Petition Closed
Petitioning citoyen.ne.s

Nous ne voterons plus jamais PS : chiche !

2,382
Supporters

Si comme nous, vous ne voterez plus jamais PS, signez cet appel.

Atteinte au droit de manifester, Chômage, casse du code du travail, déchéance de nationalité, Notre-Dame-des-Landes, traités européens imposés, répression syndicale, violence policière, état d’urgence… Nous attendions déjà peu de François Hollande, mais nous nous sentons clairement trahis. À chaque manifestation contre la loi Travail, le même slogan est scandé par les étudiants, les syndicalistes et tous les opposants au gouvernement : "Tout le monde déteste le Parti Socialiste !".

Depuis quelques jours, le journal Fakir de François Ruffin est à l’initiative de l’opération Nous ne voterons plus PS qui vise à sanctionner dans les urnes la politique anti-sociale, anti-écologique, liberticide et pro-MEDEF du gouvernement.

Cet appel a rencontré un large écho au sein de l’"opposition de gauche" qui cherche à récupérer tout cet électorat qui avait voté Hollande en 2012 et jure qu’on ne l’y reprendra plus. C’est ainsi que l’appel a été relayé par le candidat à la présidentielle Jean-Luc Mélenchon sur sa page facebook personnelle ou que la fin des alliances avec le PS est annoncée chez Europe-Écologie - Les Verts. Le PCF, lui, réclame des primaires de la gauche sans François Hollande, "disqualifié pour porter les couleurs de la gauche"…

  • Ni récupération, ni beaux discours : des actes

Pourtant, en 2012, nous étions déjà nombreux à être déçus de l'appel de toutes ces formations à rallier le candidat socialiste dès le soir du premier tour. L'urgence, la nécessité de vaincre la droite, et la certitude qu'ensuite nous nous opposerions au gouvernement avaient pu convaincre certains de la nécessité d'un tel appel. Sauf que ce qui était présenté alors comme l’exception a été par la suite érigé en règle politique : des législatives aux régionales, tous ces partis se sont alliés partout où ils en avaient la possibilité avec le PS, afin d’obtenir des sièges et de sauver leurs élus.

Le Parti de Gauche, fondé par Jean-Luc Mélenchon, ne s’en est pas privé: en Languedoc-Roussillon, l’alliance large entre le PG, le Parti Occitan, le Parti Communiste, Ensemble, et Europe Écologie Les Verts a même fusionné avec la liste PS au second tour alors qu’elle avait la possibilité de se maintenir en ayant dépassé la barre des 10%. En Île-de-France, l’entre-deux tours a été le théâtre d’un rapprochement sans ambiguïté entre Claude Bartolone (Président de l’Assemblée nationale, PS), Eric Coquerel (Coordinateur national du Parti de gauche), Clémentine Autain (Porte parole d’Ensemble !), Pierre Laurent (Secrétaire national du PCF) et Emmanuelle Cosse (ex-Secrétaire nationale d’EELV) au sein d'une même liste d’"union".

Ces alliances avec le PS avaient pourtant été désapprouvées en interne par de nombreux militants de ces partis ; elles furent également qualifiées de « trahison » par le politologue et rédacteur en chef du journal Les z'indignés, Paul Ariès : «le ralliement au P"S" était organisé avant le lancement de la campagne. (…) Je fais aujourd’hui partie de toutes celles et de tous ceux qui à gauche se sentent trahis. Je ne voterai pas pour une liste qui laisse croire que le P"S" serait un bout de la solution. Le P"S" n’est pas du côté de la solution, il constitue une partie importante du problème».

Il est clair que les forces politiques qui remettent la prise de décision à l'entre-deux-tours se ménagent la possibilité de se rallier au PS, trahissant ainsi les suffrages de tous leurs électeurs qui ne veulent plus de ces alliances. Alors en 2017, on imagine sans mal quelle sera la position de ceux qui refusent de se prononcer clairement avant le soir du 1er tour des présidentielles : appeler au "Front républicain" pour "faire barrage à l'extrême-droite" et donc à déposer un bulletin PS ou LR dans l'urne au nom du "moindre mal". Et dans la foulée, négocier des accords pour les législatives suivantes afin de sauver une poignée de sièges.

  • Pour nous, c’est non !

Comme Frédéric Lordon, nous considérons qu’en 2012, « voter Hollande pour faire barrage au pire a été le très sûr moyen de faire advenir le pire ».

Alors nous l’assumons ici haut et fort : nous ne donnerons plus jamais nos voix à un candidat ou un parti libéral, qu'il s'agisse du Parti socialiste ou des Républicains qui, de toute façon, mènent exactement les mêmes politiques anti-sociales, anti-écologiques et liberticides. Car c'est bien cette absence d'alternative et non l'abstention qui nourrit le Front national. Le FN se nourrit également de la confusion provoquée lorsque les forces qui prétendent constituer une "opposition de gauche" au gouvernement s’allient avec lui à chaque échéance électorale. Les justifications fallacieuses consistant à distinguer certains élus du PS et le Gouvernement ne tiennent pourtant plus, comme l'illustre le refus de voter la motion de censure par tous les députés PS en première lecture de la "loi travail", même par les soi-disant "frondeurs" qui avaient pourtant là l'occasion de bloquer cette loi.

