Pétition fermée

Hommage au lion Cecil - Stop au massacre

Cette pétition avait 2 372 signataires


Nous demandons que des mesures soient prises pour éviter de telles massacres et que les responsables et intermédiaires soient durement punis par la loi, à la mesure de l'atrocité de leurs actes.

Cecil, le lion vedette du Zimbabwe, est mort il y a deux semaines. D’après l’ONG de conservation de la nature Zimbabwe Conservation Taskforce, c’est un riche touriste étranger, WALTER PALMER, dentiste dans le Minnesota, USA,  qui se serait offert la tête du plus célèbre lion du parc national de Hwange, pour la somme de 55.000 dollars (environ 50.000 euros), précise la BBC. L'animal a été retrouvé il y a deux semaines gisant hors de la réserve.

 Six lionceaux vont devoir être abattus
Cecil, qui était connu pour sa crinière noire, aurait été tué après une chasse à l'arc. «C’est le plus silencieux, a expliqué Johnny Rodrigues, président de l'ONG, à la BBC. Si vous voulez faire quelque chose d’illégal, vous vous y prenez de cette manière.» Toutefois, les flèches n’auraient pas suffi à tuer le lion, qui a été suivi pendant plus de 40 heures avant d’être abattu par une arme à feu. Les six lionceaux dont Cecil était le père vont maintenant devoir être abattus car le nouveau mâle qui va prendre le pouvoir dans la zone ne les autorisera pas à vivre.

«L'intermédiaire spécialisé dans les permis de chasse et un chasseur ont été inculpés», a indiqué Johnny Rodrigues. «Nous cherchons encore à établir l'identité et la nationalité du chasseur.» Selon des sources proches des autorités du parc,  le contrevenant devrait  comparaître pour braconnage aux côtés de l’intermédiaire soupçonné d'avoir empoché beaucoup d'argent.

«Qu'un lion aussi emblématique soit tué, c'est une vraie perte pour le tourisme local et une grande source d'anxiété», a commenté Emmanuel Fundira, président de l'association des opérateurs de safaris. «Cecil portait un collier. Cela signifie qu'il avait été choisi à des fins de recherches et d'études. Il était aussi populaire auprès des visiteurs de Hwange qui étaient fascinés par sa crinière noire et voulaient toujours savoir où il était», a-t-il ajouté. «Il n’a jamais embêté personne. C’était l’un des plus beaux animaux que l’on pouvait voir», regrette Johnny Rodrigues.

Les riches amateurs de chasse, majoritairement américains, sont prêts à payer des fortunes pour pister et tuer des buffles, grands félins, ou autres gros gibiers sur les terres africaines, où la chasse au trophée est légale. Ils font appel à des intermédiaires qui leur vendent le permis de tuer tel ou tel animal, les bénéfices servant à entretenir les réserves. La chasse n'est autorisée que dans les réserves privées, pas dans les parcs nationaux comme Hwange, ou le Kruger en Afrique du Sud. (Source 20minutes).

 

Cecil the lion is dead, killed illegally in Zimbabwe, authorities allege, by a foreign hunter or hunters who paid about $55,000 for the privilege.
Cecil was part of an Oxford University research project and wore a GPS collar. He was lured out of a national park with food, shot with a crossbow, tracked for 40 more hours, then finished off with a gun, said Johnny Rodrigues, head of the Zimbabwe Conservation Task Force.

The 13-year-old lion's head was reportedly cut off as a trophy, and his skin was taken as well. Rodrigues told CNN that the head and skin had been found and confiscated, and were being processed as evidence.

Cecil was killed July 6, Rodrigues said, allegedly by a Spaniard. But he said that as many as three hunters may have been involved, none of whom have been detained. The nationalities of those involved have not been confirmed.

Hunters group says it respects ongoing investigation
 The operator of the safari has been arrested, and a hearing has been set for August 6.

The Zimbabwe Professional Hunters and Guides Association confirmed in a Facebook post last week that the hunter in charge of the safari was one of its members. The association said the safari leader had been suspended indefinitely.
"The professional hunter and company he works for have been cooperative in the investigation," the association said. "ZPHGA reiterates it will not tolerate any illegal hunting or any unethical practices by any of its members and their staff."

It asked everyone to respect the ongoing investigation and said it would not comment further until the inquiry is complete.

Researchers at Oxford University expressed grief at the lion's death and at the news that, for one reason or another, he had wandered away from the protection of the national park in Zimbabwe.

"It's not many months ago that I watched Cecil with my hand on my heart as he strayed toward a hunting concession," said professor David Macdonald, founding director of Oxford's Wildlife Conservation Research Unit. "On that occasion he turned back into the protection of the park, but this time he made a fatal mistake and I feel deeply sad, personally."

Macdonald said it was important to realize that lions live in complicated societies. Research has shown, he said, that if one male is killed, "the resulting perturbation" can lead to the deaths of other males and to the deaths of his cubs.

Cecil is survived by about six lionesses with whom he mated regularly and about 24 cubs, Rodrigues said.



Frédéric compte sur vous aujourd'hui

Frédéric BARTHE a besoin de votre aide pour sa pétition “Robert Gabriel Mugabe, President du Zimbabwe, Ziwbabwe Conversation Taskforce (ONG): Hommage au lion Cecil - Stop au massacre”. Rejoignez Frédéric et 2 371 signataires.