ÉVOLUTION DE CONTRAT DES AESH

0 a signé. Allez jusqu'à 500 !


ENFANCE - EDUCATION ET HANDICAP

Objet : Évolution de contrat des AESH

Mme Brigitte Macron

L'Élysée

55 Rue du Faubourg Saint-Honoré

75008 Paris

Téléphone. : 01 42 92 81 00

Madame,

Je m’appelle Géraldine, j’ai 37 ans, mon niveau d'études est de Bac+3 Licence en Communication et je suis actuellement AESH (Accompagnants des Elèves en Situation de Handicap) au sein d’une école située à Fontenay-sous-bois dans le Val de Marne.

Cela fait près de quatre années que j’exerce avec passion cette profession. Mon rôle consiste à observer puis à accompagner et soutenir des élèves en situation de handicap dans leur travail scolaire au sein de leur classe. Ceci consiste à en adapter le travail proposé par l’enseignant en fonction du handicap de l’enfant tout en le rassurant car bien souvent il n'a plus confiance en lui. Mes motivations sont réelles. En effet, j'aime me sentir utile et apporter mon aide tout en travaillant en collaboration avec les enseignants.Ce travail d’échange est basé sur une relation de confiance.

Au fil du temps, j'ai eu l'occasion d'apporter mon aide à différents profils d'enfants dont quatre enfants autistes. Avec le temps, je pensais que cet emploi « précaire » (AESH contrat en CDD renouvellement tous les ans de 20h/semaine, payé 627€ net/mois sans aucune perspective d’évolution) deviendrait une réelle priorité pour l’État. Malheureusement, cela n’a pas été le cas. Le nombre d’enfants reconnus en situation de handicap et scolarisés dans une école de leur secteur augmente chaque année et en parallèle le nombre d’AESH diminue pour cause de contrats précaires, je pense donc qu’il y a là une réelle urgence !

La loi de 2005 permet l'inclusion scolaire d'enfants en situation de handicap. Maintenant, je pense sincèrement qu'il faut nous donner les moyens d'aller jusqu'au bout des choses, c'est à dire, instaurer une véritable prise en charge de ces enfants pour qu'au plus vite, tous les élèves qui ont besoin de l’aide d’une AVS puissent en bénéficier.

J’ai déjà adressé plusieurs courriers à ce sujet aux services de l’académie de Créteil, qui sont malheureusement restés sans suite. J’imagine que l’inspection académique n’est pas en mesure de répondre à mes questions pourtant légitimes.

J'ai cru comprendre que vous étiez particulièrement sensible aux causes de l'éducation et du handicap, c’est la raison pour laquelle je me permets de vous informer directement afin que vous puissiez intervenir pour la recherche de solutions concrètes et rapides pour cette situation et ce, dans l’intérêt de tous.

En effet, je constate depuis plusieurs années un réel dysfonctionnement au niveau de l’Éducation Nationale et plus précisément en ce qui concerne la prise en charge des enfants en situation de handicap, sans compter tous ceux qui se retrouvent en échec scolaire.

Chaque année, de nombreux enfants notifiés MDPH (Maison Départementale des Personnes Handicapées) sont toujours dans l’attente d’une AVS parfois même au bout d’une année. Pour des élèves en élémentaire cela représente une année de perdue. Bien souvent, ces enfants perdent confiance en eux et n’arrivent plus à se motiver pour travailler puisqu’ils se disent parfois être « trop nuls, trop lents, trop bêtes et surtout pas intelligents » ou bien disent-ils : "Je n'y arriverai jamais" ». Et je parle uniquement pour celles et ceux qui ont la chance de pouvoir s'exprimer. Sachant qu'un enfant démotivé depuis plusieurs années est très difficile à remobiliser et à convaincre en ce qui concerne ses compétences, puisqu'il a évolué avec des croyances limitantes. Il se retrouve donc encore plus fragile et parfois même en grande souffrance psychologique.

Pour ma part, je vous confirme être prête à m'investir davantage pour aider le maximum d’enfants en grande difficulté. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle je me suis occupée durant toute l'année scolaire d'un enfant en attente d'AVS depuis un an auquel je n’étais pas affectée mais qui se trouvait dans la classe de l’élève dont je m’occupais. En revanche, de votre côté, pouvez-vous nous aider à faire de notre fonction un véritable métier, dont je suis sûre qu’il pourra motiver nombre de candidats souhaitant donner un sens à leur fonction dans la société, voire faire naître des vocations d’enseignants? Un futur enseignant ayant travaillé en tant qu’AVS serait d’autant plus capable d’adapter sa pédagogie à des élèves handicapés. Par contre, si la fonction d’AVS reste un emploi précaire pour un temps limité, cela limite les candidatures de personnes qui n’ont rien d’autre et qui n’en attendent rien, et interdit à ceux qui comme moi développent une certaine expertise et le goût de cette fonction, d’en faire leur métier. Le recrutement des AVS en contrat précaire devient de plus en plus difficile et le nombre de contrats d’AESH est très insuffisant pour couvrir les besoins. Si rien n’est fait pour faire évoluer cette situation, l'écart entre le nombre d’AESH recrutés et le nombre d’enfants à aider va continuer de se creuser, condamnant les enfants concernés, leurs famille et leurs enseignants à l’échec et au découragemant.

Nombreux sont les parents d’enfants handicapés qui, chaque année, abordent la rentrée la boule au ventre ne sachant pas si leur enfant bénéficiera ou non d’un accompagnement adapté. Ces familles ont besoin d’aide.

Si vous voulez apporter une réelle aide à tous ces enfants et à leur famille, il faudrait, je pense, commencer par créer un vrai métier avec une vraie formation, un vrai contrat et une protection sociale adaptée afin de sortir toutes les personnes au statut d’AESH de la précarité. Les enfants en situation de handicap pourraient ainsi, bénéficier d’un suivi de qualité qui les sortirait de l’isolement dont ils sont victimes lorsque l’enseignant ne peut pas s’occuper d’eux.

Je vous avoue que malgré la motivation et mon envie d’aider davantage les enfants en travaillant sur des projets et en me formant, je suis parfois freinée dans mon élan, car je ne suis jamais certaine de pouvoir pérenniser mon emploi d’une année sur l’autre.

Aujourd’hui, je vous sollicite dans l'espoir que vous mettiez tout en œuvre pour que toutes les personnes qui comme moi ont le statut AESH puissent bénéficier; d’un vrai métier avec un contrat en CDI à 35H/semaine avec une véritable protection sociale ainsi que de réelles perspectives d’avenir.

Pour moi, L’Éducation et le handicap sont de véritables priorités.

Je vous remercie par avance pour toute l'attention que vous porterez à ma demande, et vous prie d’agréer, Madame, mes sincères salutations.

Cordialement,

Géraldine BELAIDI

AESH – Val de Marne



Géraldine compte sur vous aujourd'hui

Géraldine BELAIDI a besoin de votre aide pour sa pétition “Madame Brigitte MACRON: ÉVOLUTION DE CONTRAT DES AESH”. Rejoignez Géraldine et 389 signataires.