Il est temps de mettre fin à cette machine infernale en sanctionnant le PS dans les urnes, et avec lui toute formation qui ne serait pas claire sur un possible soutien au second tour de la présidentielle ou une alliance possible aux législatives.

Nous faisons nôtre l’espoir d’Emmanuel Todd : «il ne faut pas regarder ça comme un geste négatif, mais au contraire positif : se débarrasser du Parti socialiste, c’est ouvrir un champ des possibles».

--------

Premiers signataires

Fabrice Acunzo, syndicaliste SDU13-FSU (13) - Marion Alcaraz, Attac (75) - Marianne Audran, militante associative (35) - Marine Aymard, Éducatrice spécialisée, militante syndicale et féministe, membre du PG (75) - Romain Aufaure, doctorant (75) - Georges Auspitz, apiculteur, militant au Parti de Gauche (38) - Bernard Bandelier, universitaire scientifique (75) - David Biston, monteur électricien , militant au PG (08) - Laurence Bobis, Comité 513 Paris (75) - Julien Boeuf (99) - Michèle Bouyge (63) - Annie Broussard (94) - Geneviève Bufkens (75) - Humbert de Buttet, retraité et associatif (32) - Samuel Chaîneau, professeur de philosophie, militant au Parti de Gauche et au CAC (Collectif pour des Alternatives au Capitalisme) (25) - Czeslav Cechura, Retraite de la banque, militant PG (76) -  Hugo Coldeboeuf, syndicaliste CGT (75) - Daniel Conversy, Cadre départemental et militant associatif et politique (25) - Luc Dehetre, enseignant (94) - Jean-Bernard Ferrier, militant PG (94) - Adrien Fortuné, développeur informaticien (75) - Richard Gentils, retraité, militant ATTAC et membre des amis du Monde Diplomatique (85) - Florence Goujon (63) - Laurence Guariglia, artiste, militante de gauche (75) - Alice Guillard, militante associative (35) - Michel Juan, ex militant au Parti de gauche et syndicaliste SNUEP-FSU (32) - Ramzi Kebaili, militant de la campagne BDS pour la Palestine (75) - Anne Emmanuelle Kervella (75) - Robert Khawam, militant Fakir et PG (94) - Céline Koenig, militante associative (971) - Valérie Lafont, militante antifasciste (75) -  Mathilde Larrère, historienne  (75) - Franck Lebas, enseignant-chercheur (63) - Lidia Lebas, syndicaliste FERC-Sup CGT (63) - Rémy Lebas de Lacour, ancien responsable syndical retraité (33) - Michel Le Ray, retraité (33) - Sonia Le Gall, militante FSU et France Insoumise (75) - Vincent Legeay, doctorant précaire (93) - Thibault L'honneur (93) - Bruno L'hostis, syndicaliste CGT fonction publique (40) - Jacquy Lièvre Militant, association Savoir-Comprendre-Agir Saône et Loire (71) - Lise Maillard, co-secrétaire PG (31) - Benoît Maillard-Salin, animateur socio-culturel, militant politique (25) - Sylvain Mailler, militant du Parti de Gauche (94) - Mickaël Marcel syndicaliste CGT (75) - Laurent Mauduit, CGT-RATP (75) - Kamel Mouhoubi, doctorant, militant du Parti de Gauche (51) - Caroline Mouly, informaticienne (75) - Fabien Nathan, sociologue (73) - Cédric Nicolas, privé d'emploi et militant "Le Trégor Insoumis" (22) - Emmanuel Olivard, CN du PG (75) - Clothilde Pelenc, féministe (94) - Jean-Claude Petit, enseignant, militant syndical et associatif, ex membre du PG (59) - Marian Petitfils, syndicaliste SNES-FSU et militant Attac (75) - Marc Perrier (35) - Livia Plehwe, doctorante (75) - Joseph Poucineau, chômeur (35) - Alexandre Prud'hommeau, CGT (75) - Françoise Purrey, membre d'Attac France, Greenpeace et du Parti de Gauche (65) - Eric Putot, militant syndical (SUD) et politique (25) - Nicolas Raimbault, chercheur et enseignant (75) - Huguette Ruiz, retraitée, militante du Parti de gauche (13) - Martine Salhi, militante PG (75) - Marie Barbara Schimmel, soignante (99) - Martine Sevegrand, historienne (94) - Stéphane Simard-Fernandez, Réseau salariat (94) - Jean-Claude Simon, Chercheur, réseau Transform ! Europe et militant PG (99) - Dounia Soussane, Sud (75) - Cécile Tavan, syndicaliste CGT, militante Attac (75) - Audrey Treil (92) - Sylvain Trotel, psychologue (75) - François Ulrich, syndicaliste CGT et militant du PG (63) - Nuria Valverde (99) - Severine Véziès, professeure d'économie gestion, militante politique (25) - Kevin Victoire, journaliste et blogueur (93) - Aurelia Zebiri, éducatrice spécialisée (92)

This petition was delivered to:
  • citoyen.ne.s

    Plus jamais PS ! started this petition with a single signature, and now has 2,382 supporters. Start a petition today to change something you care about.




    Can you help this campaign win?