Moratoire d'urgence et ajournement des contrôles pour la reconnaissance de l'IEF

0 a signé. Allez jusqu'à 500 !


Monsieur Le Président de la République,

Monsieur le Ministre de l’Education Nationale,

Madame la Ministre de la Culture,

Le Collectif Lumière Sur l’IEF à interpellé le Ministère de l’Education Nationale a plusieurs reprises pour faire évoluer la situation de l’Instruction En Famille qui passe par une reconnaissance de TOUTES les réalités de ce que recouvre ce choix d’instruction.

Aujourd’hui, nous voulons aller plus loin et nous faire entendre au travers de cette pétition, demandant une année blanche d’inspection pédagogique pour tenir un moratoire d’urgence, afin de régler toutes les questions qui se posent lors de ces contrôles pédagogiques et de statuer sur la place de l’Instruction En Famille dans le système éducatif français (demande également formulée des auteurs, associations, regroupement de parents, …)

Notre objectif est de pouvoir mettre en place des mesures concrètes et efficaces, afin de faire respecter les lois élémentaires de l’homme et de l’enfant en permettant aux parents d’être reconnus comme détenteur unique de l’autorité parentale et de ne plus être ainsi soumis au jugement d’une autorité étatique dont leurs enfants ne dépendent pas.

Le Collectif Lumière Sur l’IEF remet en cause le principe que l’"Autorité de l'Etat compétente en matière d'éducation" soit l’Education Nationale.

Par conséquent, tant que les choix parentaux respectent les lois n'entraînant ni négligence, ni maltraitance à l'égard des enfants, l'Etat n'a, selon notre analyse des textes et des définitions (françaises) des mots, aucune autorité sur nos enfants. L'Etat exerce une autorité sur nous de par les lois en vigueur. Les parents ont par conséquent le droit et la liberté de choisir pour nos enfants une autre façon d’instruire que celui proposé par l’Etat au travers du système scolaire républicain.

Il est temps de mettre au grand jour les alternatives éducatives que peuvent proposer des citoyens éclairés et à l’écoute de leur plus précieux trésor c’est-à-dire leurs enfants.

Il est temps de regarder en face ce que propose vraiment le système scolaire et de prendre conscience de tous les dysfonctionnements engendrant de graves conséquences sur l’avenir de notre société.

Il est temps d’utiliser toute la richesse que peuvent nous apporter des choix alternatifs d’instruction, reconnus depuis longtemps par toutes les recherches scientifiques.

Il est temps de redonner LEUR place aux parents comme le permettent les différentes lois dans notre pays démocratique. Les familles françaises demandent à être actrices d’un changement profond de société et l’IEF est au cœur de ce mouvement.

Il est temps de faire respecter la justice dans les institutions par une reconnaissance financière (ARS pour tous) et institutionnelle (l’Education Nationale n’est pas supérieure ou inférieure à l’IEF c’est un autre mode de fonctionnement qui sont toutes les deux indépendantes l’une de l’autre).

Voici pourquoi il est essentiel de mettre en place des groupes de travail mettant en lumière les différents types d’instruction que peut recouvrir ce choix éducatif et que nous avons mis en avant dans notre lettre du mois de juillet :

Nous pourrions désormais envisager 3 types de contrôles annuels reposant sur les choix éducatifs des familles :

1.              Cours par correspondance : les familles qui souscrivent aux formules agréées par le rectorat avec devoirs ne devraient pas être contrôlées tout comme les autres structures scolaires, ce sont les organismes eux-mêmes qui devraient subir le contrôle tout comme le CNED. L’association PIEE (Parents Instructeurs Enfants Epanouis) s’est d’ailleurs spécialisée dans cette thématique et conteste le statut IEF évoquée dans la circulaire de 2017.

2.              Ecole à la maison : pour certaines familles qui font le choix du scolaire pour leur pédagogie cela les rassure dans leurs démarches d’être suivies par l’Education Nationale et que leurs enfants soient évalués chaque année.

3.              Instruction en Famille : de plus en plus de parents, par choix philosophique, scientifique, pédagogique veulent mettre en place pour leurs enfants des systèmes d’apprentissage totalement différents de la vision de l’Education Nationale.

Pour le Collectif se trouve ici le nœud des contestations et points noirs des altercations avec les inspections (cf. notre rapport envoyé par courrier du 22 mai 2017) : La famille juridiquement, constitutionnellement, est un lieu d’instruction indépendant de l’Education Nationale, nous ne sommes pas des enseignants rémunérés par l’Education Nationale ou devant rendre des comptes à cette institution. Nous sommes des citoyens faisant valoir leur liberté d’enseignement afin d’apporter à nos enfants une instruction respectueuses de leurs rythmes et besoins et non pas basé sur une scolarité, sur un programme ou une évolution selon l’âge ou les apprentissages.

