Pour une gestion publique et démocratique! de l'eau en Île-de-France

0 a signé. Allez jusqu'à 1 000 !


La gestion de l'eau confiée la multinationale Veolia par le Syndicat des Eaux d'Île-de-France (SEDIF) coûte cher aux banlieusard.es, 25% de plus qu'à Paris où opère une entreprise publique, Eau de Paris. Et c'est encore plus pour une famille nombreuse ou une personne âgée isolée qui sont pénalisés par une tarification injuste. 

Selon la chambre régionale des comptes, le SEDIF dérape et la rémunération de Veolia explose! Elle aurait dû se maintenir en moyenne à moins de 7 millions d'euros par an, mais elle a dépassé les 20 millions d'euros par an à partir de 2014. Sans compter 7 millions d'euros de frais de siège injustifiés et bien d'autres avantages financiers.

L'eau distribuée par le SEDIF n'est pas de bonne qualité, selon le bilan annuel réalisé par l'Agence régionale de santé. En cause, la pollution par les pesticides. Les traitements industriels les plus sophistiqués (et coûteux) échouent quand les eaux brutes sont trop polluées. C'est en amont qu'il faut agir pour préserver la qualité de l'eau dans l'environnement.

Il faut en finir avec ce système dont Veolia est le seul bénéficiaire. Il faut redonner aux élu.es et aux citoyen.nes toute leur place dans la gestion de l'eau, bien commun s'il en est.

Est Ensemble, Plaine Commune et Grand-Orly-Seine-Bièvre
Pour une gestion publique et démocratique de l’eau !
 
Suite aux décisions prises par les conseils de territoires d’Est Ensemble, Plaine Commune et Grand-Orly-Seine-Bièvre de ne pas ré-adhérer au Syndicat des Eaux d’Île-de-France (SEDIF), la possibilité est désormais ouverte pour que la gestion de l’eau devienne publique pour plus d’un million d’habitant.es de ces territoires.


Citoyen.nes, élu-es, collectifs, associations,


- nous nous prononçons pour une gestion publique et démocratique de l’eau, bien public qui doit cesser d’enrichir des multinationales telles que Veolia ;


- nous souhaitons que les études nécessaires en vue d’un tel objectif soient menées sans attendre et que les citoyen.nes intéressé.es soient associé.es à leur pilotage ;


- nous nous engageons à organiser et à participer à un large débat public sur les possibilités de passage à une gestion publique de l’eau, qui se conclura par une consultation des citoyen.nes.

Premier.es signataires:

Nadia Azoug, conseillère municipale de Pantin

Sylvie Badoux, adjointe au maire de Bondy

Bernard Boudet, collectif Eau'bervilliers

Kader Chibane, vice-président de Plaine commune

Alexis Corbière, député LFI Bagnolet Montreuil

Delphine Debord, conseillère municipale du Pré Saint-Gervais, LFI

Anne Deo, présidente du groupe écologiste et citoyen d'Est Ensemble

Édith Félix, co-présidente de la Coordination Eau Île-de-France

Riva Gherchanoc, élue Montreuil et Est Ensemble, LFI

Nadine Herrati, adjointe au maire de Gentilly

Anne-Marie Heugas, adjointe au maire de Montreuil

Daniel Hofnung, co-président de la Coordination Eau Île-de-France

Joël Josso, secrétaire de la Coordination Eau Île-de-France

Tony Di Martino, maire de Bagnolet

Bastien Lachaud, député LFI Aubervilliers Montreuil

Christian Métairie, maire d'Arcueil

Jean-Claude Oliva, directeur de la Coordination Eau Île-de-France

Christophe Paquis, adjoint au maire des Lilas

Jacques Perreux, président du groupe écologiste et citoyen du GOSB

Emmanuel Poilane, directeur de France Libertés

Gilles Robel, conseiller territorial Est Ensemble

Maryvonne Rocheteau, conseillère municipale d'Arcueil

Laurent Russier, maire de Saint-Denis

Nathalie Sylvestri, collectif eau publique de Saint-Denis

Essaid Zemouri, conseiller municipal de Saint-Denis



Coordination Eau Île-de-France compte sur vous aujourd'hui

Coordination Eau Île-de-France a besoin de votre aide pour sa pétition “Pour une gestion publique et démocratique! de l'eau en Île-de-France”. Rejoignez Coordination Eau Île-de-France et 512 signataires.