Gratuité des transports en commun à Orléans Métropole

0 a signé. Allez jusqu'à 500 !


Transports en commun ? Liberté, égalité, gratuité !

5 raisons de défendre les transports gratuits :

  • 1) Un droit au transport

Que ce soit pour aller au travail, au lycée, à la fac ou à nos loisirs, nous avons tous besoin de nous déplacer. Le prix des transports en commun peut être un facteur d’exclusion pour une partie de la population (habitants des quartiers populaires, chômeurs, étudiants, retraités…).

  • 2) Une mesure écologique

La gratuité des transports en commun répond à un impératif écologique et de santé publique : - La pollution de l’air coûte chaque année près de 100 milliards d’euros à la France.* - 650 000 journées d’arrêt de travail sont prescrites chaque année à cause de la pollution.* - 48 000 morts par an sont causées par la pollution.* Démocratiser et généraliser le recours aux transports en commun, c’est donc agir concrètement pour baisser la pollution, c’est aussi engager la transition énergétique. *(rapport sénatorial n°610 du 15 juillet 2015 sur le coût économique et financier de la pollution de l’air)

  • Une mesure d'égalité

Alors qu’actuellement le prix des transports en commun varie sensiblement suivant les situations (retraités, étudiants, salariés bénéficiant d’une participation de l’entreprise, personnes n’utilisant pas assez les transports pour qu’un abonnement soit rentable…), la gratuité favoriserait l’égalité entre tous les usagers : chacun contribue déjà en fonction de ses revenus par le biais de l’impôt. Pourtant, un lycéen de l’agglo paye pour se rendre en cours en bus, tandis qu’un lycéen hors agglo peut utiliser le réseau Rémi gratuitement.

  • Un meilleur service public

Mettre en place la gratuité des transports en commun, c’est permettre de réorganiser le réseau en augmentant la fréquentation. Là où priment les impératifs de rentabilité et de profit, la gratuité permettrait de changer de logique et de repenser les lignes en fonction des besoins de la population. La gratuité des transports en commun doit donc s’accompagner de la multiplication de parking relais en périphérie d’Orléans afin d’assurer une égalité de traitement à tous les citoyens quel que soit l’endroit où ils habitent. La gratuité des transports en commun ne doit pas conduire à des suppressions de postes, mais à une réorientation des contrôleurs vers des emplois de conducteurs ou des missions de médiateurs et d’accompagnateurs, pour les écoles et les personnes en situation de handicap.

  • Un choix politique

La délégation de service public à l’entreprise privée Kéolis engendre un coût supplémentaire : la rémunération des actionnaires de ce trust. La gestion des transports directement par Orléans Métropole éviterait le versement de bénéfices versés à Kéolis. Les employeurs remboursent aujourd’hui 50% de l’abonnement de leurs salariés. Dans la mesure où ils n’auraient plus cette dépense, les communistes proposent une augmentation de 0,2% du versement transport, ce qui signifie plus de 6 millions d’euros de recettes supplémentaires par an pour la métropole ! Le coût des transports en commun est aujourd’hui majoritairement assumé par Orléans métropole, grâce au versement transport assuré par les employeurs : les abonnements ne représentent que 20 % du budget du transport. Le coût estimé de la gratuité est d’environ 15 millions d’euros par an, soit moins de 2,5% du budget de la métropole (639 millions en 2018). La gratuité des transports en commun est donc bien un choix politique.

 



PCF Loiret compte sur vous aujourd'hui

PCF Loiret a besoin de votre aide pour sa pétition “Orléans Métropole: Gratuité des transports en commun à Orléans Métropole”. Rejoignez PCF Loiret et 239 signataires.