Petition Closed
Petitioning Minister of Immigration Jason Kenney
This petition will be delivered to:
Minister of Immigration
Jason Kenney

Let Manuel Stay! Stop the deportation!

Manuel was forced to flee Mexico because of the constant threats, and physical and sexual violence he suffered at the hands of a police officer, who wouldn’t accept that Manuel had ended their relationship. Fearing for his life, Manuel came to Canada in December of 2008, seeking refugee status. After nearly four years of living in Canada, Manuel’s refugee claim and subsequent recourses to remain in Canada were rejected. Manuel’s deportation date is only days away – Thursday, July 26th! We invite you to show your support for Manuel and stand in solidarity with his struggle to remain in Canada!

We urge Minister of Immigration Jason Kenney to intervene and use his discretionary powers to grant Manuel permanent residency status. In addition, we request that a stay of deportation occur until the Inter-American Commission Human Rights (IACHR) has been able to make a decision based on their investigation.

If Manuel is forced to return to Mexico, his life would, without doubt, be at risk. Attacks against lesbian, gay, bisexual and trans (LGBT) people in Mexico are still commonplace. The Mexican government cannot assure its citizens of protection and justice due to corruption and impunity which disproportionately impacts marginalized communities, including sexual minorities, visible in the number of murders of LGBT people yearly. In Manuel’s case, he experienced physical and sexual violence at the hands of a police officer. The human rights abuses perpetrated by Mexican police forces and the failure to establish credible oversight controls have been well documented by the Amnesty International Annual Report 2011. Manuel will be forced to live in constant hiding, since the police officer persecuting Manuel could easily trace his whereabouts anywhere in Mexico.  

Even though Manuel will have to live in hiding if returned to Mexico, he has decided to speak out while he is still in Canada because he does not want what happened to him happen to other refugees, especially LGBT Mexicans. Manuel’s case highlights the obstacles facing LGBT and Mexican refugees within Canada’s refugee system, which will only worsen with the implementation of new refugee reform bill C-31, which goes against the Canadian Charter of Rights and Freedoms, in addition to Canada’s international refugee obligations. Bill C-31 will make an already difficult refugee process, even more difficult, increasing the number of migrants and refugees facing detention and deportation.

Since Manuel arrived in Canada nearly 4 years ago, he has established strong roots here, as part of multiple, diverse communities and is now heavily involved in various migrant and LGBT newcomer organisations. He is a gentle, thoughtful and hard-working individual who has enriched the lives of those around him. If Manuel were forcibly returned to Mexico, it would be a tremendous loss to our communities.

------------------------

Manuel  a été forcé de quitter le Mexique en raison de constantes menaces et agressions physiques ainsi que sexuelles perpétrées à son endroit par un agent de police qui n’acceptait pas que la victime mette fin à leur relation. Craignant pour sa vie, Manuel est venu au Canada en décembre 2008 et il a déposé une demande d’asile. Après avoir vécu 4 ans à Montréal, sa demande d’asile et ses recours subséquents afin de demeurer au Canada ont tous été rejetés. La date de déportation de Manuel a été fixée au jeudi 26 Juillet. Nous vous invitons à manifester votre soutien à Manuel et à être solidaire de sa lutte afin de demeurer au Canada. 

Nous demandons au Ministre de l’immigration Jason Kenney d’intervenir et de lui accorder la résidence permanente. Nous demandons un sursis de déportation jusqu’à ce que la Commission interaméricaine des droits humains ait émis un verdict par rapport à sa demande d’asile.

Si Manuel retournait au Mexique, sa vie serait incontestablement en danger. Manuel a été victime de violence physique et sexuelle aux mains d’un agent de police. Les crimes et violations des droits humains commis par la police mexicaine ainsi que l’échec des mécanismes de vérification du travail des policiers sont bien documentés dans le Rapport annuel 2011 d’Amnistie internationale. L’agent de police qui persécutait Manuel pourra continuer à abuser impunément de son pouvoir, protégé par un système policier corrompu et criminel. Manuel sera forcé de vivre caché, dans la peur d’être retrouvé, violenté, voire même tué par son ancien tortionnaire, qui peut le retouver n’importe où dans le pays. Par ailleurs, les attaques homophobes et transphobes au Mexique sont toujours monnaie courante. En outre, le Mexique se trouve en ce moment à un point crucial en ce qui a trait aux questions de la sécurité et de l’accès à la justice pour ses citoyens. Le gouvernement actuel se trouve dans l’incapacité de promulguer à sa population un accès équitable à la justice. Dans ce contexte, la violence et l’impunité – qui constituent de graves problèmes au Mexique – touchent encore davantage les minorités sexuelles; cette réalité s’illustre dans le nombre élevé de crimes haineux et d’assassinats des personnes LGBT.

Même si Manuel devra vivre caché au Mexique, il a décidé de témoigner publiquement pendant qu’il est au Canada. En posant ce geste courageux, Manuel a espoir que d’autres réfugiés, en particulier les réfugiés LGBT Mexicains, ayant un parcours similaire au sien, n’aient pas à vivre la même triste histoire que lui. Le cas de Manuel met en lumières les obstacles auxquels se heurtent présentement les demandeurs d’asile LGBT et Mexicains à l’intérieur du système de protection des réfugiés canadien. Cette situation ne fera que s’empirer avec l’application de nouveau projet de loi C-31. Cette loi va à l’encontre de la Charte canadienne des droits et libertés, de la Convention de Genève sur la protection des réfugiés et de la Convention internationale pour les droits de l’enfant. La loi C-31 rendra un processus déjà dramatique en soi encore plus difficile, augmentant le nombre de personnes incarcérées et déportées.

