La Haute-Marne a le droit de faire la fête, tout le temps, même la nuit !

0 a signé. Allez jusqu'à 100 !


La vie nocturne et festive en Haute-Marne a été assassinée.
Il faut donc la ressusciter ! Lève-toi et danse, Haute-Marne !
Qui est l'assassin de nos fêtes ?
C'est notre ami l'Etat.
C'est la Préfecture de Haute-Marne, qui a décidé d'empêcher 181 521 personnes (chiffre 2013), rien que ça, de se rencontrer, plaisanter, sympathiser, s'aimer d'amitié et d'amour, dans les bars et boîtes de nuit, obligeant tout lieu à fermer à 1h du matin.
Dites NON à l'interdiction absurde de votre vie sociale par une seule citoyenne, en l’occurrence la préfète Françoise SOULIMAN.
Cette préfète déclarait dans une interview le 3 mars 2016 (https://www.dailymotion.com/video/x3volr2 ) que ses priorités étaient :
- Le parc (ah oui, il y en a un ? :) )
- L'intercommunalité (ça préoccupe qui, franchement ?)
- La sécurité, contre les cambriolages bien réels, mais aussi anti-terroriste (!!!), dans un département qui n'a jamais connu un seul attentat depuis 14 milliards d'années (même les vaches n'ont rien tenté)
- Le Centre de l'Image de Chaumont (qui ne concerne que celles et ceux que cela concerne, peu de gens)
- Les agriculteurs, nombreux, en détresse, et qu'elle cite en dernier alors que c'est un problème central.
Et elle ignore tout le reste, notamment sa propre décision de faire fermer l'intégralité des bars et lieux festifs après 1h du matin, à l'heure où les poules commencent seulement à sympathiser avec les coqs.
Ramenons l'Etat à la raison.
Reprenons notre droit inconditionnel à avoir une vie sociale à toute heure, même à 2h, 3h, 4h, 5h, 6h.
Rappelons que notre département a perdu environ 35 000 habitants entre 1968 et 2017 alors que la population de la France gagnait environ 17 millions de personnes.
Une des causes de cette chute démographique, est précisément la mise à mort par l'Etat de la vie sociale de nuit, qui fait fuir la jeunesse et les jeunes actifs, qui ont particulièrement envie et besoin d'avoir des lieux où se rencontrer.
Pensez notamment à la jeunesse pauvre des grandes villes, celle qui vit dans des HLMs très mal insonorisés, où aucune vie sociale n'est possible car elle entraînerait immédiatement un tapage nocturne.

La solution est simple :
- Citoyenne préfète, annule ta décision suicidaire et autorise la vie festive nocturne partout en Haute-Marne.
- Pour éviter les troubles au voisinage, organise, ville par ville, secteur rural par secteur rural, une rotation équitable des commerces autorisés à ouvrir au-delà d'1h du matin.
- En zone rurale comme en ville, organise un service de transports publics de nuit (navettes) raccompagnant les gens chez eux pour leur éviter toute prise de risque liée à leur possible état d'ivresse, et pour garantir la sécurité des usagers de la route la nuit. On te le finance volontiers via des tickets de transport, finançant le service à prix coûtant (tu créeras quelques emplois, par la même occasion !)

Tu nous feras bien plaisir, et on te paiera une bière à 2€ en remerciement ;-) 

Il va de soi que l'intérêt collectif de la Haute-Marne n'est pas de rester un département mourant. Il faut vivre !

Bien cordialement,
Les citoyen-ne-s de Haute-Marne.



Ludovic compte sur vous aujourd'hui

Ludovic BABLON a besoin de votre aide pour sa pétition “Préfecture de Haute-Marne: La Haute-Marne a le droit de faire la fête, tout le temps, même la nuit !”. Rejoignez Ludovic et 34 signataires.