Non au détournement de l'eau du Touyre pour alimenter le Lac de Montbel en Ariège 09

0 personas han firmado. ¡Ayuda a conseguir 1.000!


Le projet : Détourner 13 à 17 Mm3 d’eau supplémentaire par an  dans la rivière Touyre à Léran en Ariège pour l’envoyer dans le lac de Montbel.

Pourtant la grande réserve de Montbel (60 Mm3) qui prend l'eau de la rivière Hers remplit son contrat. Elle dessert déjà 26 Mm3 pour l'irrigation dans l'Aude et dans la Haute Garonne et 34 Mm3 pour le soutien d’étiage de l'Hers et la compensation des prélèvements agricoles Ariégeois. Elle contribue aussi au soutien d'étiage de la Garonne.

                     Pourquoi en faudrait-il toujours plus ?

Un projet inutile :  sur 32 années, fin juin, après avoir servi l'Aude et la Haute Garonne, il est toujours resté plus de 34 Mm3 pour  la branche Hers Ariège et, si on n’avait pas priorisé la production d’hydroélectricité, plus de 40 Mm3.       

 De plus : les surfaces irriguées diminuent,  les agriculteurs déclarent irriguer mieux en consommant moins d'eau et  les cultures changent, moins gourmandes en eau.

                 Il y a donc moins de besoins d’eau

Un projet anachronique au bénéfice d’un petit nombre d’exploitations qui encourage une agriculture intensive dépassée : grande consommatrice d’eau, de pesticides et d’engrais chimiques dont les populations ne veulent plus et qui participe fortement aux bouleversements climatiques et à l’effondrement de la biodiversité

 Un modèle dont il est urgent d’aider les agriculteurs à s’affranchir

 Un projet toxique parce qu'il entretient la dégradation des masses d’eau des plaines d’Hers et Ariège, il va priver le Touyre de la plus grande partie de ses débits sur 13 km et le condamner à des niveaux de pollution plus forts, il peut polluer durablement une bonne partie des eaux et des sédiments du lac de Montbel car la rivière Touyre qui a subi longtemps les pollutions industrielles du textile en pays d'Omes n'a toujours pas atteint le "bon état".

Un projet inutilement coûteux. De lourds financements qui devraient être réorientés :

*  pour accélérer l'adaptation de l'agriculture aux changements climatiques

* pour soutenir l'agriculture biologique et paysanne et l'accès au bio

* pour des rejets zéro polluant des stations d’épuration

* pour réorienter l’ensemble des activités vers la sobriété et l’économie de la ressource en eau