Non aux suppressions de TVG à Bourg

0 a signé. Prochain objectif : 1 000 !


La réforme ferroviaire à peine signée, la SNCF ferme des lignes, supprime des arrêts trains et TGV, brade son patrimoine au privé.

Impact en Gare de BOURG 

-        Suppression de liaisons TGV  pour PARIS :  le TGV  de 7h37  est supprimé en juillet et Août,  la reprise est  incertaine ;  « le Progrès » annonce aussi la suppression de celui  de 8h59 ,               sans que les usagers, cheminots, élus ne soient informés.

-      Suppression de la ligne Marseille-Strasbourg en décembre (plan de transport 2019 de la SNCF) qui passe par le Revermont. Il ne sera donc plus possible pour les habitants du département de l’Ain de rejoindre directement ces deux villes ainsi que les villes desservies par cette ligne.                                                                                                      Quelles suppressions de lignes, d’arrêts de trains, de réduction et dégradation de services ferroviaires, si nous ne luttons pas contre ces fermetures, alors

Engageons la lutte pour le rail sur Bourg

Rendez-vous  

 Jeudi 6 Septembre de 17 à 19 h.                               Parvis de la Gare de Bourg

afin que chacun-e exprime son point de vue, ses problèmes de transport, ses besoins, ses attentes,  ses propositions, … Et ensemble trouver des solutions pour arrêter la casse, promouvoir un service public ferroviaire moderne, efficace …

Par leurs investigations, leur lutte contre la réforme ferroviaire, les cheminots, leurs syndicats nous ont alerter sur les dangers de cette réforme .

Et les communistes, aussi bien militants-tes que parlementaires ont dénoncé  immédiatement  les dangers de la privatisation de la SNCF et participent dans tout le pays à porter des solutions pour améliorer nos transports ferroviaires.

Aujourd’hui, de plus en plus de personnes, des médias, des organisations constatent que la réforme ferroviaire n’apporte aucune garantie et qu’elle concerne : usagers, cheminots, ainsi que les citoyens-nes, les élus-es. En plus des difficultés de transport, il y a la pollution, la sécurité, l’inégalité des territoires.

Lorsque la nécessité de réduire les gaz polluants (1) et faciliter les déplacements chacun trouve la bonne réponse : favoriser les déplacements ferroviaires, (fret et voyageurs) à l’exception notoire du gouvernement.

Le développement du transport ferroviaire ne peut se faire que dans le cadre du service public. Le constat aujourd’hui n’est plus à faire : les sociétés privées qui achètent des entreprises publiques, puis les gèrent (par exemple les autoroutes) ont pour objectif unique : faire des profits pour servir leurs actionnaires. Elles n’hésitent pas à tailler dans les investissements et l’entretien des infrastructures, dans l’emploi, avec des conséquences désastreuses pour les usagers (2)

Le transport ferroviaire c’est aussi la garantie de l’égalité entre les territoires du pays. Leur existence, leur développement harmonieux ne peut se faire sans des services publics de transports modernes, adaptés aux besoins des citoyens-nes, des entreprises, des collectivités.  

Sur Bourg, le PCF propose :  

-        La réouverture des lignes TGV desservant la gare de Bourg,

-        D’empêcher toutes suppressions d’arrêts, de liaisons,

-        L’ouverture plus ample des guichets,

-        De défendre, promouvoir les services et emplois publics, le progrès social et écologique  

 

(1)    Lors de la COP21, en 2015, les pays de l’UE s’étaient fixé une baisse des émissions de GES de 0.9% par an pour limiter le réchauffement climatique à 2°. La France a vu ses émissions croitre de 3.2%

(2)    En France, les multinationales du CAC40 font des profits record (43.5 MDS d’€ pour le 1er semestre 2018) pour les 33 qui ont publié leur résultat