Stop à l'épandage de pesticides à proximité des habitations à Saint-Martin d'Abbat, Loiret

0 a signé. Allez jusqu'à 500 !


 

Monsieur le Préfet,

Monsieur le Maire,

Mesdames, messieurs les conseillers municipaux,

 

Dans notre jolie commune de Saint Martin d'Abbat (45), le printemps et l'été ne sont pas synonyme de renouveau ni de journées en plein air dans une campagne où il fait bon respirer, apprécier le réveil de la nature, écouter les oiseaux et ouvrir ses fenêtres... Dès le mois de mars, c'est le bruit des tracteurs qui prédomine, signe avant coureur d’épandages et de pulvérisations en tout genre: s'en suivent des couches brumeuses qui recouvrent le sol, une odeur âcre et étouffante, puis des animaux qui viennent mourir aux abords des fossés, les insectes qui tombent, et le silence, laissant place au désert vert. A la renaissance tant attendue succèdent des étendues orangées, brûlées, des zones aquatiques sans vie, sauf la pullulation des moustiques, une odeur nauséabonde et une campagne qui passe de l'orange au vert uniforme. Nous sommes alors dans l'obligation de fermer les fenêtres, rentrer le linge et nos animaux domestiques, car les champs traités jouxtent les habitations des administrés. Après chaque pulvérisation, les bourdons, papillons et autres insectes viennent mourir en masse dans les heures qui suivent, les chants des grenouilles disparaissent, les hérissons viennent agonir au bord des champs, ... et nous, humains, nous subissons, outre les invasions de moustiques désormais sans prédateurs, les effets toxiques de ces produits. Les pulvérisations ont lieu de jour comme de nuit, aucune précaution n'est prise pour que les riverains se protègent, protègent leurs enfants, leurs animaux. Des apiculteurs ont retiré les dernières ruches qui leur restaient, certaines ont même été retournées par un agriculteur avec son tracteur, avant de les pulvériser de ses traitements. Un climat étrange règne dans cette "commune aux boites aux lettres" où la communication s'est arrêtée au bas du dépliant destiné aux touristes égarés! Des administrés ont "peur", ils ne souhaitent pas s'exprimer ouvertement tout en se plaignant des nuisances apportées par une agriculture qu'ils savent dangereuse.

 
Il s'agit d'un problème sanitaire grave qui a déjà été soulevé aux élus en 2017, en vain. Quintes de toux, problèmes de peau, animaux emphysémateux (diagnostics vétérinaires posés), irritations oculaires, les effets des pesticides et des perturbateurs endocriniens sont connus, la liste des pathologies est désormais publiée, un rapport de l'INSERM l'a confirmé en 2013. Nombre d'agriculteurs connaissent par ailleurs les méfaits des produits qu'ils utilisent, et auxquels ils sont tout autant exposés.

Alors, pourquoi continuer à polluer notre campagne et nuire à ses habitants? L'application de la Loi LABBEE permet d'épargner les établissement accueillant du public depuis le 1er janvier 2018, soit, mais les enfants, lorsqu'ils sortent de l'école et rentrent chez eux, n'ont-ils plus le droit d'être protégés? Et si l'on est ni enfant, ni femme enceinte ni personne âgée, la loi ne nous protège pas des effets de ces pulvérisations? Les agriculteurs eux-mêmes seraient-ils inconscients quant à leur santé?

Des communes françaises sont parvenues, par arrêtés municipaux, à interdire les pulvérisations de pesticides à proximité des riverains, soyons inspirés par ces mesures citoyennes et altruistes, faisons en sorte qu'à Saint Martin d'Abbat la santé des riverains ne soient plus mise en danger par ignorance et encouragement à perpétuer ces épandages mortels.

 


Monsieur le Maire, vous êtes responsables de la qualité de vie de vos administrés: vous avez les moyens de vous concerter avec les agriculteurs, de veiller à protéger les Abbatiens, vous ne pouvez plus ignorer le contenu des débats qui font le quotidien des journaux, des réseaux sociaux, des reportages télévisés? Votre responsabilité est engagée et ces graves nuisances ne peuvent plus restées suspendues aux résultats non représentatifs des derniers votes à l'Assemblée Nationale, que nombre de citoyens dénonce depuis. Vous ne pouvez plus fermer les yeux sur le danger auquel nous sommes tous exposés, vous pouvez agir en faveur de notre santé, de la vôtre également.

Nos jardins ne sont plus protégés, les arbres fruitiers aux abords de ces champs ne sont plus pollinisés, la campagne se meurt et plus personne ne peut dire: "on ne savait pas ou on n'a pas le choix"

Il faut rappeler que le glyphosate, entre autres, est classé, depuis 2015, "cancérigène", mais au delà des conséquences sur les animaux et humains à court terme, il constitue un désastre écologique à moyen et long terme. Les municipalités, au regard de la loi, ne peuvent plus pulvériser sur l'espace public ce type de produits, contenant des perturbateurs endocriniens. La contamination des fossés, eaux et terrains en font partie, car ils appartiennent à notre cadre de vie, public lui aussi. J'imagine mal un agriculteur pulvériser ces produits là où ses animaux et ses enfants vivent, mais par contre, sur les champs autour desquels ils ne vivent pas, si...

La question est épineuse, car il faut que chacun travaille, mais pourrions-nous le faire sans destruction ni provocation au prétexte qu'on n'a pas le choix?

