Pour la réhabilitation d’un des plus vieux potagers de Bruxelles

0 a signé. Allez jusqu'à 2 500 !


Suite à la vente du terrain, nous demandons de pouvoir réaccéder aux jardins de la rue Navez et d’y gérer un espace vert. L’occupation de cet endroit exceptionnel cultivé depuis 1930 est indispensable à la qualité de la vie dans le quartier.

Le collectif Plan B demande…

  • un accès permanent au site des Jardins Navez
  • à être partie prenante dans les débats concernant l’affectation et la réhabilitation des terrains.

Nous proposons:

  • d’y poursuivre le projet pilote de dépollution du sol par les plantes (phytoremédiation) et les champignons (mycoremédiation)
  • d’y poursuivre nos activités telles que: le maraîchage, l’apiculture, l’organisation de moments festifs et conviviaux
  • d’y poursuivre nos activités de compostage afin de sensibiliser les citoyens à ces méthodes de recyclage, de valoriser les déchets tout en améliorant la qualité du sol et en les utilisant comme substrat pour les tests de mycoremédiation notamment
  • de participer activement, de manière citoyenne et responsable à l’amélioration de la qualité de la vie dans le quartier.

Parmi les rôles que joue cet espace, citons :

  • une dimension de cohésion sociale : rencontres, inclusions, mélanges de personnes d’origines, d’âges et d’idées très diverses ; apprentissages sous forme collective ; moments festifs et conviviaux ; espaces d’expressions et de création, de liberté.
  • de la formation ou de la sensibilisation : apprentissage de moyens de productions alimentaire, expérimentations de techniques jardinières ; sensibilisation sur l’écologie, l’alimentation, les saisons ; conscience de faire partie d’un tout planétaire (la déforestation des foret primaires nous concernent) ; réflexions sur des thématiques sociétales diverses dépassant le cadre du jardin (pollution des sols, changements climatiques, urbanisme, gestion des déchets ..)
  • un aspect écologique : restauration de la terre, soin, préservation de la biodiversité : traitement des déchets : récupération de l’eau de pluie ; perméabilisation des sols ; petite production alimentaire (incités les personnes à préférer des achats de saison, locaux ou bio dans leur vie de tous les jours)
  • un enjeu de réappropriation de la ville : grâce aux échanges et aux confrontations d’idées, ainsi que par l’acte initial d’investir une parcelle, sorte de reprise en main de son lieu de vie, en aménageant concrètement la parcelle, en s’investissant dans les instance de consultation locale, en s’engageant ; poser les jalons d’une implication politique dans la vie de quartiers.


clémentine compte sur vous aujourd'hui

clémentine DELAHAUT a besoin de votre aide pour sa pétition “Pour la réhabilitation d’un des plus vieux potagers de Bruxelles”. Rejoignez clémentine et 1 628 signataires.