Contre l'interdiction de circuler en forêt

0 a signé. Allez jusqu'à 5 000 !


Monsieur le Préfet de l’Oise,

Le 5 octobre dernier vous avez signé deux arrêtés interdisant l’accès aux simples citoyens de plusieurs parcelles des forets de Compiègne, de Laigue et d’Ourscamp les jours de chasses à courre au cerf.

Chaque année, dans l’Oise, la chasse à courre provoque des dizaines d’incidents. Promeneurs, randonneurs, cueilleurs de champignons, vététistes, sportifs, cavaliers, scolaires, photographes, naturalistes, familles, ont le droit de pratiquer leur loisir en toute sécurité et sérénité, sans que pèsent sur eux les menaces d’une seule activité : la chasse à courre.

Nous refusons que la liberté d'aller et venir soit restreinte pour qu'une infime minorité de personnes puissent, à l’abri des regards, pratiquer un mode de chasse rejeté massivement par la population.

Nous refusons que nos enfants ne puissent découvrir la faune et la flore de nos forêts les mercredis et les samedis et ainsi profiter pleinement de l’intérêt de celles-ci pour promouvoir le sport, la culture et l’éducation.

Le fléau que représente la vénerie dans les forêts dont l’état est propriétaire ne devrait pas être une raison de plus pour empêcher d’accéder à celles-ci. Au contraire, vous devriez Monsieur le Préfet, contraindre les équipages de chasse à courre à respecter quelques règles élémentaires de sécurité lorsque ceux-ci occupent nos forêts, nos pistes cyclables et nos routes.

De par votre fonction, vous devez rester le garant de la liberté de circulation et du droit de tout à chacun de se déplacer librement sur les territoires de la république.

Nous, promeneurs, randonneurs, cueilleurs de champignons, vététistes, sportifs, cavaliers, scolaires, photographes, naturalistes, familles, demandons l’annulation de ces arrêtés qui n’ont que pour unique et seul but de favoriser l’occupation des espaces par les équipages de chasse à courre sans aucune concession de leur part.

Nous vous demandons de prendre des mesures efficaces rapidement pour pallier ce problème de sécurité et d’inégalité.


Voulez-vous partager la pétition ?