Pétition fermée
Adressée à Maire de Colombes Nicole Goueta et 4 autres

Pour le maintien des consultations spécialisées, dentaires et de la radiologie au CMS de Colombes afin de préserver l'accès aux soins des Colombiens quelles que soient leurs ressources. Non à la fermeture programmée du CMS, ni en 2005 ni en 2014.

Lettre ouverte à Madame la maire de Colombes

Madame,

C’est avec un sentiment de stupeur que nous apprenons votre décision brutale de mettre un terme à une partie de l’activité médicale du CMS de Colombes, à travers l’arrêt des soins dentaires, des consultations spécialisées et de la radiologie.

Cette annonce a été réalisée au cours d’une réunion le 21 octobre 2014 avec Madame Marie-Françoise Vezin (directrice du service de la santé, depuis octobre) et plusieurs agents du centre. Elle s’est déjà traduite concrètement par le non renouvellement de plusieurs agents municipaux employés au CMS (technicienne radio, agent de gestion) et l’ordre donné de l’arrêt de la prise de RV au-delà du 31/12/2014.

Cette décision contredit une promesse faite aux électeurs avant votre élection. Elle remet en question plusieurs principes censés justifier l’action publique dans une ville comme Colombes. Il s’agit d’une menace envers la Santé publique, le lien social et la confiance de la population à l’égard des services municipaux. 

Promesse de campagne non tenue

Avez-vous oublié sur quel mandat vous avez été élue ? Que n’aviez vous pas annoncé la fermeture du CMS avant l’élection municipale ! Vos intentions auraient été plus claires. Au contraire, vous et vos partisans vous étiez rendus au CMS, munis de tracts assurant les usagers et le personnel du centre que l’équipe élue que vous représenteriez assurerait la continuité du centre en cas d’élection. L’ensemble des électeurs de Colombes voit avec quelle rapidité cette promesse est bafouée, à peine plus de six mois après votre arrivée à la mairie.

Fracture sociale

Cette mesure va immanquablement susciter un sentiment supplémentaire d’exclusion à l’égard des habitants d’un quartier qui souffre déjà de bien d’autres difficultés du quotidien. Aux précarités économiques, d’insécurité avec leurs corollaires d’isolement accru et détresse sociale, va donc se rajouter les difficultés d’accès aux soins médicaux. 

Elle ne fait suite à aucune concertation et ignore les besoins réels de la population. Ainsi l’action municipale s’éloigne progressivement des aspirations légitimes de la population de ce quartier de Colombes.

Menace pour la Santé Publique

 « Le Centre municipal de santé (CMS) a pour vocation de permettre à la population d’accéder à des soins de qualité et de proximité dans le cadre du service public, grâce à la pratique du tiers-payant. Il s’agit donc d’un établissement à vocation sanitaire et sociale.

Le CMS assure des activités de diagnostics, d’explorations diagnostiques et de soins. Il participe à des actions de prévention (dépistages, éducation pour la santé, …), de formation et de conseils, en lien avec le service Prévention santé. Il est partenaire dans le cadre de la définition de la politique locale de santé publique » 

Voilà dans quels termes le site internet de la ville de Colombes résume les missions du Centre de Santé.

La décision d’arrêt de l’accès aux consultations spécialisées intervient, qui plus est, dans un contexte particulièrement défavorable pour les populations en direction desquelles le CMS agit au quotidien. 

Effectivement, ainsi que nous le constatons régulièrement et ce tout particulièrement depuis 5 ans, les plus défavorisés de nos concitoyens, sont confrontés à des difficultés croissantes pour  accéder aux soins de santé, qu’ils soient assurés sociaux sans complémentaire santé ou bénéficiant de la CMU-C. 

De façon plus globale, médecins du secteur public ou installés en libéral à Colombes, tous peuvent en témoigner : l’offre de soins à Colombes qui se réduit année après année, ne permet plus de prendre en charge efficacement de la santé des patients.

Ces soins, chacun le sait, ne peuvent uniquement être proposés en ville dans des consultations qui sont pour majorité, et encore plus en ce qui concerne les spécialistes, en secteur d’honoraires libres, c’est à dire avec dépassement.

Les usagers en font l’amer constat tous les jours, les consultations publiques encore en mesure de prendre en charge les plus démunis disparaissent les unes après les autres. Et dans le même temps, on ne peut que constater l’engorgement chronique de ces mêmes consultations : notamment à l’hôpital Louis Mourier et l’hôpital de Nanterre, tant pour le suivi des patients qu’aux urgences, ce qui ne manque pas d’inquiéter là aussi. 

