Pétition fermée

NON à la Sélection à l'entrée en Master 1 (Psychologie) dès la rentrée 2017

Cette pétition avait 3 895 signataires


 

Bonjour à tous,

Le collectif des étudiants de psychologie de Lyon 2 se mobilise en urgence pour que la loi de décembre 2016 concernant la sélection en fin de Licence ne soit pas appliquée dès la rentrée de septembre 2017. Cette mise en application hâtive d’une décision prise en cours d’année universitaire, et dans le secret, laisserait sur le carreau plusieurs promotions d’étudiants (L3, M1). On ne peut accepter cette situation qui met en péril la formation et même l’avenir de centaines d’étudiants !

Nous n’avons que peu de temps pour agir : Soyons nombreux ! Mobilisons-nous !
 Nous demandons que la sélection en L3 n'ait pas lieu dès la rentrée de septembre 2017.

Nous demandons un report de la décision concernant la mise en application des changements de modalité de sélection. C’est-à-dire que nous demandons que la sélection en fin de licence pour l’entrée en Master 1 ne se fasse pas dès la rentrée 2017 et que cette question de la sélection et de ses modalités de changement soit reconsidérée et ce autour d’une discussion ouverte, claire, informée, entre les différents partis concernés, à commencer par les étudiants qui sont les premiers concernés.
 
Nous sommes un collectif d'étudiants de psychologie, mobilisés dans le cadre d'une revendication quant à notre formation universitaire.
En effet, une loi visant à établir une sélection en Licence 3 pour toutes les filières universitaires de France a été votée en décembre 2016. Son application immédiate, alors qu’elle peut être repoussée (chaque université ayant une marge de manœuvre, en raison du décret d'application impliqué dans la loi qui permet des dérogations) aurait des conséquences désastreuses en ce qui concerne les étudiants en Psychologie, et particulièrement ceux s'orientant en Psychologie et psychopathologie clinique.


A l'Université Lyon 2, la façon dont est envisagée l'application de la loi concernant la sélection place les étudiants dans une situation impossible et inacceptable.
Ce mouvement s'est d'abord constitué car les étudiants se sont rendus compte qu’ils manquaient d'informations : ces derniers viennent d’apprendre - alors que l'année est très avancée - que la sélection devrait s'appliquer en L3 dès la rentrée de septembre 2017.
Ainsi, unanimement, le collectif considère que l'on ne peut pas changer les conditions d'évaluation en milieu d'année, surtout si le but est de permettre une sélection hâtivement organisée. Il n'est pas envisageable d'entamer une année de formation universitaire sans savoir dès le début quels en sont les critères de sélection et d'évaluation.
En payant leur année universitaire, les étudiants s'engagent dans un pacte avec l'université, cette dernière se devant d'être garante des bonnes conditions de leur enseignement et d’une transparence quant aux décisions prises.

Les répercussions de l’application des nouvelles modalités de sélection si mise en place dès 2017 sont considérables.
Les enseignants et l'équipe pédagogique ignorent encore à l'heure actuelle quelles seront les modalités d'évaluation (et donc de sélection...) : il ne nous apparaît pas viable ni sérieux de réfléchir et décider de critères d'évaluation (pour ceux qui sont en licence) qui soient justes en si peu de temps. L'urgence empêche une réflexion dont la maturation pourrait effectivement aboutir à une sélection viable et juste, mais si celle-ci est pensée en amont pour ne pas mettre en défaut les étudiants.

Concernant le Master de Psychologie et Psychopathologie clinique (les étudiants en clinique, ou se destinant à ce master en L3, représentant plus de la moitié de tous les étudiants de Psychologie à Lyon 2), des problèmes plus spécifiques apparaissent : si la nouvelle sélection est mise en place dès cette année et sans aménagement, cela engendrera des contraintes en termes d'effectif et des conditions de formation très défavorables pour les étudiants (et leur santé !). En effet, au vu de l’effectif des étudiants de master 1 actuels dont la majorité fait son master 1 en deux ans (voire plus pour les étudiants en Contrat de Formation Personnalisée, ou en Formation continue Par la Pratique), il n’y aura pas sinon peu d’étudiants de licence 3 qui pourront entrer en master 1 de psychologie clinique en 2017 (la sélection impliquant des quotas qui seront déjà remplis ou presque). Que deviennent ces étudiants ? Certainement qu’ils devront reporter leur choix et projets professionnels sur d’autres master de psychologie notamment, mais pas seulement, ce qui ne fait que déplacer le problème à un autre niveau (sur les autres filières).

