NON À UNE TOUR AU BORD DU CANAL D'ILLE ET RANCE ! (Bd De Lattre De Tassigny - Rennes)

0 a signé. Allez jusqu'à 500 !


Le nouveau Plan Local d'Urbanisme de Rennes est en cours d'approbation. Il prévoit la construction d'une tour de 43m de haut soit 14 étages ! au 41 bd. Maréchal De Lattre de Tassigny, au bord du canal d'Ille & Rance.

C'est un projet DÉMESURÉ & INACCEPTABLE !

D Démesuré : Le nouveau PLU autorise 20 mètres plus haut que les immeubles récents, R+4 +2 combles, pourtant construits sur les mêmes critères de largeur de voie !

E Écrasant: 43 mètres de haut, à l'aplomb de maisons de 7 à 9 m : Vues plongeantes, perte de soleil, ombre

M Malvenu: Obstacle à la continuité des espaces naturels préconisée dans les objectifs « Rennes 2030 »

E Extravagant: Tour de 40 mètres coiffant une maison protégée et en zone de protection d'une église classée !

N Néfaste: En secteur alluvionnaire, les fondations risquent de générer fissures et désordres sur les maisons

T Traumatisant: Rouleau compresseur de la bétonisation, reléguant l'habitat résiduel au rôle de réserve foncière

I Incongru : Isolé et dominant, il apparaîtra comme un vivre « contre » plutôt qu'un vivre « ensemble » !

E Excessif: Totalement hors d'échelle et des capacités du site pour les stationnements et espaces verts;

L Litigieux : Générateur de conflits multiples : Vues, circulation, désordres structurels, saturation, perte d'usages, dévalorisation immobilière et obsolescence des existants.

La seule trouée virtuellement libre de ce front bâti se trouverait sur-densifiée, au détriment des espaces verts et de la liaison piéton cycles de l'allée Alfred Jarry.
Après la densification des rives périphériques (Bd de Verdun, 41ème RI, Bd de Lattre de Tassigny), et de la caserne Mac- Mahon, concédées au renouvellement de la ville sur elle-même, l'habitat pavillonnaire résiduel se trouve dévalorisé dans son fonctionnement de maisons avec jardins, déséquilibré dans son statut d'îlot de nature et de verdure, et dis-qualifié dans son rôle d'espace de respiration, tampon indispensable entre les secteurs denses de l'hyper centre et les quartiers périphériques.
L'intérieur pavillonnaire du quartier est livré à la convoitise des promoteurs !

C'est un projet démagogique et traumatisant

Il est en CONTRADICTION avec les intentions affichées de « RENNES 2030 »

Axe 1 : RÉVÉLER L'EAU ET LA NATURE EN VILLE

RENNES 2030 envisage un aménagement de la « Diagonale verte » sur le bd De Lattre et la création d'un maillage continu reliant espaces préservés et jardins existants, en vue de la constitution « d'îlots de fraîcheur. »

=> Une telle tour serait un barrage visuel, physique et thermique entre la végétation particulière des rives du canal et les jardins de l'ensemble pavillonnaire.
=> Elle serait en contradiction avec « La rue verte au fil de l'eau » amorcée par l'allée Alfred Jarry et la continuité de promenade et des trajets piétons et scolaires.

=> Les tours sont réputées avoir des performances énergétiques déplorables et créer des effets de courant d'air violents

=> Ce secteur est en zone inondable : classé à risque moyen au PPRI
=> C'est un terrain de nature alluvionnaire : nécessitant des fondations profondes,
comportant des risques de désordres et fissures pour les constructions voisines.

Axe 2 : « UNE VIE HARMONIEUSE DANS TOUS NOS QUARTIERS »

Selon RENNES 2030, « Le PLU actuel a ciblé la constructibilité sur les axes structurants, ce qui a permis de ne pas modifier l'ambiance des quartiers.. / ../.. « Demain, pour aller plus loin, une vigilance accrue sera portée à l'intégration des nouvelles constructions dans leur contexte, dans ce qui les entoure » « création de « PÉPITES ARCHITECTURALES sur des sites stratégiques »

=> Est-il vraiment nécessaire « d'aller plus loin » ? au risque de perte d'identité et de qualité de vie du quartier.

=> Contrairement au « VIVRE ENSEMBLE » recherché, la tour symbolisera plus un « VIVRE CONTRE » pour ses habitants ! Tandis que pour les résidents actuels, ce sera plus un « VIVRE MALGRÉ » Une mise en opposition des habitants bien éloignée des objectifs annoncés. !

Axe 3 : VALORISER NOTRE PATRIMOINE TOUT EN ÉCRIVANT L'AVENIR
La construction existante sur la parcelle est classée 1* au patrimoine d'intérêt local, pour une façade Art-Déco breton en granit gris et enduit. Un atelier et une cour complètent les constructions actuelles. Le projet de tour viendrait coiffer sur plus de 10 étages la maison existante qui serait conservée !


=> L'inscription d'un bâtiment pour une seule étoile au patrimoine d'intérêt local reste subjectif et indicatif. Cela permet d'en noter son intérêt relatif, mais n'implique pas nécessairement sa conservation.

=> La réalisation d'une coiffe de 10 à 12 étages juchée sur une maison néo régionaliste des années 30 est certes un défi ...décoiffant... propre à lui assurer d'emblée un titre de « Pépite architecturale ! A savoir pour quel bénéfice, Patrimonial ?, Esthétique ?, ou de record international?

=> La parcelle est en plus située dans le périmètre de protection d'une ancienne église :Théâtre du vieux Saint Etienne. La trop grande hauteur du projet, en co-visibilité avec le monument protégé, est à elle seule facteur d'incompatibilité au regard des Bâtiments de France.

PRÉSERVER L'HISTOIRE ET L'IDENTITÉ DU QUARTIER

Le terrain support de ce projet se trouve dans la première couronne pavillonnaire entourant le centre-ville.
C'est un secteur de maisons avec jardins qui constitue une RESPIRATION ESSENTIELLE entre l'hyper centre  et les quartiers plus périphériques des années 60 à 80 : Maurepas, Villejean etc Ce quartier doit rester vert, ouvert et aéré.

=> La densification doit être contenue aux bords immédiats des voies principales entourant la zone pavillonnaire,
tout en respectant des hauteurs supportables pour cette dernière ; 4 à 5 niveaux + 2 en retrait d'attique maximum
Soit 21 à 25m de haut ; Faute de quoi le bâti existant se retrouverait rapidement enseveli, privé de soleil et d'espace,
de vues, de dégagement et en deviendrait résiduel et anachronique.
=> Les vues plongeantes sur les propriétés voisines généreraient immanquablement des conflits de voisinage et une baisse notable de la qualité de vie de l'ensemble des résidents (actuels et nouveaux).

C'est pourquoi

NOUS DEMANDONS AUX ÉLUS COMPÉTENTS DE REFUSER TOUTE MODIFICATION DU PLU QUI VALIDERAIT UNE TELLE HAUTEUR DE CONSTRUCTION ET METTRAIT EN PERIL L'HARMONIE DU QUARTIER ET LA QUALITÉ DE SON « VIVRE ENSEMBLE »


NON A UN PROJET DEMESURÉ OUI A UNE URBANISATION RAISONNÉE !