Pour l’égalité salariale réelle femmes-hommes : Name & shame !

0 a signé. Allez jusqu'à 2 500 !


Pour l’égalité salariale réelle femmes-hommes !

Pétition lancée par POUVOIR CITOYEN et LES EFFRONTÉ-ES  avec le soutien de Christelle Delarue, fondatrice de Mad&Women.


Depuis des décennies, grâce à la mobilisation des féministes, les lois ont été obtenues. Dès le préambule de la constitution française, l’égalité est proclamée. Le principe “à travail égal, salaire égal” a été gravé dans le code du travail en 1972. Depuis cette date, une ribambelle de lois ont été adoptées, assorties de décrets, de transpositions de directives européennes et d’accords interprofessionnels. Déjà, la loi de 2006 prévoyait de supprimer les écarts salariaux au plus tard… en décembre 2010. En vain !


Aujourd’hui, la seule chose que la loi exige, c’est que les entreprises mettent en place un plan d’égalité salariale ou de réduction des inégalités, de dresser un rapport de situation comparée entre les salaires des employé-es, et de mener une négociation annuelle. Elle ne leur impose même pas une obligation de résultats, mais de moyens. En gros, elle leur demande d’essayer, de faire preuve de bonne volonté. Ainsi, les rares entreprises condamnées, une petite centaine par an, sont celles qui n’ont rien voulu faire, rien tenté. Elles sont théoriquement sanctionnées à hauteur de 1% de la masse salariale et d’une interdiction de soumissionner à des marchés publics, et ce qui n’est même pas toujours respecté. Beaucoup passent entre les mailles du filet en trompant la vigilance des élu-es régionaux.


Tout ça n’est pas cher payé par rapport au préjudice que les inégalités salariales portent à la vie professionnelle et personnelle des femmes, jusque dans le montant de leur pension de retraites plus tard.


Aujourd'hui, dans nos entreprises comme dans la société, une nouvelle génération de femmes, élevées dans le principe déclaré de l’égalité, ne comprend pas cette promesse trahie de la République !


Ça suffit ! Il est temps de passer à des mesures dissuasives, avec une obligation de résultats, une date butoir pour y arriver, et la publication de la liste des entreprises hors-la-loi au nom d’un name and shame bien mérité !


Hélas, la CADA et le Secrétariat d’État de l’égalité femmes-hommes refusent de publier cette liste sous prétexte - tenez-vous bien - que ça risque de porter préjudices à ces entreprises et que la demande ne satisfait pas un critère d’intérêt public. Nous l'affirmons, c’est aux femmes que les inégalités portent préjudice, et l’égalité relève de l’intérêt public dans une société qui se targue de la proclamer !


"Pouvoir Citoyen" et "Les effronté-es" vont devant la justice pour casser le rejet de notre demande par le Tribunal Administratif. Cette mobilisation nous permet d’accomplir notre devoir citoyen.


Mme Schiappa, Mme Pénicaud, M. Macron, M. Philippe, la balle est dans votre camp !

Pour interpeller le gouvernement : www.egalitesalariale.fr

Les effronté-es soutiennent aussi la mobilisation des Glorieuses :
#6novembre15h35

+ l'initiative de Mad&women :
http://madandwomen.com/6novembre15h35/

 



Les effronté-e-s compte sur vous aujourd'hui

Les effronté-e-s a besoin de votre aide pour sa pétition “Marlène Schiappa: Pour l’égalité salariale réelle femmes-homme : Name & shame !”. Rejoignez Les effronté-e-s et 1 747 signataires.