DES TOURS PHARE-AONIQUES DANS LA VILLE DE QUÉBEC !?

0 have signed. Let’s get to 2,500!


Le projet  « Le Phare », de plusieurs tours dont une de 65 étages et une autre de 50 étages, envisagé pour notre belle ville de Québec doit débuter en 2019. Celui-ci retient l’attention d’une grande partie de la population de Québec et des environs, soulève de nombreuses questions et suscite de vives inquiétudes qui n’ont pas à ce jour été prises en considération par les gestionnaires du projet et par la Ville de Québec. Un projet qui nous concerne tous et qui aura un grand impact sur la population, tant pour les résidents de Québec que ceux de la Rive Sud de Québec.

En résumé, le projet, tel que présenté, comprend quatre tours dont une de 65 étages - environ 250 mètres de hauteur - et une de 50 étages - environ 180 mètres - qui seront situées au coin du boulevard Laurier et de la rue de la Vigerie, soit directement à la sortie des ponts, en face de l’hôtel Québec. On nous présente un mégaprojet de tours d’habitation, de bureaux, hôtel, salle de spectacle ainsi qu’une place publique pour notre ville d’environ 800 000 habitants. Des tours comme il en existe déjà dans des villes bien plus peuplées en Asie, au Moyen-Orient et même en Europe. Cette tour qui, selon la ville de Québec et le promoteur, mettra la ville de Québec « sur la map », n’est pas un projet original ni respectueux de ses habitants et de son environnement.

Ce chantier, qui commencera en 2019 et qui est prévu pour durer 10 ans minimum, aura un très grand impact sur la population pour plusieurs raisons :

  • La modification des infrastructures routières dans ce secteur sera faite en fonction du complexe immobilier qui va générer un afflux massif de voitures dans ce secteur, d’où une augmentation du CO2 et du bruit.
  • La jonction entre les travaux du ministère des transports à la tête des ponts et les modifications prévues par la Ville de Québec ne semblent pas arrimées à ce jour et pourraient créer énormément de trafic dans ce secteur qui est déjà bien souvent problématique. 
  • La hauteur des tours n’est pas en harmonie avec l’architecture actuelle et la taille de la ville de Québec avec ses 800 000 habitants. Ces tours de 65 étages et de 50 étages seront très hautes comparativement au reste des immeubles de ce secteur. En comparaison, la tour Jules Dallaire située au coin de la route de l’Église et du boulevard Laurier comporte 28 étages avec une hauteur de 110 mètres. Une place publique envisagée au bas des tours restreint l’espace de construction au sol et a pour conséquence d’augmenter la hauteur des tours. 
  • Tout en désirant que la tête des ponts soit attractive, les projets d’architecture actuels ne prennent pas en considération l’impact écologique de sa construction.Ces tours de 250 mètres et 180 mètres de haut, exposées aux variations climatiques (froid, vent, soleil) vont nécessiter une climatisation très importante, d’où une émission excessive de CO2 pour arriver à chauffer et climatiser de telles structures. De tels bâtiments produiront aussi une pollution lumineuse importante.
  • En terme fiscal, les projections faites par la Ville de Québec quant aux retombées économiques oublient de déduire les dépenses d’immobilisations municipales liées au projet. Le promoteur ne semble pas en assumer une partie, même s’il paie des taxes sans proportion avec l’ampleur des travaux prévues (égouts, alimentation en eau, modification du tracé urbain, etc.).

Une proposition en termes d’architecture est de nous inspirer de ce qui est fait dans des villes de tailles ressemblant à celles de Québec, telles Oslo, Vienne, Bordeaux et Vancouver. Une avenue possible serait d’utiliser une de nos ressources principales le bois et notre savoir-faire dans ce domaine pour obtenir des édifices « net zéro », comme monsieur Dallaire, promoteur du projet Le Phare, l’a souligné dans sa présentation au Rendez-vous annuel 2018 du créneau d’excellence Bâtiment vert et intelligent. À l’instar des autres villes citées plus haut, nous pourrions nous tourner vers des constructions plus écologiques, en utilisant principalement le bois, tout en gardant une hauteur respectable pour les tours.

Les soussignés, résidents de la grande région de Québec, considèrent qu’il est souhaitable pour la ville de Québec d’avoir un ensemble représentant la créativité et l’innovation de la ville et de son milieu. Nous espérons donc que le promoteur et les autorités de la ville de Québec sauront conjuguer innovation, envergure et intégration dans l’environnement tout en étant à l’écoute de leurs concitoyens. En conséquence, nous demandons à la Ville de Québec et au promoteur de revoir le projet Le Phare en tenant compte des considérations exprimées quant à la hauteur des tours ainsi que leur impact écologique et structurel au sein de ce secteur, et de procéder à une réelle consultation d’envergure.

(En signant, vous n'avez pas à verser d'argent comme demandé sur le site)



Today: Anne is counting on you

Anne D. needs your help with “NON aux tours phare-aoniques dans la ville de Québec!”. Join Anne and 1,766 supporters today.