Montpellier : Sauvons les TGV en gare Saint-Roch !

0 a signé. Allez jusqu'à 5 000 !


#SauvonsLesTGVàStRoch

La desserte TGV du centre-ville de Montpellier est menacée.
D'après les informations fournies par la SNCF, de nombreux TGV pourraient être progressivement supprimés en gare Saint-Roch.
Dès la fin 2019, 12 TGV seraient supprimés chaque jour.
Pour les usagers comme pour l'activité économique de la Métropole, ce serait une régression.
Ensemble, exigeons le maintien de l'offre TGV en gare Saint-Roch !
Il n'est pas trop tard.
Par cette pétition, nous pouvons encore peser auprès de la SNCF afin qu'elle renonce à ces projets de suppressions de TGV.

----------

Située à 300 mètres de la place de la Comédie, la gare Montpellier Saint-Roch offre un accès incomparable au cœur de ville. Elle est un atout formidable pour l'attractivité touristique et le dynamisme économique de la Métropole.

Desservie par 4 lignes de tramway (bientôt 5), prochainement équipée d'un parking à vélos de plusieurs centaines de places, elle constitue une véritable référence en terme de multimodalité.
Chaque jour, elle accueille près de 40 TGV en interconnexion avec le réseau TER et les villes du littoral languedocien.

Pourtant, l'offre TGV en gare Saint-Roch est menacée.

Dès la fin 2019, la SNCF a le projet de supprimer au moins 12 TGV de la gare centrale Montpellier Saint-Roch pour les transférer vers la gare excentrée Montpellier Sud de France. Au moins 12 TGV supprimés fin 2019 et bien plus encore après 2020.

En clair, on s'apprête à vider la gare Saint-Roch pour remplir artificiellement la gare Sud de France.

Pour les usagers comme pour l'activité économique du cœur de ville, la suppression des TGV en gare Saint-Roch serait une catastrophe.
Ce serait une régression incompréhensible.

Rénovée et agrandie en 2014 pour 55 millions d'euros, la gare Saint-Roch n'est absolument pas saturée.
Réduire son activité TGV serait un gâchis monumental.

De surcroît, obliger les Montpelliérains à utiliser la voiture pour aller prendre le TGV en gare Sud de France serait un non-sens.
Un non-sens en terme social alors que le prix des carburants pèse chaque jour un peu plus sur le budget des ménages.
Un non-sens en terme écologique alors que Montpellier, comme d'autres métropoles, investit dans les transports propres et la lutte contre la pollution de l'air.

Il n'est pas trop tard pour qu'une solution de bon sens prévale.

Cette solution tient en deux points :
1/ Que la gare Saint-Roch conserve 100% de son offre TGV actuelle
2/ Que la gare Sud de France se remplisse avec des TGV réellement supplémentaires. Pas avec des trains supprimés en gare Saint-Roch.

Cette cause n'est ni de droite, ni de gauche. Elle est de l’intérêt du territoire et de ses habitants.

Il est encore temps.
Ensemble, exigeons le maintien de l'offre TGV en gare Saint-Roch

Les premiers signataires : 

Christian Assaf, conseiller régional
Michael Delafosse, conseiller départemental, conseiller municipal de Montpellier
Christian Dupraz, conseiller régional
Philippe Etourneau, Vice-président GNI SYNHORCAT Occitanie
Michel Julier, militant associatif
Alex Larue, conseiller municipal et métropolitain de Montpellier
Clothilde Ollier, maire de Murles
Alexis Pallot, secrétaire général du syndicat CGT des cheminots de Montpellier.
Muriel Ressiguier, députée
René Revol, maire de Grabels, conseiller communautaire
Manu Reynaud, militant écologiste
Isabelle Touzard, maire de Murviel-les Montpellier
Patrick Vignal, député 
Virginie Rozieres, députée européenne