Non aux films en v.o. !

0 a signé. Allez jusqu'à 100 !


Sommes-nous devenus totalement fous ?

Tout le monde le sait, chacun(e) s’en rend compte : nous ne savons plus écrire ni parler correctement le français. La langue de Molière est attaquée de tous côtés, la francophonie bat de l’aile par abandon des politiques publiques en l'absence de moyens financiers adaptés. Les enfants n'apprennent plus à s'exprimer, ils ne connaissent plus les grands auteurs, ils ne lisent pas assez, ils n'écrivent plus du tout... bref, dans ces conditions misérables, il y a peu ou pas d’espoir d’amélioration.

Lire des textes longs rédigés en français, parler agréablement le français, entendre la musique des mots, qu’y-a-t-il de plus naturel et de plus évident dans un apprentissage sérieux de notre langue ?

Je suis sûr que vous en êtes toutes et tous convaincus.

Mais peut-on influencer positivement une institution injustement dénommée Éducation nationale ? L'éducation, c'est d'abord le rôle des parents, pas des enseignants qui sont là pour former les élèves.

Pourtant, une professeure d’anglais de lycée (Delphine Tabaries-Poncet, professeur d’anglais au lycée Jean Moulin à Béziers) estime que les petits français ne sont pas bons pour s’exprimer dans les langues étrangères. Peu importe s'ils ne connaissent pas leur langue maternelle ou leur français d’adoption, encore moins leur langue régionale, cela n'a aucune importance. Ils doivent apprendre l’anglais, coûte que coûte, surtout s’ils sont étrangers récemment établis en France. C’est extraordinaire !

Au lieu de former tout le monde et du mieux possible à la langue française, cette enseignante a lancé ici une pétition qui atteint plus de 35 000 signatures, afin que les films soient tous diffusés en version originale ! Alors on sera bientôt contraint d'entendre de l’espagnol, de l’allemand, de l’italien, de l’arabe, du tchèque, du russe, du chinois ou du martien… mais essentiellement de l’anglais, évidemment, avec des sous-titres, par définition, simplistes et réducteurs. Mais en français, tout de même. Quelle chance !

Cette prof, bien mal inspirée de mon point de vue, est-elle devenue folle et nous avec ?

Il est évident que les films sont de plus en plus diffusés en v.o. (en langue étrangère) dans les cinémas et demain à la télévision ; je constate avec effroi cette tendance qui s’impose discrètement en France. Est-ce un effet insidieux de la mode et du snobisme, une totale méconnaissance du cinéma et beaucoup de bêtise ? La démarche gagne du terrain par la volonté de réaliser des économies tous azimuts avec pour conséquence directe, des métiers artistiques extraordinaires menacés de disparition, une fois de plus, dans le cadre d'une action vicieuse de destruction de notre patrimoine, associée à la poussée hégémonique de la langue de Mickey sur la planète… tout va-t-il donc si mal, chez nous, au point de ne plus doter les acteurs étrangers de leurs magnifiques voix françaises ? Un seul exemple : que serait devenu Peter Falk alias Columbo sans Serge Sauvion, en sachant à quel point les voix des acteurs américains, entre autres, sont associées à l'écran et pour toujours aux comédiens français qui bonifient leur jeu à la perfection ?

Si l'on accepte volontiers qu'un dessin animé soit doublé en français, alors pourquoi devoir ingurgiter des films avec des personnages réels dans une langue que l'on ne maîtrise pas ? Passer son temps à déchiffrer des sous-titres est un non sens artistique absolu. En regardant les sous-titres, on ne voit même plus ce qui se passe à l'écran. Les films en v.o. s'adressent à une infime minorité de spectateurs, parfaitement bilingues et qui peuvent apprécier pleinement les subtilités du langage mais certainement pas au public, au grand public, à nous toutes et à nous tous. Les films doublés sont adaptés à notre pensée humaniste, à notre sensibilité, par l'intermédiaire de notre langue si riche... cherche-t-on tuer le cinéma populaire et à faire de nous des télégraphistes désabusés ?

On le constate autour de nous quotidiennement : tout fout l’camp. On nous a même supprimé nos plaques minéralogiques pendant que l’on continuait plus dramatiquement à détruire nos industries, notre savoir-faire, nos spécialités, nos spécificités, notre culture, nos emplois… nos pensées et notre âme, bref, tout ce qui fait que nous sommes français et pas anglais ou d’une autre nationalité, toute aussi grande et respectable que la nôtre bien entendu mais différente, voilà tout. Et maintenant, pourquoi pas, on s’attaque au doublage des films ! Demain, nous parlerons tous anglais et le français deviendra une langue morte. Est-ce invraisemblable, à moment où il faut se battre pour défendre l'exception culturelle française face au libre échange mondial que veut imposer la politique américaine, en la matière ?

Il faut arrêter cela, c’est la goutte d’eau qui fait déborder le vase. Y'en a marre.

J’appelle tous les amoureux du cinéma à boycotter tous les films en v.o., à quelques exceptions près car on peut le comprendre, il y en aura toujours.

Exigeons parallèlement le maintien du même travail de fond effectué par nos fantastiques professionnels hexagonaux de l'image (textes et voix) sur un film qui le rend meilleur, en version française, qu'en version originale. Oui, le doublage est une merveilleuse valeur ajoutée.

Par décence et dignité pour nous-mêmes, restons, aujourd’hui comme demain, maîtres de notre langue ici, chez nous, en France et dans la grande sphère mondiale de la francophonie, sans en faire tout un cinéma : soutenez simplement cette pétition, qui se veut informative et nous alerte sur l'obligation de défendre la langue française au cinéma.

Je vous remercie de votre amour du 7e Art né, je le rappelle, en France...



François-Xavier compte sur vous aujourd'hui

François-Xavier CUADRAT a besoin de votre aide pour sa pétition “Non aux films en v.o. !”. Rejoignez François-Xavier et 40 signataires.