Oui au Refuge pour tous ! #MigrantsLGBT @gouvernementFR

0 a signé. Allez jusqu'à 25 000 !


Au mois d'Avril, l'amendement "Le Refuge" qui a pu être déposé, n'a pas été validé par l'Assemblée Nationale, mais à partir du 25 Juillet le projet "Asile et Immigration" fera son deuxième passage.
Il est donc plus que jamais nécessaire de se mobiliser pour que notre Amendement modifié passe auprès de nos décideurs !

Marie-Claude et moi-même (amis et administrateurs du Refuge) décidons de lancer une alerte pour que le Gouvernement prenne des dispositions pour protéger les LGBT en exil qui arrivent en France et qui sont en situation de grand fragilité. 

Je m'appelle Steven Kuzan, j'ai 26 ans et j'ai quitté la métropole pour la Guyane Française il y a plus de 3 ans. Depuis, j'y ai créé une délégation de l’Association Le Refuge pour aider les jeunes personnes LGBT, qui sont en grande difficulté sur ce territoire.

Tous les jours, je suis confronté, comme partout en France, à des personnes LGBT étrangères qui arrivent sur le territoire français en situation de grande détresse et qui fuient leur pays pour éviter le rejet, la violence, les tortures et parfois même la peine de mort, simplement en raison de leurs sentiments. 

Marie-Claude Farcy a 57 ans, mère de 3 enfants. Elle est, entre-autres, Secrétaire Générale du Refuge où nous nous retrouvons pour défendre nos valeurs de solidarité, d'humanisme et de lutte contre toutes formes de discriminations. 

Des personnes LGBT en grande détresse

De nombreux migrants LGBT mettent difficilement en avant leur orientation sexuelle pour solliciter une demande d’asile ou le cas échéant de protection subsidiaire. Ces personnes éprouvent des difficultés à évoquer leur sexualité ayant pour réflexe de garder cette orientation sexuelle secrète, y compris à l’occasion des entretiens avec l’OFPRA ou d’une audience auprès de la Cour Nationale du Droit d’Asile.

Leur demande d'asile se retrouve donc souvent refusée car il n'ont pas connaissance des droits et valeurs françaises ou n'ont pas réussi à s’exprimer correctement sur ce sujet très tabou dans leur pays/culture/religion (difficulté d'expliquer leurs sentiments, sentiment de culpabilité, etc.)

Une politique migratoire inadaptée aux personnes LGBT

Ces personnes arrivent d'un des 78 pays qui punissent encore l'homosexualité ou de pays où les persécutions des personnes LGBT sont effectives et les mettent en danger de mort.
Pourtant, aujourd'hui, en France, la plupart des migrants LGBT qui débarquent sur notre territoire sont présumés coupables avant même d'être écoutés. 

Dans notre pays, de nombreux problèmes se posent comme :

  1. Aucune disposition dans le projet de loi « Asile et immigration » ne semble tenir compte de la situation des jeunes migrants LGBT. Bien au contraire, plusieurs dispositions vont les mettre plus en danger encore. Notamment à cause des délais de formulation de leur demande, les délais de recours devant la CNDA en cas de refus par l’OFPRA, le risque accru d’enfermement en centre de rétention et leur expulsion forcée dans le cadre de procédure Dublin.
  2. Des traducteurs qui partagent parfois ce pays/culture/religion, peuvent être eux-mêmes confrontés à ces tabous et ne pas retranscrire fidèlement les paroles des personnes demandeuses.
  3. Le manque de communication de notre l'Etat sur l'accès au Droit d'Asile légitime des personnes LGBT des pays concernés.
  4. La précarité sociale dans laquelle ils tombent en arrivant en France. 
    Comme en Guyane, où il y a seulement 150 places d'hébergements en Centre d'Accueil pour Demandeurs d'Asile pour + de 6000 demandeurs en détresse. Sans compter le manque d'aide alimentaire, etc...

