Adressée à Nicolas Hulot

Pour une "date limite d'exploitation" des animaux dans les cirques

0

0 signature. Allez jusqu'à 5 000.

Maya, éléphante capturée en Asie et détenue par le cirque La Piste d’or, a aujourd'hui 54 ans. Selon le docteur Rinku Gohain, vétérinaire spécialiste des éléphants, elle doit absolument être placée en retraite au plus vite, du fait de son état de santé : elle souffre d’arthropathie, d’une infection fongicide, de stress et de désolation. Pourtant, selon la direction des services vétérinaires, cette éléphante va très bien.

Alors que la Fédération européenne des vétérinaires appelle à l’abolition de l’utilisation des animaux dans les cirques, que les stéréotypies sont considérées comme la preuve d’une souffrance chronique, qu’un enfant de huit ans est capable d’identifier ces troubles, que l’état de Maya est attesté par un spécialiste indépendant, Maya est toujours détenue par La Piste d’or, transportée de ville en ville et contrainte de se produire sous le chapiteau.

Elle n’est pas la seule à avoir atteint ses limites physiques et psychologiques. Aveugle, paralysée, Lechmee, détenue par le cirque Médrano, est âgée de 50 ans. Sabbah et Dehli, respectivement 46 et 48 ans, au cirque Pinder, souffrent de troubles du comportement marqués et avérés ; tout comme Nellie et Bridget, 45 ans chacune, qui sont utilisées par le cirque La Piste aux étoiles, ou encore Pira, 47 ans, et Belinda, 53 ans, propriété du dresseur Joy Gartner, qui se produit au cirque Médrano ; Syndha, 49 ans, du cirque Alexis Grüss… et la liste n’est pas exhaustive.

Selon l’article 9 de l’arrêté du 18 mars 2011, les animaux âgés dont l’état de santé n'est pas satisfaisant doivent être placés en retraite dans des structures fixes. Mais l’appréciation de cet état de santé est de la responsabilité du détenteur de l'animal, qui n’a pas intérêt à devoir s’en séparer. Résultat : de nombreux éléphants âgés de plus de 45 ans, un âge considéré comme le début de la vieillesse pour ces animaux, continuent d’être exploités dans les cirques jusqu’à l’usure ultime.

C’est pourquoi, Code animal demande à ce que soit instaurée, faute d’interdiction, une « date limite d’exploitation » des animaux captifs des cirques, afin qu’ils puissent au moins bénéficier d’une seconde vie plus paisible que la première. Une telle mesure aurait l’avantage de les préserver d’une fin de vie faite de souffrances dans les spectacles itinérants, mais aussi de permettre aux dresseurs d’anticiper le placement en retraite.

Cette pétition sera remise à:
  • Nicolas Hulot

    Code Animal a lancé cette pétition avec seulement une signature au départ et il y a maintenant 3 688 signataires. Lancez votre pétition pour créer le changement que vous souhaitez voir.




    Code Animal compte sur vous aujourd'hui

    Code Animal a besoin de votre aide pour sa pétition “Ségolène Royal: Pour une "date limite d'exploitation" des animaux dans les cirques”. Rejoignez Code Animal et 3 687 signataires.