Pétition fermée

NON aux DHG sacrifiées dans l’Hérault

Cette pétition avait 686 signataires


Les moyens accordés à la scolarité des élèves sont en baisse constante depuis plusieurs années.

A cela s’ajoute le changement de mode de répartition des moyens entre académies et au sein même de l’académie.

Les conséquences à en attendre sur la qualité des enseignements, le nombre des enseignements possibles et le soutien aux élèves en difficulté seront très importantes, dramatiques même, au vu de leur ampleur.

 

En dépit des annonces politiques et médiatiques, les moyens accordés aux élèves en difficulté, dans les établissements REP et REP+ (anciennement ZEP) en particulier sont loin d’être suffisants pour permettre d’inclure dans ces dispositifs tous les établissements qui devraient en bénéficier (et en particulier qui en bénéficieraient dans d’autres académies). Cela est aussi valable dans l’ensemble des établissements car, même si des zones sont plus privilégiées que d’autres, tous les établissements accueillent des élèves en difficulté et doivent leur apporter aide et soutien.

La disparition de l’accompagnement éducatif (école après les cours) va laisser dans la rue de nombreux élèves dont les parents travaillent après 16h00. Il représentait en outre souvent un temps de réconciliation entre les élèves en difficulté et leur établissement et leurs référents.

D’autre part, l’enseignement des langues a été littéralement sacrifié et un grand nombre de classes et d’options vont disparaitre l’an prochain. Nombre de classes bi-langues et bilingues (allemand, catalan et occitan) sont concernées - par exemple plus de la moitié des classes allemand/anglais existantes vont être supprimées alors qu'elles existent depuis des années! De la même façon, dans de nombreux collèges, l'offre de latin est menacée, et le grec est partout abandonné. Les classes européennes ne sont pas en reste, un grand nombre vont être fermées, entrainant une sélection impitoyable (et pas toujours juste).

Finalement, nous savons que ces mesures vont entraîner le départ d’un nombre significatif de familles vers l’enseignement privé, renforçant encore l’école à deux vitesses, résultat particulièrement inéquitable et inacceptable de notre point de vue de cette nouvelle méthode de dotation.

 

Nous réaffirmons notre attachement à l’École de la République et à ses valeurs. Nous demandons que le service public d'éducation puisse être doté des moyens nécessaires à l'accomplissement de ses nombreuses missions sans n’en oublier aucune.

 

Les parents d’élèves FCPE demandent à Mme le Recteur de mettre en évidence auprès des autorités compétentes les spécificités de notre département d’une part et de signifier que nous ne pouvons accepter de tels sacrifices.

Ils demandent que les moyens soient affectés pour que les établissements devant rejoindre le dispositif REP ou REP+ suivant les critères communs de l’ensemble des académies le puissent aussi à Montpellier.

Ils demandent, de plus, le retour de l’accompagnement éducatif, au moins pour les élèves les plus en difficulté.

Ils demandent enfin que soit assuré le financement de toutes les classes bi-langues, bilingues, sections européennes, sections de langues anciennes et régionales dont la pérennité en terme d’effectifs est assurée à la rentrée.

 



FCPE Hérault compte sur vous aujourd'hui

FCPE Hérault a besoin de votre aide pour sa pétition “Madame le Recteur de l'académie de Montpellier: NON aux DHG sacrifiées dans l’Hérault”. Rejoignez FCPE Hérault et 685 signataires.