Petition update

CA du 13 décembre et nouvelle pétition

Léonie OLLAGNIER
DIJON, France

Dec 13, 2016 — Ce matin a eu lieu un nouveau CA, à la salle Multiplex (dont 15m² suffiraient sans doute à payer nos formations, mais c'est une autre histoire... Quoique...). Cette fois le Collectif Université Debout a eu droit à une délégation de plusieurs personnels et étudiants. Nous étions une dizaine et nous avons pu faire entendre notre voix, si ce n'est à M. Bonnin, du moins, nous l'espérons, aux élu.e.s.

Nous avons été accueillis avec la mauvaise foi coutumière de la présidence. A chaque fois que nous soulevions un problème dans la gestion ou dans la communication de l'université, on nous répondait immanquablement que ce n'était ni le lieu ni le moment de tels débats. Sans aller jusqu'au débat, il nous semble cependant important d'informer les membres du CA de la situation.

-l'opacité totale quant à la situation budgétaire de l'université ? Ce n'est ni le lieu ni le moment d'en parler.

-le refus de l'université d'embaucher des personnels en situation de handicap à hauteur de 6% de la masse salarial, alors même que l'aménagement des situations de travail pour les personnes en situation de handicap est subventionné par l'agefiph (https://www.agefiph.fr/) : ce n'est ni le lieu ni le moment d'en parler

-le fait que 700 000 euros par an partent dans des frais de bouche, 700 000 autres en frais de déplacement et 800 000 en frais de communication : ce n'est ni le lieu ni le moment d'en parler. On a daigné nous répondre que ces frais sont aussi répartis entre les composantes, et qu'il est nécessaire pour une université de "conserver des moments de convivialité". La "convivialité" est apparemment plus importante que nos formations. Allez dire cela aux L1 Lettres classiques, ou aux M1 musicologie, ou aux M1 histoire moderne, ou encore aux étudiant.e.s qui sont dans des groupes de 50 en TD et risquent d'échouer à leur licence tout simplement parce qu'i.el.l.e.s n'ont pas assez d'heures d'enseignement pour consolider leurs savoirs. Je ne suis pas sûre qu'i.el.l.es trouvent l'université très "conviviale" en ce moment. Lorsqu'on leur a répondu que cela faisait plus de 200 euros par an par étudiant.e et que les composantes étaient prêtes à faire des économies là-dessus, nous avons eu droit à un silence gêné puis : ce n'est ni le lieu ni le moment de discuter de cela.

-lorsque nous avons évoqué l'irrégularité de la suppression de la L1 Lettres Classiques et du M1 musicologie (qui, selon les chiffres de l'an dernier sur lesquels l'université était censée se fonder pour justifier de la fermeture ou de l'ouverture des cursus, dépassaient le seul minimal de 8 étudiant.e.s), M. Bonnin a d'abord feint de ne pas avoir compris la question, puis nous a dit que ce n'était ni le lieu ni le moment d'en parler, pour enfin finir sur son argument préféré "de toute façon il n'y a pas de filière de Lettres Classiques". 1/Nous ne parlions pas de filière mais bien de cursus à petit flux, et 2/ dans tous les cas la question reste entière : comment justifier la fermeture de ce cursus ?

-Quand nous avons proposé de bloquer un après-midi avec les membres du CA et les membres des syndicats et du collectif université debout afin, justement, de mener tous ces débats dans un lieu et à un moment adaptés, nous avons eu une réponse vague, quelques mots sans grande consistance ni enthousiasme : "je suis toujours ouvert à la discussion"...

A se demander à quoi sert un CA, puisque aucune question ne doit apparemment y être soulevée ! Nous sommes ensuite sorti.e.s du bâtiment puisque le CA doit se faire à huis clos. Nous espérons que les élu.e.s voteront en leur âme et conscience, afin de représenter au mieux les intérêts de celles.eux qui les ont élu.e.s, et non simplement pour suivre une loyauté qui n'a plus lieu d'être ou une politique préétablie, ne reposant absolument pas sur la recherche du bien commun.


Le collectif Université Debout continue à travailler, à éplucher les comptes de l'uB, malgré l'opacité de ces derniers, à communiquer à l'intérieur et à l'extérieur du campus. Une nouvelle pétition a été lancée, ciblant plus particulièrement les mensonges de M. Bonnin concernant la situation financière de l'Université à l'heure actuelle. Ce qui fait la force d'une université, nous le rappelons encore une fois, c'est ses formations, pas la qualité de sa comm' ou de ses petits fours.
Vous pourrez trouver cette pétition en ligne sur le site change.org.

Merci à tou.te.s de votre soutien


Keep fighting for people power!

Politicians and rich CEOs shouldn't make all the decisions. Today we ask you to help keep Change.org free and independent. Our job as a public benefit company is to help petitions like this one fight back and get heard. If everyone who saw this chipped in monthly we'd secure Change.org's future today. Help us hold the powerful to account. Can you spare a minute to become a member today?

I'll power Change with $5 monthlyPayment method

Discussion