Libérez Amaya et les autres prisonniers politiques au Nicaragua

0 a signé. Allez jusqu'à 200 000 !


Spanish | German | English | French

Notre chère amie, notre sœur, notre fille Amaya a été enlevé par les forces paramilitaires du Nicaragua et est actuellement détenue en prison. Son crime ? S'exprimer contre le gouvernement et la répression violente des manifestations pacifiques.

Amaya est une infatigable défenseur des droits de l’homme, qui a dirigé les étudiants avec courage et générosité, alors même que des centaines d'autres manifestants étaient tués dans les rues. C’est maintenant à notre tour de nous battre pour elle. Veuillez signer cette pétition et aidez-nous à libérer Amaya.


L'histoire d'Amaya

Amaya n'a que 23 ans, mais elle a le cœur d'une activiste. Étudiante remarquable et profondément empathique, elle a défendu la résistance pacifique non-violente et se soucie profondément des droits des autochtones, des droits des femmes et de l’environnement. Adolescente, elle a obtenu une bourse et a représenté, pendant deux ans, le Nicaragua dans un pensionnat pour la paix mondiale - United World College.

Cette année, Amaya était étudiante en cinquième année de médecine à León, au Nicaragua. En tête de sa classe, elle avait hâte de terminer sa formation afin de pouvoir l'utiliser pour aider les autres. En avril, des manifestations de masse contre le gouvernement ont éclaté dans tout le pays et le gouvernement a réagi avec une force meurtrière. Voyant cela, Amaya a choisi de mettre ses études de côté et de prendre la parole en tant que responsable et porte-parole du Mouvement étudiant du 19 avril luttant pacifiquement pour la justice et la démocratie.

Le soir du 10 septembre, Amaya a été enlevée par un groupe paramilitaire alors qu'elle rentrait chez elle avec un ami, Sergio Midence. Le groupe n'était pas de la police et ils n'avaient pas non plus de mandat d'arrêt. La police a pris 48 heures pour annoncer officiellement sa détention.

La première semaine de son emprisonnement, Amaya a été incarcérée à El Chipote, une prison connue pour ses violations des droits humains telles que le recours à la torture et aux violences sexuelles pour interroger les prisonniers. Amaya a été arrêtée sans avoir été autorisée à parler à son avocat, sans avoir été présentée à un juge dans le délai légal de 48 heures et sans contact avec ses parents. Comme vous pouvez l'imaginer, ses amis et sa famille étaient malades d'inquiétude.

Après une semaine, Amaya a été présentée à un juge et inculpée d'actes de «terrorisme», «enlèvement» et «possession illégale d'armes à feu», entre autres accusations. Elle est actuellement détenue à la prison pour femmes de La Esperanza et attend son procès.

De nombreux amis et camarades d’études d’Amaya ont également été arrêtés et certains ont été condamnés à plus de 30 ans de prison. Selon le Centre nicaraguayen des droits de l'homme, il y aurait actuellement plus de 345 prisonniers politiques au Nicaragua. Chaque semaine, des militants, des étudiants et d’autres civils sont enlevés de force, dans la rue ou chez eux. Le gouvernement nicaraguayen a interdit toute manifestation publique dans le but de réprimer toute opposition. Il n'hésite pas à jeter n’importe qui à El Chipote - y compris les enfants.

Nous avons besoin de tout le soutien possible. S’il-vous-plait, signez cette pétition pour demander aux autorités nicaraguayennes de libérer immédiatement tous les prisonniers politiques détenus pour avoir exercé pacifiquement leur droit à la liberté d'expression et de rassemblement.

Aidez-nous à mettre fin à l'oppression politique et à la violence au Nicaragua. Aidez-nous à libérer des centaines de militants des droits de l'homme. Aidez-nous à protéger notre chère fille, notre sœur et amie, Amaya. Signez et partagez cette pétition avec tous vos contacts et suivez nos progrès sur notre page Facebook.


De nombreuses organisations internationales ont condamné les actions du gouvernement nicaraguayen et beaucoup soutiennent l’affaire Amaya. [Liens ci-dessous pour plus d'informations]

 Amnesty International: Action Urgente

Front Line Defenders

Le Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l'homme (HCDH)



Free Amaya Coppens compte sur vous aujourd'hui

Free Amaya Coppens a besoin de votre aide pour sa pétition “Pour la libération de Amaya et des militants contre le gouvernement d'Ortega”. Rejoignez Free Amaya Coppens et 152 460 signataires.