Pour la Sauvegarde des Porcs au Pâturage

0 a signé. Allez jusqu'à 7 500 !


Nous sommes tous concernés ! Consommateurs, paysans, défenseurs du bien-être animal, ...

Sur notre ferme, nous tentons de mettre en place un élevage de porcs particulièrement respectueux de nos animaux. Pour cela, nous leurs mettons à disposition un espace entre 250 à 1000 fois plus vaste que les normes légales en vigueur. Un espace de vie riche et varié, composé d'une grande aire paillée, de vastes pâturages, de vergers et de sous-bois, le tout accessible 24h/24 et 365 jours par an.

Cet environnement parfaitement adapté à l'espèce permet d'avoir des animaux heureux et en pleine forme en se passant de soja, d'huile de palme et d'additifs chimiques dans leur alimentation, mais surtout d'antibiotique et de la plupart des traitement médicamenteux. Seul une vermifugation 3 fois par an et un vaccin contre le rouget sont nécessaires.

Le problème avec ce mode d'élevage idéal, c'est que le porc a la fâcheuse habitude de détruire les prairies, comme son cousin le sanglier. Même dans de vastes parcelles, les dégâts sont trop importants et rentrent en conflit avec la protection des sols (forts risques d'érosion) et la protection des eaux (infiltration des nitrates, la prairie détruite ne peut plus assimiler et transformer en herbe les nitrates contenus naturellement dans les excréments des porcs).

Afin de pouvoir garder nos animaux dans leur milieu naturel, nous n'avons pas d'autre choix que de leur poser, sous anesthésie, une boucle nasale. Avec cette boucle, les animaux apprennent quasiment instantanément à ne plus creuser la terre, car ils savent très bien que cela leur ferait mal. Une fois la boucle posée, il ne suffit que de quelques heures à nos cochons pour retrouver une activité tout à fait normale. Nous avons mis évidement en place des infrastructures permettant à nos porcs de se nourrir et de se désaltérer sans avoir besoin de pousser quoi que ce soit avec leur groin. Donc exit les automates à granulés et les abreuvoirs sur lesquels il faut appuyer avec le groin. La distribution des céréales se fait au sol et les abreuvoirs sont à niveau constant.

Sans cette boucle nasale, il est impossible de détenir des porcs dans un milieu comme décrit ci-dessus, nous en voulons pour preuve que les chiffres officiels montrent que la détention de porcs en milieu naturel est en chute libre depuis plusieurs années (près de - 50% entre 2012 et 2016) et que la part de ce mode de détention exprimé en pourcentage, par rapport à un mode de détention en bâtiments sans accès à un milieu naturel, est passé en dessous de 0,02 % !

À notre connaissance, seule la loi suisse interdit cette pratique. Toutes les productions de porcs d'exceptions, tels que le célèbre Pata negra, le Kintoa ou le Noir de Bigorre recourent à cette pratique quasi ancestrale. Tout le monde peut le vérifier facilement en tapant sur un moteur de rechercher l'une de ces 3 appellations et en cliquant sur "Image" !

La protection Suisse des animaux (PSA) et l'office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaire (OSAV), nous disent que "la pose de cette boucle peut-être douloureuse et qu'elle bafoue un comportement naturel et inné du porc". Ils ont partiellement raison, mais nous leur répondons que :

- c'est pour cela que nous posons cette boucle sous anesthésie, comme cela se fait pour la castration ou l'écornage qui sont des pratiques certainement bien plus douloureuses, mais qui sont légales et ne posent pas de problème.

- les cochons apprennent extrêmement rapidement à faire attention à leur boucle et très rapidement cela ne leur procure plus de douleur

- concernant le fait de fouiller la terre, c'est vrai que nos cochons ne peuvent plus le faire étant donné que c'est le but, mais 99,98 % des porcs en Suisse n'ont même de terre sous leurs pattes. En revanche, la boucle nasale ne les empêche pas de fouiller leur litière ou de fouiller les feuilles dans les sous-bois à la recherche de glands et de fênes. Cet instinct de fouille est donc accessible à nos porcs grâces à la surface et à la diversité des milieux mis à leur disposition en libre accès.

De plus, cette pratique permet d'assouvir un très grands nombres d'autres comportements innés et naturels que seules ces conditions d'élevage peuvent offrir et d'en citer quelques-uns : bain de soleil, respect de leur régime alimentaire d'omnivore (herbe, fruits, glands, fênes,...), possibilité de s'isoler pour une petite sieste ou pour un bain de boue...

Si nous réussissons ensemble à faire retirer l'article 18 let c de l'OPAn (Ordonnance sur la Protection des Animaux), l'élevage de porcs en pâturage pourra à nouveau retrouver son niveau d'avant l'entrée en vigueur de cette loi (2008) et certainement se développer au-delà.

En revanche, si nous échouons, nous seront contraints d'enfermer nos porcs dans un environnement bétonné, mais bien aux normes !!!

Si le bien-être animal, la qualité des produits alimentaires et l'antibiorésistance sont des sujets qui vous préoccupent, alors signez sans attendre cette pétition et partagez-la au maximum. Nous sommes face à un mur d'incohérences, mais en masse nous y parviendrons !!!

Plus de détail et photos sur www.porclibre.ch !

 



Studer compte sur vous aujourd'hui

Studer JOANA & JOAN a besoin de votre aide pour sa pétition “Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires: Pour la Sauvegarde des Porcs au Pâturage”. Rejoignez Studer et 6 898 signataires.