGON-210244516423412/

English petition

For the past month there has been an increase in executions and intimidations, perpetrated against Dogons by armed islamist groups. This region, the cliffs of Bandiagara, located in the middle of Mali, is registered on the world heritage list of the Unesco. Thanks to its rich and varied cultural heritage, Dogon country was, until 2012 (date of the Malian crisis), Mali’s most popular touristic destination. On average, about 40,000 yearly tourists used to visit this region, and tourism brought a large part of the local population’s income. As a consequence of the Malian crisis, an atmosphere of insecurity settled in and durably impacted tourism. 

Although the Dogons took on hefty financial losses, they have shown, for the past six years, an outstanding resilience. Unlike other regions, Dogon country had managed to maintain a relative peace between the farming Dogon communities and the herders Peulh, and seemed to avoid the violence that regularly shook other parts of Mali.

Nonetheless, for the past few months, an unprecedented wave of violence has been shaking Dogon country, which now finds itself alienated by armed islamist forces. In May, some farming tools and granaries were destroyed, stocks were burned, livestock were stolen or killed and villagers were massacred. The State, having long deserted this region, and the army, unable to insure their security, forced the populations of the Kara(Ibi), Gorogonou (Ibi), Erouwan(Ibi), Bonron (neni), Boudingue(Neni), Sabel(Neni), Intemini(Ireli), Tasogo (Neni) villages, to abandon their homes and their lands to take shelter in other villages of the cliff. This is how, by mid-May, there already were more then 2167 displaced people in the Sangha commune.

Sangha’s mayor, M. Ali Inogho, that we received in March, in France, had to answer this urgent humanitarian situation, by buying 45 kg of rice to urgently feed the displaced populations.

Nevertheless, the Sangha commune alone, only has limited resources to deal with the rising number of displaced persons. By the 25th May, we counted 500 more villagers. Moreover, this situation will last, because not only is it unsafe to travel in the region, but they cannot even go down to their farmlands to start preparing for the agricultural season that starts in the following days. And yet the Dogons are farmers, and land farming is a marker of their identity. Therefore, this situation directly impacts the Dogons’ ability to survive in this region.

Today, seeing the magnitude of the catastrophe that threatens the survival of the Dogons, we, the Urgences DOGON collective, transmit the distress call we received from Sangha’s mayor Ali Inogho Dolo, with the pictures (attached to this document) showing the extent of the damages they incured. Urgences DOGON is a combination of different NGOs and associations (L’anthropo-Détours, Afrik-DHPE, les Amis de Youga Na, Ensemble…) as well as individuals, that have been engaged in Dogon territory for many years, to help support the economic and cultural development of this region, due to it’s specific situation: limited access to water, enclaved geographically in a rocky desert with quasi continuous droughts, necessity to protect an exceptional cultural heritage (listed as a world heritage site by the Unesco), villagers’ need for educational support for the children, and a need for financial assistance to avoid a too important exodus, which itself would be the cause of economic impoverishment.

Following the request made by Sangha’s mayor and our local intermediaries, our objectives are first to:

1. Mobilize funds to allow the mayor of Sangha and the local committee to buy products of first necessity, cereals, millet, rice, beans,

2. Secondly, we also raise the alarm and alert Malian authorities and the Minusma so that they stop their exactions and urgently deploy tools and human resources to safeguard and protect the Dogon region, so that it’s inhabitants do not live in terror.

3. Finally, Dogon country in Mali is host to an exceptional cultural heritage (listed on the Unseco’s world heritage) which is the pride of the Malians, and rightly considered as a promotional vector of a culture of peace, of solidarity, conviviality and benevolence. This is why we launch this solemn call to the Malian Government and to other participating parties such as the UNESCO and the French Government, to take the opportunity, amidst this crisis, to reactivate Radio Toguna Echo from the cliff Dogon country - FM 95.2, which contributes to the intercultural dialog with both intra and inter-communities, to prevent these deadly conflicts.

https://www.facebook.com/Urgences-DOGON-210244516423412/



Afrik-DHPE compte sur vous aujourd'hui

Afrik-DHPE a besoin de votre aide pour sa pétition “Soutenez l'appel d'urgence du Maire de Sangha du pays DOGON / Mali SUPPORT the Sangha’s mayor emergency call for Dogon country / Mali”. Rejoignez Afrik-DHPE et 3 792 signataires.