D’où le gouffre qu’il peut y avoir entre les pratiques des familles et des inspecteurs lors des contrôles ; ces derniers contestent des méthodes trop différentes du traditionnel, testent à l’aide d’outils inappropriés, ignorent comment évaluer les progressions et rendent des rapports sans commune mesure avec la réalité, ce qui donne une image fausse des capacités de l’enfant ou de ses connaissances. Nous comprenons l’inquiétude des inspecteurs mais nous ne comprenons pas que le dialogue soit un dialogue de sourds.

L’instruction libre ne repose sur aucune évaluation (remise en question dans des recherches scientifiques) mais sur le développement de la confiance en soi et l’épanouissement des enfants. C’est ainsi que peut se construire un adulte autonome et porteur d’innovation dans une société en recherche de nouveaux modèles pour relever les défis de notre siècle. Le bien-être de l’enfant est la priorité de toutes les familles bienveillantes de l’IEF, dans le respect de L111-1 du code de l’éducation et L131-1 du code de l’éducation et les principes même de la Convention de New York.

Ainsi notre objectif n’est pas de créer une autre Education Nationale ni d’uniformiser mais bien de faire reconnaitre toutes les différences qui font la richesse et le succès de ce mode d’instruction alternatif. Nous voulons que chaque parent et enfant soit respecter dans ce qu’il est vraiment et, peut être ouvrir dans le futur un changement total du mode éducatif français. Mais pour l’instant notre finalité à court terme est vraiment la reconnaissance dans son ensemble des différents types d’apprentissages et donc un aménagement spécifique de ce que peuvent être les contrôles de l’IEF.

Ainsi il est essentiel de mettre en place des structures et procédures respectueuses des lois mais avant tout, en rapport avec chaque choix pédagogique.

Il est aberrant que des familles se fassent contrôler par des représentants du système scolaire conventionnel alors que celles-ci adoptent d’autres fonctionnements auxquels le personnel de l’Education Nationale ne peut rien entendre puisque non formé à cette pratique.

Il est aberrant que les modalités de contrôle soient beaucoup plus exigeantes que celles menées dans les structures scolaires ou les écoles hors contrats Seuls les enfants des familles IEF font l’objet d’interrogatoire et ou de tests lors des inspections. De plus, ce sont souvent des conditions ne respectant pas leurs droits élémentaires, leurs états de santé, leurs âges dans un climat suspicieux et discriminant.

Il est aberrant d’exiger des parents d’atteindre des objectifs que même les infrastructures nationales peinent à mettre en place et que même les textes de loi ne demandent pas.

C’est attentatoire à la liberté d’enseignement, au libre choix d’instruction et des méthodes pédagogiques mais également à l’esprit humaniste des Lumières en tant qu’esprit de Recherche et de Vérité.

Nous demandons de la cohérence, de la reconnaissance dans tout ce que nous mettons en place dans l’intérêt supérieur de nos enfants pour qu’ils puissent trouver leur place dans la société et surtout qu’ils puissent apporter toute la richesse de ce qu’ils sont. Chacun, chacune, doit être reconnu et entendu afin de pouvoir collaborer et créer une cohésion encore plus grande et plus belle, dans un pays qui a besoin d’évoluer.

Nous voulons que chaque acteur occupe pleinement SA place dans un véritable respect des lois, des personnes et des fonctions, afin que prévale l’intérêt supérieur de l’enfant qui est soutenu par l’art.3 de la Convention de New York.

C’est pourquoi, nous sollicitons la suspension des contrôles pédagogiques qui mobilisent beaucoup de temps et d’énergie dans l’IEF, que cela soit dans la préparation pédagogique ou juridique, sans compter le simple fait de l’illégalité dans l’organisation de ceux-ci, afin de permettre aux parents, associations, collectifs de former des groupes de travail pour établir des propositions et des rapports en vue du moratoire d’urgence plébiscité.

Veuillez agréer, Monsieur le Président, Monsieur le Ministre de l’Education Nationale, Madame la Ministre de la Culture, nos considérations les plus hautes.

LE COLLECTIF LUMIÈRE SUR L’IEF

 



Collectif Lumière Sur l'IEF compte sur vous aujourd'hui

Collectif Lumière Sur l'IEF a besoin de votre aide pour sa pétition “Ministre education nationale: Moratoire d'urgence et ajournement des contrôles pour la reconnaissance de l'IEF”. Rejoignez Collectif Lumière Sur l'IEF et 479 signataires.