Monsieur le Président Olivier David : débloquez Rennes 2 !

0 a signé. Allez jusqu'à 200 !


Monsieur le Président,

Depuis plusieurs semaines, le fonctionnement de notre université est perturbé par les blocages : de nombreux cours ont été déplacés et aujourd'hui le bon déroulement des examens est menacé. Malgré la mobilisation de près de 900 étudiants lors de la grande « AG » su 10 avril et dans laquelle nous sommes intervenus, celle-ci a voté la reconduction du blocage. Ce lundi 16 avril, un nouveau blocage est voté. Par ailleurs, des locaux de l'université sont occupés illégalement, en particulier des amphi et le hall du bâtiment B : de nombreuses dégradations, des tags appelant au meurtre de nos forces de l'ordre, sont constatables. Qui paiera la remise en état ? Dans une lettre ouverte confiée à la presse en date du 15 mars, vous déclariez que si votre responsabilité était première dans cette situation de blocage, elle ne pouvait s’exercer sans la présence et le soutien de la communauté.

Les étudiants se sont donc mobilisés pour vous apporter ce soutien :

  • Constitution d’un « Collectif contre les Blocages à Rennes 2 » qui relaie la parole des étudiants sur Facebook et sur Twitter et accompagne leur mobilisation ;
  • Tentative de démantèlement des barricades par des étudiants ; bien que ces derniers aient manifesté leur intention pacifique à l'égard des personnes, les bloqueurs cagoulés ont commis des violences physiques et verbales qui ont fait l'objet de plaintes ;
  • Création d’un groupe Facebook d'échanges sur les blocages,
  • Mobilisation de la presse,
  • Présence nombreuse et interventions courageuses en « AG »,
  • Nombreux messages d'étudiants et de notre part à la présidence.

Si elle est consciente de servir un mouvement qui dépasse le cercle de ses militants, l’UNI Bretagne, en tant qu’association étudiante, met également ses forces au service des étudiants.

Or, malgré les nombreux soutiens, la présidence n’a pas assumé sa responsabilité. « Si des étudiants sont inquiets, la meilleure solution est de se déplacer aux assemblées générales » déclariez-vous dans la presse le 9 avril. Monsieur le Président, c’est à vous de faire le choix d’une solution. Vous ne pouvez pas demander aux étudiants d’agir à votre place et d’avoir le courage que vous n’avez pas. Notre droit est clair : « Le président d'université est responsable de l'ordre et de la sécurité dans les enceintes et locaux affectés à titre principal à l'établissement dont il a la charge » (article R712-1 du Code de l’Éducation).

Monsieur le Président, la situation est urgente. Les tensions s'exacerbent entre les opposants aux blocages et les bloqueurs. Ces derniers ont rompu tout dialogue ; et certains font usage de la violence à l'égard des personnes ; dans un ultimatum, ils ont appelé à "accentuer la pression sur la présidence" et menacé en ces termes : "nous sommes suffisamment nombreux.ses pour appliquer ces décisions par tous les moyens possibles". Ce sont la sécurité des biens et des personnes, notre diplôme, la réputation de notre université et notre avenir qui sont menacés. Nous voulons reprendre possession de notre université.

Comme cela a été fait dans plusieurs universités, nous vous demandons de solliciter en lien avec le préfet l'intervention des forces de l'ordre pour mettre fin aux blocages à Rennes 2.



UNI Bretagne compte sur vous aujourd'hui

UNI Bretagne a besoin de votre aide pour sa pétition “Olivier David: Monsieur le Président Olivier David : débloquez Rennes 2 !”. Rejoignez UNI Bretagne et 197 signataires.