Pollution, canicule, climat : oui à la circulation alternée non à la "différenciée".

0 a signé. Allez jusqu'à 100 !


Pour le retour de la circulation « alternée » lors des pics de pollution et épisodes de canicules et contre la circulation « différenciée ».

Alors que des habitudes, dans les grandes villes, commençaient à se prendre concernant la circulation alternée, mesure assez égalitaire qui avait pour avantage d'être simple à comprendre et à appliquer, celle ci a été remplacée par une mesure beaucoup plus complexe, injuste et contre-productive basée sur l'âge du véhicule.

Tout un chacun peut aujourd'hui admettre que la possibilité de circuler en voiture individuelle en tout lieu et en toute circonstance ne peut plus représenter un droit inaliénable et que de multiples situations, particulièrement en ville, exigent une restriction de ce « droit » et la nécessité d'organiser autrement ses déplacements.

Mais là où la circulation alternée invite l'ensemble de la population à prendre en compte cette nécessité, la circulation différenciée laisse entendre, une fois encore, que seuls les plus démunis devraient faire des efforts alors qu'ils font proportionnellement moins de kilomètres au quotidien (1).

Par ailleurs, ne prendre en compte que l'âge du véhicule laisse de côté de nombreux problèmes :

- La question des particules ultra-fines dont les véhicules les plus récents sont les plus émetteurs (2).
- La consommation de CO2 (particulièrement importante pour le SUV et Pickup qui représentent quasiment 1 véhicule neuf sur deux vendu en France) (3).
- Le phénomène des îlots de chaleurs en période de canicule puisque même les véhicules électriques de par leur climatisation et le frottement des pneus sur le bitume contribuent à faire monter les degrés (4).

Le concept de « circulation différenciée » repose sur l'idée que la diminution de polluants serait tout aussi efficace en touchant moins de véhicules, mais cette mesure en plus d'être injuste et discutable sur ses résultats est bien plus difficile à contrôler.

Par ailleurs, elle contribue à accréditer l'idée qu'il y aurait des véhicules « propres » alors que les recommandations parues à la suite du dernier rapport du GIEC nous incitent à ne plus acheter de véhicules neufs, rappelant qu'une majorité de leur pollution provient de leur construction, acheminement et destruction (5).

Il n'est plus temps de séparer artificiellement les problèmes de pollution atmosphérique, de dérèglement climatique, d'artificialisation des sols et d'îlots de chaleur mais de permettre de la manière la plus juste possible des changements d'habitudes profonds en terme de déplacements.

La circulation alternée a cette vertu pédagogique de dire qu'il s'agit de l'affaire de tous.

Tout comme les pannes, travaux ou contingences techniques peuvent affecter la circulation des usagers de transports publics, il semble normal qu'une ville surchauffée et polluée demande aux automobilistes quels qu'ils soient de prendre leur disposition.

Pour toutes ces raisons, nous demandons le retour de la circulation alternée et l'abandon de la différence de traitement entre les citoyens.

1. https://www.alternatives-economiques.fr/carburants-perdants/00086957
2. https://www.francetvinfo.fr/sante/environnement-et-sante/pourquoi-les-voitures-les-plus-recentes-sont-elles-les-plus-polluantes_2680058.html
3. https://blogs.alternatives-economiques.fr/chassignet/2019/01/17/le-monde-croule-sous-les-suv-pourquoi-c-est-un-probleme-et-pourquoi-ca-risque-de-durer
4. https://www.liberation.fr/france/2019/06/23/canicule-quatre-pistes-pour-faire-respirer-les-villes_1735732
5. https://www.novethic.fr/actualite/environnement/climat/isr-rse/infographie-interdiction-d-acheter-une-voiture-neuve-ou-de-prendre-un-long-courrier-couvre-feu-thermique-quotas-sur-les-produits-importes-les-mesures-chocs-pour-rester-sous-1-5-c-146877.html