En plus de ces difficultés s’ajoute une donnée structurelle. La démographie médicale est comme vous le savez préoccupante : l’effectif des médecins n’ira qu’en diminuant au cours de ces prochaines années. Aujourd’hui déjà sur de nombreuses parties du territoire français (cela concerne autant les zones rurales que les plus défavorisées comme Colombes), on ne voit plus s’installer de nouveaux médecins, ni pour créer un cabinet, ni pour prendre la suite d’un médecin parti à la retraite. 

Les besoins médicaux dans ce secteur de Colombes sont immenses et le désengagement de la ville va créer un vide auquel aucune offre de santé existante ne semble en mesure de répondre de façon adaptée. 

C’est dans ce contexte qu’actuellement, de nombreuses municipalités aussi bien en France que  dans les Hauts-de-Seine, tentent de maintenir une offre médicale notamment à travers la pérennisation des CMS pour répondre aux besoins de la population. 

Santé ou Economies à Colombes ?

Nous souhaitons dénoncer votre « politique » de santé et la volonté de fermeture programmée du CMS à travers une cessation progressive des services par tranches successives. En effet, on ne voit pas comment le CMS deviendrait plus « rentable » (selon les termes qu’emploient la municipalité) par le maintien de la seule médecine générale et une fois éliminée les activités plus rémunératrices que sont les services dentaire, radiologique et de la médecine spécialisée.

Que devient le dépistage du cancer du sein en l’absence de radiologue ? Le CMS n’aura-t’il pour vocation que de s’occuper du planning familial et des vaccinations ? N’y voyez aucun hasard, le planning familial bénéficie d’une subvention par le Conseil Général des Hauts de Seine et les vaccinations par l’Agence Régionale de Santé, Ile de France…

La poursuite de missions publiques dans différents domaines est forcément remise en question en cas de tension budgétaire. Mais dans ces conditions, faut-il poursuivre l’entretien des parcs ? L’éclairage des rues, notamment dans la période de Noël ? L’entretien de la voirie ? En un mot qu’il y a-t’il de plus important que la santé ? 

Les citoyens de Colombes peuvent à juste titre se demander en quoi l’action et les attributions d’un élu à la Santé qui ne défend pas celle-ci au sein de l’équipe municipale demeurent justifiées dans ces conditions. Dans une logique comptable, la cohérence voudrait que celui-ci soit démis de ses fonctions.

Les choix de la municipalité entre économies de santé et santé publique sont en train de se faire au détriment de la santé de ses habitants. Les effets en termes d’indicateurs de santé ne devraient pas tarder à se mesurer. Rappelons qu’ils sont déjà très préoccupants. Ce que les zones les plus favorisées de ce département des Hauts de Seine par ailleurs connu comme étant le plus riche de France, n’arrivent plus à dissimuler, c’est l’importante dégradation de l’état de santé des habitants du nord du département et singulièrement de Colombes. En Ile de France, une zone de surmortalité prématurée (se définissant par rapport à la moyenne nationale) comprend notamment Colombes et le nord des Hauts de Seine. De la même façon, il existe un état de surmortalité infantile (par rapport à la moyenne nationale, là encore) dans le département des Hauts de Seine. Ce qui place par conséquent le secteur de Colombes encore une fois largement au-dessus (Programme d’Etude et de Statistiques, Plan Régional de Santé Publique 2006-2010, www.grsp-idf.fr).

Nous demandons solennellement à la Mairie un engagement clair en faveur du maintien du CMS et la mise en place d’une concertation sur les moyens d’en assurer la pérennité à travers une amélioration de l’efficacité et de la qualité des services rendus par le CMS.

Veuillez croire, Madame la Maire, en l’expression de notre considération distinguée.

Cette pétition a été remise à:
  • Maire de Colombes
    Nicole Goueta
  • Maire de Colombes
    Nicole Goueta
  • Adjointe aux affaires sociales, à la Santé de la ville de Colombes
    Nora Djellab
  • Conseiller municipal chargé de la Prévention et de la Santé, du CMS
    Géuénola de la Seiglière
  • Directrice du Centre Communal d'Action Sociale
    Marie-Françoise Vezin

Comité de DÉFENSE DU CMS DE COLOMBES (92) a lancé cette pétition avec seulement une signature au départ et il y a maintenant 1 485 signataires. Lancez votre pétition pour créer le changement que vous souhaitez voir.




Comité de compte sur vous aujourd'hui

Comité de DÉFENSE DU CMS DE COLOMBES (92) a besoin de votre aide pour sa pétition “Nicole Goueta: Pour le maintien des consultations spécialisées, dentaires et de la radiologie au CMS de Colombes afin de préserver l'accès aux soins des Colombiens quelles que soient leurs ressources. Non à la fermeture programmée du CMS, ni en 2005 ni en 2014.”. Rejoignez Comité de et 1 484 signataires.