 Des solutions existent, elles garantiraient un espace de vie commun sain et respectueux de l'environnement comme de la santé de chacun:

- l'agriculteur fournit le nom des produits qu'il répand, ce qui éclairerait les administrés sur ce à quoi ils sont exposés, permettant ainsi d'effectuer des prélèvements en cas de pulvérisations intempestives,

- les agriculteurs plantent des haies, en partage avec les riverains, le long de leurs parcelles, afin de permettre à la biodiversité de redonner vie à nos jardins et à notre espace partagé,

- une mise en jachère des parcelles jouxtant celles des riverains,

- une déclaration de mise en ZONE NON TRAITÉE, favorisant ainsi soit la jachère, soit une agriculture sans pesticides,

- des concertations avec les agriculteurs, dont certains seraient certainement désireux d'entretenir de meilleures relations avec les riverains,

- un arrêté municipal éradiquant ainsi toutes les nuisances et les dangers imputables à l'imposition des pesticides dans l'espace public (la nature) et à proximité des espaces privés.

Personne, à la campagne, et plus particulièrement à Saint-Martin d'Abbat, n'ose s'exprimer, sous prétexte que nous sommes entourés d'agriculteurs, "qui nous nourrissent". Certains d'entre eux expliquent même qu'ils peuvent boire le round-up, comme le préconisait Monsanto (fusionné avec BAYER), afin de prouver l'innocuité du produit! Les riverains n'osent pas se plaindre, partagés entre la crainte de voir se perdre une relation dite de bon voisinage et la pitié qu'inspirent les épandeurs, au motif qu'ils sont empêchés de gagner leur vie.

Monsieur le Préfet, monsieur le maire, mesdames messieurs les conseillers, nous en appelons donc à votre engagement citoyen, à vos valeurs politiques au regard d'un problème sanitaire grave et d'une entrave à la liberté, à la vie. Dans la lignée de quelques communes de France où un arrêté municipal a permis d'interdire l'usage de tels produits toxiques sur l'espace jouxtant les habitations, les écoles et autres établissements accueillant un public, nous vous demandons de bien vouloir considérer ce réel problème de santé publique, ici, sur la commune de Saint-Martin d'Abbat (Loiret).

Il s'agit de participer activement à un travail générateur d'efforts en faveur d'un espace commun préservant nos écosystèmes et notre qualité de vie, notamment pour que s'ouvre un vrai dialogue avec les agriculteurs, qui ne doivent pas se sentir menacés, mais plutôt accompagnés dans leur prise de conscience. Même à Saint Martin d'Abbat les abeilles ont pratiquement disparu, ne serait-ce pas un signe pour que cesse notre empoisonnement mutuel?

Les utilisateurs de produits toxiques s'appuient sur un sentiment de persécution qui apparaît décalé, voire inadapté au regard des nuisances qu'ils génèrent, sous couvert de l'argument qu'ils sont "obligés de traiter" (selon des recommandations émanant de multinationales qui produisent lesdits traitements phytosanitaires), se protégeant derrière leur certificats d'aptitude à les épandre.

La commune de Saint Martin d'Abbat pourrait faire partie de celles qui ont su protéger leurs habitants, ne croyez vous pas? La loi LABBEE, applicable au 1er janvier 2017, ne peut plus être ignorée, et confirme la dangerosité des pesticides. Appuyons nous sur cette loi et faisons la appliquer en étendant le principe aux particuliers.

 
Citoyens, habitants de Saint Martin d'Abbat et d'ailleurs, dites NON à l'ECOCIDE.

Alors que les traitements phytosanitaires sur la commune de Saint-Martin d’Abbat ( 45 ) stérilisent la nature et porte préjudice aux riverains;

Alors que la nocivité de ces traitements est chaque jour mieux établie et documentée;

Alors que l’intérêt sanitaire des populations voire même la simple prudence politique commanderaient l’application d’un principe de précaution;

Nous demandons le classement de notre commune en Zone non traitée pour commencer à arrêter l’écocide généralisé ici et maintenant.

 

Liens:

http://mobile.lemonde.fr/planete/article/2012/05/09/le-lien-entre-la-maladie-de-parkinson-et-les-pesticides-officiellement-reconnu_1698543_3244.html?xtref=http://m.facebook.com/

www.phytovictimes.fr: site des victimes des phytosanitaires

www.e-phy : site de ventes de cocktails phytosanitaires estampillés «POISONS», supervisé et agrée sans risques par le Ministère de l’Agriculture

http://www.humanite-biodiversite.fr/  site crée par Hubert Reeves

Charte de l’Environnement de la Constitution de la République française :  http://www.conseil-constitutionnel.fr/conseil-constitutionnel/francais/a-la-une/juin-2014-la-charte-de-l-environnement-de-2004.141685.html

https://www.fne.asso.fr/actualites/la-disparition-des-oiseaux-nest-pas-une-fatalit%C3%A9

 https://www.fne.asso.fr/actualites/la-disparition-des-oiseaux-nest-pas-une-fatalit%C3%A9

 http://www.danger-sante.org/effets-des-pesticides/

 



véronique compte sur vous aujourd'hui

véronique HELLIET a besoin de votre aide pour sa pétition “mairie@saintmartindabbbat.fr: Stop à l'épandage de pesticides à proximité des habitations à Saint-Martin d'Abbat, Loiret”. Rejoignez véronique et 346 signataires.