Pour la MODIFICATION de la REFORME du concours B BIO-ENV

0 a signé. Allez jusqu'à 1 000 !


C’est en tant qu’étudiants préparant les concours d'entrées aux écoles agronomiques et vétérinaires, que nous vous adressons cette lettre au sujet de la réforme du concours B BIO-ENV en France.
D’après le site du SCAV, il serait sujet qu’une épreuve écrite d’anglais soit intégrée aux épreuves du concours B à compter de 2020. Nous avons bien conscience de l’importance de l’anglais, d’autant plus dans le milieu scientifique. Il parait tout à fait logique d’évaluer davantage le niveau d’anglais. Néanmoins, c’est à votre indulgence que nous faisons appel pour repousser la réforme à 2021. Ce sont les raisons suivantes qui nous ont amené à cette demande.
A l’issue de l’année scolaire 2017/2018, nous avons choisis de nous engager dans un cursus préparant à un concours B ne comportant qu’une seule épreuve écrite. Et c’est seulement une fois lancés dans la formation que nous apprenons une modification des modalités de sélection, nous prenant de court.
De plus, l’année universitaire étant déjà engagée, le programme ne pouvant donc pas être légalement modifié, nous nous retrouvons avec une année de préparation manquante pour cette épreuve, ce qui n’est pas négligeable pour un concours d’une telle ampleur. D’autant plus qu’en vue du sujet zéro toujours publié sur le site du SCAV, il s’agit d’un anglais plutôt littéraire (article de journal), argumentatif et d’un niveau dit B2 (alors que l’épreuve se rapproche bien plus d’un niveau C1), bien différent de l’anglais scientifique qui nous est enseigné. Aussi, l’épreuve sera éliminatoire pour la voie B-BIO alors que ce concours relève déjà de plusieurs épreuves très sélectives de par le nombre de personnes présentant le
concours et du nombre de places disponibles dans les différentes écoles.
En conséquence, des inégalités seront crées entre les étudiants, notamment du point de vue financier où certains étudiants pourront se permettre de s’offrir une préparation à cette épreuve dès maintenant, contrairement à d’autres qui n’ont pas les recours économiques suffisants.
Un autre point qui nous a interpellé en découvrant cette réforme est : « A la session 2020, il sera possible de candidater au concours B dès la L2 avec possibilité de le présenter également en L3, […]. Les épreuves d’admissibilité seront déterminées en fonction de la spécialité de licence ou licence professionnelle. » Cela signifierait que le passage du concours serait accessible dès l’entrée en 2ème année de licence ? En parallèle des L3 qui eux auront eut une année supplémentaire de préparation donc un bagage plus concret et un projet professionnel plus abouti contrairement aux L2 qui n’auront pas cette chance ? Les L2 ont dans ce cas de forts risques de se retrouver confrontés à une année courte très éprouvante de préparation avec une faible probabilité de réussite en sachant qu’ils seront face notamment à des L3 plus préparés et matures. Or, si le projet professionnel n’est pas assez solide, un échec au concours pourrait entraîner une démotivation et un impact psychologique non négligeable. Ces élèves se retrouveraient prit au dépourvu ; sans autres recours, une chance au concours B gâchée et seulement une licence 2 pas toujours réussie, les chances d’entrer dans un master de leur choix (de plus en plus sélectifs) sont minces, les obligeant à choisir une voie « par défaut » ce qui est loin d’être idéal dans l’optique d’un épanouissement professionnel. Dans un cas encore plus poussé mais qui pourrait être fréquent, cela pourrait pousser l’élève dans un gouffre.
Enfin, nous voudrions aborder l’impact de cette réforme sur l’aspect pédagogique. Cette voie d’accès au concours par l’université nous apporte avant tout un diplôme, une licence, un socle de connaissances important pour non seulement s’épanouir en école et atteindre un projet professionnel réfléchi, mais aussi pouvoir, en cas d’échec au concours, entrer dans un master qui nous convient. Si le concours s’ouvre aux L2, ces derniers n’auront pas ce bagage si précieux.

C'est en vue de ces changements de la formation Bio-Concours en France que nous réalisons cette pétition pour préserver ce cursus ayant des valeurs si précieuses à nos yeux.

Nous vous invitons donc à vous mobiliser pour le défendre et le préserver. 

 



Etudiant compte sur vous aujourd'hui

Etudiant BIO-CONCOURS a besoin de votre aide pour sa pétition “ministère de l'agriculture et de l'alimentation: Pour la MODIFICATION de la REFORME du concours B BIO-ENV”. Rejoignez Etudiant et 973 signataires.