Non à l'expulsion du Le0

0 a signé. Allez jusqu'à 1 500 !



Non à l'expulsion du LéØ !

L'ancienne imprimerie du 43 rue Léo Lagrange à Noisy-le-sec est restée vide durant presque 10 ans, ouverte aux 4 vents, elle fût fréquentée par les curieux du quartier et les tagueurs et commençait à se dégrader par les murs, tandis que sa devanture devenait un dépotoir sauvage.

Quelques personnes autour de Jean-Charles Teulier l'ont investi le 12 juin, passant des semaines à nettoyer l'usine et ses bureaux pour y loger, faire de l'hébergement d'urgence en particulier de jeunes migrants isolés et y accueillir dans les espaces de l'usine des activités de l'ordre de l'intérêt général. Pour selon leurs dires « payer leur loyer directement à la société ».

Aujourd'hui une AMAP met en relation directement les citoyens et des maraîchers pour fournir en légumes frais, bios et locaux, chaque semaine, 23 foyers du voisinage. Une ressourcerie alimentée par les dons des noiséens a accumulé et redistribué en partie plus d'une tonne de vêtements, accessoires, livres, ustensiles et divers objets. Un atelier d'auto-réparation incite les gens à apprendre à réparer eux même grâce aux outils du lieu et aux conseils de bénévoles.
Des réunions s'y sont tenues, ainsi que des activités aussi diverses que des ateliers de botanique ou des massages aux techniques exotiques. Tout ceci en seulement 3 mois d'ouverture au public.

Le Laboratoire Ecologique Ø déchet a en partie par ces actions, vocation à accompagner un changement des pratiques populaires dans une transition économique nécessaire à la continuité des espérances de l'humanité.

Mais les possédants déjà bien au chaud et installés cassent tout ce qui est bien. Du huissier venu constater l'habitation qui a dit qu'on lui avait déclaré avoir cassé une serrure inexistante pour rentrer, en passant par l'avocat des riches qui nie la véracité de nombreux témoignages du voisinage, aux héritiers capitalistes qui se plaignent pour la perte des profits d'un bâtiment laissé par eux 10 ans en désérance, tous ont menti pour avoir gain de cause, et la juge de l'affaire, qui sachant que le bâtiment est destiné à être détruit, a nié l'habitation des 6 personnes vivant là, et a déclaré que les occupants nuisaient à a reprise d'une activité commerciale, ordonnant sans les délais habituels d'expulser les occupants.

Forts avec les faibles, et faibles avec les forts, les riches et leurs exécutants projettent de mettre à la rue Jean-Charles Teulier et les gens qu'il héberge, aux portes d'un hiver qui promet d'être rude.

Alors que les actualités mondiales laisseraient croire que ces initiatives sont à développer, une poignée de privilégiés coupent les espoirs d'un nouveau monde qui tente d’émerger.

Nous refusons cela ! Et demandons à toutes celles et ceux qui en ont le pouvoir de stopper cette expulsion à la veille de l'hiver et de proposer une solution de relogement pour les habitants et les activités !

Pour faire poids, pour donner de la force et du courage à celles et ceux qui luttent et pour montrer que la justice est une exigence populaire, signez la pétition et partagez-la, pour que nul n'ignore que partout et ici aussi se joue la dignité de l'humanité, ainsi que ce que devrait être la justice.

Pas d'expulsion du Laboratoire écologique Ø déchet, sinon avec relogement !

 



Leslie compte sur vous aujourd'hui

Leslie SALATA a besoin de votre aide pour sa pétition “Monsieur le jude de l'exécution : Non à l'expulsion du Le0”. Rejoignez Leslie et 1 276 signataires.