Préservons notre patrimoine exceptionnel du projet de voie rapide Meuse/E411

0 a signé. Allez jusqu'à 5 000 !


La Région wallonne veut créer de toutes pièces et à très grands frais, EN PUISANT LARGEMENT DANS LA POCHE DE TOUS LES WALLONS, une nouvelle route régionale, la N931, qui relierait la Meuse à la N4 et à l’E411 en traversant les villages de Maillen et Petit-Courrière. Et cela sans la moindre étude préalable qui justifierait une quelconque utilité, en sacrifiant des terres agricoles et une des plus importantes grottes de Belgique. (Le Trou d'Haquin)
Nous voulons des villages humains et durables, ce qui implique la valorisation du patrimoine et la diminution drastique de la pression automobile. Tout le contraire de ce que propose ce projet…
Nous demandons que ce projet d'un autre âge soit abandonné et que l’on privilégie l’entretien et la sécurisation des voiries communales existantes.

Le projet actuel est en préparation dans la plus grande discrétion depuis cinq ans. S’agissant d’un pur projet politique, il est bien avancé et figure même au plan d’investissement 2016-2019 de la région wallonne.

Il n’a pas fait l’objet de la moindre étude sérieuse qui semble pourtant indispensable au 21e siècle pour la création d’une nouvelle voirie de ce genre :   aucune étude des besoins, pas d’étude d’incidence sur la nature, pas d’information à la population locale, pas de simulation de ce que cette voirie pourrait générer comme transit. Pas même de comptage préalable de la circulation actuelle sur les voiries impactées ! Or, elle passe à travers deux villages avant d’aboutir à la N4 et l’E411.

A une époque où les autorités devraient logiquement protéger la population, éviter de goudronner plus encore nos villages et nos terres agricoles et éviter des gouffres financiers superflus QUI COUTERONT TRES CHER AUX PORTEFEUILLES DE TOUS LES WALLONS. Maillen et Petit-Courrière, deux charmants petits villages du Condroz namurois, vont ainsi être sacrifiés à cette nouvelle voirie où vont s’engouffrer un énorme trafic de transit ainsi qu’une nuée de camions qui cherchent à tout prix des voiries non impactées par la taxe kilométrique.

La voirie dans ces villages sera élargie et les casse-vitesse, récemment installés pour protéger la population, seront… retirés. Un comble. Le ministre wallon des travaux publics va donc sacrifier la quiétude et la sécurité des habitants à l’automobile et aux poids lourds sans rien avoir prouvé de la nécessité de cette voirie !

Un quartier complet du village voisin de Lustin est sacrifié lui aussi.

Et si d’autres rues proches se réjouissent parfois d’être épargnées par le nouveau projet, elles risquent à leur tour de le payer très cher à tout moment : l’augmentation annoncée du trafic les frappera plus fort encore dès qu’un incident touchera la voirie en projet (accidents, réparations, déviations…) ; et voitures et camions reviendront très vite chez elles et plus nombreux encore dès que cette N931 sera saturée, ce qui ne manquera pas d’arriver avec l’effet pervers de la taxe kilométrique sur la circulation des poids lourds sur les petites routes de campagne.

Cette future route à grande circulation bordera le centre de formation des scouts de Courrière où passent chaque année des milliers de jeunes, mettant ceux-ci en grand danger. Elle va saccager une zone naturelle remarquable tant pour sa faune que pour sa flore. Elle menacera sans aucun doute les énormes réserves d’eau potable voisines qui alimentent Bruxelles et la Wallonie. Et elle surplombera même une des plus importantes grottes de Belgique, d’une valeur inestimable, le trou d’Haquin, qui sert de site école depuis des décennies aux spéléologues de Belgique et de l’étranger. L’Union Belge de Spéléologie a déjà fait connaître son opposition au projet. Un élément qui n’est pas sans conséquence puisque les immenses salles creusées par l’eau depuis des millénaires dans le sous-sol de notre belle région courent de grands risques d’éboulement et leur sécurisation fera sans aucun doute exploser le coût de ce projet d’un autre âge, A NOUVEAU A CHARGE DU PORTEFEUILLE DE TOUS LES WALLONS.

Il faut encore savoir que les villages sacrifiés sont déjà ceinturés par la N4 et l’E411 et ne souhaitent pas que leur dernière zone de dégagement vers la campagne condruzienne ne soit asphaltée à son tour, pour accueillir également un trafic de poids lourds venus de carrières de la région. Ce dont le politique se garde bien de parler.

Reste enfin le louvoiement politique : la Région wallonne a mandaté un bureau d’expertise luxembourgeois pour travailler dans la plus grande discrétion. Il devait étudier officiellement une dizaine de tracés mais il n’en a étudié qu’un : celui choisi par le politique et qui est déjà balisé sur le terrain ! Quant aux géomètres venus faire les relevés de terrain, on les a retrouvés sans autorisation dans les jardins privés : ces sous-traitants venaient des pays de l’est et ne parlaient pas un mot de français. Pour un projet de la Région wallonne, on avouera que le ministre ne donne pas vraiment l’exemple pour favoriser l’emploi wallon qu’il devrait soutenir au jour le jour afin de donner l’exemple… 

Un mouvement citoyen s’est constitué en opposition à ce projet. Il a obtenu du conseil communal d’Assesse une motion d’opposition à la N931. Le conseil communal de Profondeville a voté une motion similaire quelques semaines plus tard.

Malgré cela, la Région wallonne maintient le projet et les premiers coups de pelle sont annoncés pour 2019.

Plus d’info : http://www.N931.be

 

 


Plate forme citoyenne d'opposition à la N931 compte sur vous aujourd'hui

Plate forme citoyenne d'opposition à la N931 a besoin de votre aide pour sa pétition “Préservons notre patrimoine exceptionnel du projet de voie rapide Meuse/E411”. Rejoignez Plate forme citoyenne d'opposition à la N931 et 3 409 signataires.