De plus, les nouvelles modalités de sélection empêchant la sélection du M1 au M2, les étudiants en M1, actuellement nombreux (478 pour l'année 2016-2017), seraient censés passer automatiquement en M2. Or, il est impossible et impensable d'envisager un M2 avec un effectif équivalent à celui du M1 (en termes de stages, et d'accompagnement des étudiants). Ainsi, la seule solution (artificielle) serait de n'accepter de valider le diplôme de M1 (maîtrise) qu'aux étudiants susceptibles de passer en M2. Les autres étudiants (aux alentours de 300...) auront donc étudié un an voire deux sérieusement, dont beaucoup avec un bon niveau, mais verront néanmoins leur notes revues à la baisse afin d’être sûr qu'ils ne puissent pas valider leur diplôme (et ainsi ne pas passer automatiquement en M2). Ces derniers se retrouveront donc à nouveau à un niveau licence après deux ans de formation après la licence pourtant. Bien que certainement illégale et d'apparence improbable, cette solution est proposée aux équipes pédagogiques impuissantes. Le problème n'en serait pas résolu pour autant puisque nombreux étudiants de niveau master 1 voulant continuer leurs études/terminer leur formation se verraient forcés de postuler pour recommencer un master. Il y aurait donc encore plus de demandes entre la licence et le master (autant par les nouveaux étudiants de licence, les étudiants ayant un Master 1 mais aussi ceux qui auraient eu leur master 1 invalidé… ). Les autres étudiants ne pouvant se permettre de recommencer leurs études se retrouveraient sur le marché du travail avec simplement un niveau licence… Que se passerait-il alors ? Et qu’en est-il de tous ceux qui ont déjà validé (avant 2017) leur Master 1, qui devaient avoir la possibilité de continuer de postuler en M2 mais dès lors ne le pourront plus (si les modalités de sélection se mettent en place de la manière apparemment prévue dès 2017) ? 

Aussi, au vu de toutes ces répercussions, tous ces risque pris à l’encontre des étudiants, il nous apparait clairement impossible et inacceptable de mettre en place les nouvelles modalités de sélection dès 2017 et sans aménagement progressif prenant en compte la réalité.

Notre demande unanime est celle d'un moratoire permettant le report de la décision quant aux modalités de sélection et leur mise en application, et ainsi que la sélection en L3 n'ait pas lieu dès la rentrée de septembre 2017. La temporalité et la progressivité sont nécessaires pour que la sélection ne soit pas injuste. Il ne s'agit pas de se prononcer pour ou contre un mode de sélection qui aurait lieu au début du M1 plutôt qu'à la fin, mais bien de faire entendre notre incompréhension et notre impossibilité d'accepter la mise en place d'un changement de mode de sélection qui s'établirait d'emblée dès la prochaine rentrée et dans l'opacité - sans même que les modalités soient connues en amont. 

L'objectif de cette pétition est d'avoir une preuve écrite que notre mouvement mobilise un très grand nombre d'étudiants (mais également de praticiens, de chercheurs et d'enseignants en psychologie et domaines apparentés), ce qui permet d'appuyer la représentativité du collectif et de ses porte-paroles. Toutes les signatures ici présentes attestent en tout cas que cette mesure drastique n'est pas acceptée par les étudiants et que nous sommes soutenus dans notre démarche au-delà même du champ de la psychologie et du soin. Elle vise à permettre un dialogue avec l'Université, en espérant que nous serons écoutés et entendus.

Le collectif des étudiants de psychologie contre l'application de la sélection à l'entrée du M1 dès la rentrée 2017

 



Le collectif des étudiants de Psychologie contre l’application de la sélection à la rentrée 2017. compte sur vous aujourd'hui

Le collectif des étudiants de Psychologie contre l’application de la sélection à la rentrée 2017. a besoin de votre aide pour sa pétition “Pour le report de la décision concernant l’application de la sélection en fin de licence pour le cursus de Psychologie”. Rejoignez Le collectif des étudiants de Psychologie contre l’application de la sélection à la rentrée 2017. et 3 894 signataires.