Protégeons l'espace urbain à Rennes. L'immeuble J. Ferry doit s'intégrer à son quartier

0 a signé. Allez jusqu'à 1 000 !


Les Amis du Patrimoine Rennais, soutenus par beaucoup d’habitants, ont attiré votre attention sur des projets immobiliers qui par la densité, la hauteur ou la nature des bâtiments leur paraissaient incompatibles avec leur environnement urbain et naturel. Ils ont récemment manifesté leurs vives réserves concernant la tour envisagée à l’Hôtel-Dieu et plus largement lors de l’enquête publique du Plan Local d’Urbanisme, où les citoyens ont massivement et à juste titre critiqué des projets incongrus d’implantation de collectifs massifs dans des secteurs d’habitation de faible hauteur et de densité modérée.

Un exemple de ces errances est donné par le projet de construction d'un immeuble de 40 logements et 500 m2de commerce rue Jean Guéhenno dontla ville de Rennes a confié la réalisation à Archipel Habitat. Par trois étoiles, le plan local d'urbanisme signale comme très remarquables les immeubles mitoyens de la rue Jean Guéhenno. Il s'agit de constructions du XIXèmesiècle à rez-de-chaussée, un étage et combles. L'immeuble projeté doit comprendre 7 étages, soit une hauteur de plus de 26 m, pour plus de 3000 m2habitables sur une parcelle de 1500 m2.L’aspect du bâtiment, selon le projet présenté aux habitants du quartier, paraît en outre peu cohérent avec l’existant ; les façades en béton ne manqueront pas en outre dedonner une piètre image de l’architecture du logement social.

Pour nous, citoyens de Rennes, rien ne justifie un tel gabarit, une telle densité et une telle discordance avec l’environnement pour un immeuble de logements dans un quartier auquel tous reconnaissent une grande qualité patrimoniale et paysagère, qu’il convient de conforter près d’une station de métro fréquentée et d’un axe majeur d’entrée piétonne vers le centre-ville. On y retrouverait l'urbanisme erratique et débridé des années cinquante à soixante-dix, contre lesquelles l'équipe d'Edmond Hervé s'était élevée (Voir l'exposition en cours aux Champs Libres).

De plus, face à la construction projetée, la Faculté de Droit, présente à Rennes depuis 1735, dispose d’un bâtiment emblématique de la Ville, dont le caractère de signal fort serait largement amoindri par la construction envisagée.

Nous vous demandons donc, Madame la Maire, Mesdames et Messieurs les Conseillers Municipaux, pour permettre l’intégration harmonieuse de ces bâtiments dans le paysage remarquable du quartier, d’en ramener la taille au plus près de celle des immeubles de logements avoisinants (R+1+combles).

 

 

 


Voulez-vous partager la pétition ?