Pour la libération immédiate du journaliste Michel BIEM TONG

0 a signé. Allez jusqu'à 1 000 !


PÉTITION — POUR LA LIBÉRATION IMMÉDIATE DU JOURNALISTE MICHEL BIEM TONG

Le journaliste Michel Biem Tong a été enlevé le 22 octobre 2018 à Yaoundé, victime du traquenard du colonel Joël Emile Bamkoui de la Sécurité militaire camerounaise. À cette heure,ni sa famille ni ses amis ne sont informés du motif de sa séquestration, encore moins du lieu de celle-ci. Tout porte à croire que son intégrité physique et morale est en danger. Pour cette raison, toutes les personnes soucieuses du respect des droits humains, de la liberté d’expression et de presse sont invitées à signer et à partager cette pétition appelant à sa libération immédiate.

Qui est Michel Biem Tong ?

Michel Biem Tong est un journaliste engagé, défenseur des droits humains et directeur de publication de Hurinews.com.Né et ayant grandi dans une famille modeste, l’arrestation de l’écrivain Enoh Meyomesse lui fait prendre conscience des nombreuses violations des droits de l’homme au Cameroun. Depuis lors, ses prises de position lui valent toutes sortes demenaces y compris la mort. Il est confronté à une machine répressive dont le but est de le réduire au silence. Récemment, il a démontré un traitement impartial de la crise anglophone, ce qui vraisemblablement explique son enlèvement. 

Terrible situation des journalistes au Cameroun

L’arrestation de Michel Biem Tong se produit dans un contexte où la liberté de presse s’est considérablement amenuisée au Cameroun. Sur des questions jugées sensibles, les journalistes sont contraints au silence ou au traitement partial de l’information sous peine de sanctions. La liste des journalistes menacés, injustement emprisonnés, tués ou poussés à l’exil ne cesse de s’allonger.

La dernière communication de Michel Biem Tong au CL2P (Comité de Libération des Prisonniers Politiques)

« La sécurité militaire du Cameroun veut m’entendre

Bonjour,

Je vous écris juste pour vous annoncer que depuis jeudi, le patron de la sécurité militaire au Cameroun, colonel Joel Emile Bamkoui demande à me rencontrer. En effet, ce dernier m’a appelé au téléphone pour une rencontre en ville. Je lui ai dit que je serai là. Mais après avoir écouté certains conseils des personnes qui connaissent la réputation de cet officier supérieur de gendarmerie, j’ai décliné l’invitation.

Samedi dernier, il m’a appelé à nouveau au téléphone et quand je lui demande pourquoi tient-il tant à me rencontrer, c’est alors que j’apprends de lui qu’il détient par-devers lui une bande sonore que j’aurais enregistrée et dans laquelle j’appelle les indépendantistes anglophones à poursuivre la lutte pour leur droit d’autodétermination et que l’audio ne devrait pas être divulgué sur les réseaux sociaux de peur que je ne sois traité de terrorisme.

Pourtant, il n’y a rien d’aussi faux. Car non seulement je n’ai délivré aucun message audio, mais aussi et surtout je n’ai pas l’habitude de me cacher pour dire ce que je pense quelle qu’en soit la sensibilité du sujet. Je gère une chaîne YouTube à travers laquelle je fais valoir mes opinions notamment sur la crise anglophone au Cameroun en dénonçant les violations des droits humains dans la zone anglophone du Cameroun, en évitant de faire l’apologie de la prise des armes, en évoquant les faits tant juridiques qu’historiques ayant conduit à cette guerre.

Bien vouloir conserver ce message et agir en tant que de besoin, car le haut gradé tristement célèbre au Cameroun tient à me rencontrer. Je tiens à ce que le problème ne soit pas divulgué pour le moment. Cependant, tout porte à croire qu’il n’y a rien de grave, car le colonel m’a l’air amical à mon endroit, mais sait-on jamais ?

Bon début de semaine à tous

Michel Biem Tong »



Comité pour la compte sur vous aujourd'hui

Comité pour la LIBÉRATION IMMÉDIATE DE MICHEL BIEM TONG a besoin de votre aide pour sa pétition “Présidence du Cameroun : Pour la libération immédiate du journaliste Michel BIEM TONG”. Rejoignez Comité pour la et 873 signataires.