Un besoin de prise de conscience et d'acte urgent

Il est urgent d'agir et de faire réagir nos décideurs pour ne plus laisser ces personnes mourir dans l’indifférence. 

Sans plan d'actions en leur faveur, des jeunes, ayant risqué leur vie pour espérer un meilleur départ loin de leur pays et/ou famille qui les discriminent ou les menacent de mort, risquent de se retrouver déboutés et expulsés vers l'endroit qu'ils ont fuit. 
En attendant, ils se retrouvent toujours en grande souffrance.

Nous avons besoin de vous pour inciter notre Gouvernement à agir concrètement et pour que l'Assemblée Nationale vote favorablement pour notre Amendement ! 


Signez et partagez au maximum la pétition sur les réseaux sociaux pour faire réagir vos élus !

Nous comptons sur vous. 

Marie-Claude FARCY & Steven KUZAN


Voici l'Amendement en question : 

Projet de loi pour un asile effectif, une immigration maîtrisée et une intégration réussie.

ARTICLE ADDITIONNEL

Après l’article 4,
Insérer un article ainsi rédigé :

Pour évaluer les demandes d’asile formulées par des individus faisant état de persécutions en raison de leur identité sexuelle, de leur orientation sexuelle, ou de leurs pratiques sexuelles dans leur pays d’origine, les associations reconnues d’utilité publique dans le domaine de la protection des personnes lesbiennes, gays, bisexuelles, et transgenres sont habilitées à délivrer à la demande des demandeurs d’asile susvisés, tout rapport attestant des informations recueillies auprès d’eux. Ces éléments ainsi recueillis par ces associations sont annexés au dossier de demande d’asile introduit devant l’Office français de protection des réfugiés et apatrides, ainsi que devant la Cour nationale du droit d’asile.

Exposé des motifs :

Cet amendement vise à garantir la reconnaissance des jeunes migrants LGBT, persécutés pour leur identité, ou leur orientation sexuelle. De nombreux jeunes migrant.e.s LGBT ne mettent pas en avant leur orientation sexuelle pour solliciter une demande d’asile ou, le cas échéant, une protection subsidiaire. En effet, outre l’invisibilité des personnes migrantes LGBT, cette catégorie de personnes éprouve des difficultés à évoquer leur sexualité, ayant souvent pour réflexe de garder cette orientation sexuelle secrète, y compris à l’occasion des entretiens avec l’OFPRA ou d’une audience auprès de la Cour nationale du droit d’asile.
Nous sommes conscients de l’immense travail d’ores et déjà réalisé par l’OFPRA sur les questions de persécutions liées à l’identité sexuelle, notamment par le biais de son groupe de travail et de formation des agents de protection qui se consacre au sujet de l’orientation sexuelle et de l’identité de genre, en vue d’actualiser sa doctrine dans ce domaine. La démarche qui est la nôtre va dans le sens de celle entreprise pour l’OFPRA aujourd’hui. Nous n’avons pas vocation à créer une quelconque obligation, mais bien à accompagner, et à faciliter le travail aujourd’hui réalisé par l’Office.
En ce sens, nous souhaiterions que les rapports précis et circonstanciés délivrés par une association reconnue d’utilité publique, comme par exemple l’Association Nationale Le Refuge, à l’occasion de la prise en charge de jeunes migrant.e.s LGBT, puissent être considérées comme des informations de référence et prises en compte dans les demandes d’asile déposée à l’OFPRA ou étudiées en recours par la Cour nationale du droit d’asile. La démonstration d’une orientation sexuelle reste quelque chose de difficile voire impossible. Une association comme Le Refuge est souvent la première possibilité offerte à ces jeunes de pouvoir parler de leur orientation sexuelle librement, alors que celle-ci était jusque-là réprimée, avec des conséquences souvent très lourdes dans leur pays d’origine et souvent dans les pays de transit.



Steven compte sur vous aujourd'hui

Steven KUZAN a besoin de votre aide pour sa pétition “Oui au Refuge pour tous ! #MigrantsLGBT”. Rejoignez Steven et 19 985 signataires.