Lettre ouverte à Nicolas Hulot sur la qualité de l'air du métro parisien

0 a signé. Allez jusqu'à 200 !


Saviez vous que l'air que vous respirez dans le métro parisien est 10 fois plus pollué que l'air extérieur ? 

Les principaux concernés sont les usagers - mais aussi les agents du métro. 

Toutefois la loi ne prend pas en compte l’exposition des agents du métro. Ils sont pourtant exposés aux mêmes risques. Cependant, selon le Code du travail, le seuil maximum pour les agents du métro est de 5 000 microgramme par m3 (µg/m3) sur une durée de huit heures.

Or l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) préconise un niveau d’exposition maximum de  50 μg/m3 moyenne sur 24 heures pour les particules 10. Il est légalement acceptable pour les agents du métro de respirer un air 100 fois plus pollué que n’importe quel autre Homme qui utilise le métro. 

En 2015, l'ANSES a déjà montré dans son enquête les risques sanitaires respiratoires d'une exposition chronique des travailleurs. Le Conseil d'Etat a demandé au gouvernement de "ramener les concentrations en dioxyde d’azote et en particules fines PM10 sous les valeurs limites»".

La RATP a déjà pris conscience du problème et entamé des mesures pour moderniser le système de freinage et limiter la libération de particules au freinage. Nous souhaitons soutenir ce programme pour moderniser le métro, en montrant l'implication de l'ensemble de l'opinion publique. 

Nous souhaitons tirer la sonnette d'alarme sur les conditions de transport des usagers, ainsi que de combler le vide juridique autour de l'exposition à la pollution des agents du métro. 

Nos propositions : 

- Réaliser un véritable audit de la pollution actuelle dans le métro qui permettrait de surveiller le niveau de pollution

- Fixer un objectif concret de réduction de pollution dans le métro parisien et impliquer l'ensemble des parties prenantes pour débloquer des fonds. 

Et pour les agents du métro : 

- Redéfinir la valeur limite d’exposition professionnelle (VLEP) pour réglementer la pollution de l'air intérieure

- Revoir l'équipement des agents du métro notamment au cours des chantiers ainsi que de l'état des ventilateurs et assurer un suivi médical 

- Reconnaissance de la pollution aux PM10 comme un facteur de pénibilité pour favoriser un départ anticipé à la retraite

 

#ENGLISH VERSION#

Did you know that the air you breathe in the Paris metro is 10 times more polluted than the outside air?

The main stakeholders are the users - but also the subway agents.

Nonetheless, the law does not take into account the exposure of subway agents. They are exposed to the same risks. However, according to the Labor Code, the maximum threshold for subway agents is 5,000 micrograms per cubic meter (μg / m3) over an eight-hour period.

On the other side, the World Health Organization (WHO) recommends a maximum exposure level of 50 μg / m3 over 24 hours for particulate matter. It is legally acceptable for subway workers to breathe air 100 times more polluted than any other Man who uses the subway.

In 2015, ANSES has already shown in its survey the respiratory health risks of chronic exposure of workers. The Conseil d'Etat has asked the government to "reduce the concentrations of nitrogen dioxide and particulate matter PM10 below the limit values".

RATP has already become aware of the problem and initiated measures to modernize the braking system and limit the release of particles under braking. We want to support this program to modernize the metro, showing the involvement of all the public opinion.

We wish to sound the alarm on the conditions of transport of the users, as well as to fill the legal void around the exposure to the pollution of the agents of the subway.

Our proposals:

- Realize a real audit of the current pollution in the metro that would monitor the level of pollution

- Set a concrete objective of pollution reduction in the Paris metro and involve all stakeholders to unlock funds.

And for the subway agents:

- Redefining the occupational exposure limit value to regulate indoor air pollution
- Review the equipment of the subway agents, especially during construction sites, as well as the condition of the fans and ensure medical follow-up
- Recognition of pollution to PM10 as a factor of penibility to promote early retirement to promote early retirement

 

 



armelle compte sur vous aujourd'hui

armelle JOUAN a besoin de votre aide pour sa pétition “Ministère de l'Environnement : Lettre ouverte à Nicolas Hulot sur la qualité de l'air du métro parisien”. Rejoignez armelle et 148 signataires.