Depuis que Manuel est arrivé au Canada il y a près de 4 ans, il s’est enraciné dans plusieurs communautés, à l’intérieur desquelles il joue un rôle primordial. De plus, il est fortement impliqué dans des organismes qui soutiennent les migrants et les  nouveaux arrivants LGBT. Il est une personne gentille, sensible, courageuse, généreuse, à l’écoute, travaillante, et qui a grandement enrichi la vie des autres. Si Manuel est déporté dans les prochains jours, ça constituera une grande perte pour nos communautés.


Letter to
Minister of Immigration Jason Kenney
We, the undersigned, urge Minister Jason Kenney, to use his discretionary powers to grant Manuel Sanchez permanent residency status. We also request that Manuel receive a stay of deportation until the Inter-American Commission on Human Rights has been able to make a decision based on their investigation. Let Manuel stay!

Manuel was forced to flee Mexico because of the constant threats, and physical and sexual violence he suffered at the hands of a police officer, who wouldn’t accept that Manuel had ended their relationship. Fearing for his life, Manuel came to Canada in December of 2008, seeking refugee status. If Manuel is forced to return to Mexico, his life would, without doubt, be at risk. Attacks against lesbian, gay, bisexual and trans (LGBT) people in Mexico are still commonplace. The Mexican government cannot assure its citizens of protection and justice due to corruption and impunity which disproportionately impacts marginalized communities, including sexual minorities, visible in the number of murders of LGBT people yearly. In Manuel’s case, he experienced physical and sexual violence at the hands of a police officer. The human rights abuses perpetrated by Mexican police forces and the failure to establish credible oversight controls have been well documented by the Amnesty International Annual Report 2011. Manuel will be forced to live in constant hiding, since the police officer persecuting Manuel could easily trace his whereabouts anywhere in Mexico.

Since Manuel arrived in Canada nearly 4 years ago, he has established strong roots here, as part of multiple, diverse communities. Manuel is now heavily involved in various migrant and LGBTQ newcomer organisations. He is a gentle, thoughtful and hard-working individual who has enriched the lives of those around him. If Manuel were forcibly returned to Mexico, it would be a tremendous loss to our communities.

There are a growing number of individuals, communities and organisations that are standing in solidarity with Manuel and his struggle to remain in Canada. Minister Kenney, we urge you to intervene and use your discretionary powers to provide Manuel with permanent residency status.

Sincerely,

----------------------
Nous, soussignés, vous demandons d’utiliser vos pouvoirs discrétionnaires pour accorder la résidence permanente à Manuel Sanchez. Nous demandons un sursis de déportation jusqu’à ce que la Commission interaméricaine des droits humains ait émis un verdict sur sa demande d’asile. Manuel doit rester ici!

Si Manuel retournait au Mexique, sa vie serait incontestablement en danger. Manuel a été victime de violence physique et sexuelle aux mains d’un agent de police. Les crimes et violations des droits humains commis par la police mexicaine ainsi que l’échec des mécanismes de vérification du travail des policiers sont bien documentés dans le Rapport annuel 2011 d’Amnistie internationale. L’agent de police qui persécutait Manuel pourra continuer à abuser impunément de son pouvoir, protégé par un système policier corrompu et criminel. Manuel sera forcé de vivre caché, dans la peur d’être retrouvé, violenté, voire même tué par son ancien tortionnaire, qui peut le retrouver n’importe où dans le pays. Par ailleurs, les attaques homophobes et transphobes au Mexique sont toujours monnaie courante. En outre, le Mexique se trouve en ce moment à un point crucial en ce qui a trait aux questions de la sécurité et de l’accès à la justice pour ses citoyens. Le gouvernement actuel se trouve dans l’incapacité de promulguer à sa population un accès équitable à la justice. Dans ce contexte, la violence et l’impunité – qui constituent de graves problèmes au Mexique – touchent encore davantage les minorités sexuelles; cette réalité s’illustre dans le nombre élevé de crimes haineux et d’assassinats des personnes LGBT.

Depuis que Manuel est arrivé au Canada il y a près de 4 ans, il s’est enraciné dans plusieurs communautés, à l’intérieur desquelles il joue un rôle primordial. De plus, il est fortement impliqué dans des organismes qui soutiennent les migrants et les nouveaux arrivants LGBT. Il est une personne gentille, sensible, courageuse, généreuse, à l’écoute, travaillante, et qui a grandement enrichi la vie des autres. Si Manuel est déporté dans les prochains jours, ça constituera une grande perte pour nos communautés.

De plus en plus d’individus, organisations et communautés solidaires appuient Manuel dans sa lutte afin de pouvoir rester dans la pays où il a trouvé la sécurité. Monsieur Kenney, nous vous demandons d’intervenir rapidement et d’utiliser vos pouvoir discrétionnaires afin d’accorder à Manuel la résidence permanente.