Pour que l'ADIE cesse de s'engraisser sur le dos des pauvres

0 a signé. Allez jusqu'à 2 500 !


Les agissements qui sont dénoncés dans cette pétition sont emblématiques de l'injustice sociale qui gangrène notre société. Admettons que vous ayez besoin de 5000 euros à rembourser sur 1 an pour réaliser un projet. Trois solutions s'offrent à vous en fonction de vos revenus :

1) Vous êtes riche et vous contractez un crédit auprès de votre banque. Dans ce cas de figure, votre prêt est pratiquement cadeau. Vous présentez peu de risques et cela permet à la banque de fabriquer de la monnaie pour gonfler son chiffre. Entre autres inégalités, c'est un mécanisme qui explique pourquoi les riches sont sans cesse plus riche.

2) Vous n'êtes ni riche, ni pauvre. Dans ce deuxième cas, vous pouvez souscrire un crédit dans un organisme comme CETELEM pour un taux de 3,89%. Le coût total de votre emprunt sera de 104,08 euros, frais de dossier inclus. A noter au passage que cette société dont il vaut mieux éviter d'utiliser les services se porte plutôt bien en procédant de la sorte.

3) Vous avez la malchance d'être pauvre. Dans ce troisième cas, il vous reste l'ADIE qui est une association à la doctrine ultralibérale qui aime à se présenter comme une sorte de bienfaitrice des plus démunis. Mais la charité a un prix : 457,54 euros sur le cout total du crédit d'après leur formulaire de simulation !!! Ce qui représente une publicité mensongère étant donné que le taux annoncé est de 7,53% en taux fixe + 5% au titre des frais de dossier. Soit au total : 12,53% ! Donc le vrai coût du crédit est très exactement de 626,50 euros.

Présentation de l'ADIE

Contrairement à des sociétés de crédit classiques, l'ADIE bénéficie de subventions françaises et européennes. Autrement dit : De l'argent public ! Elle perçoit également des dons de fondations d'entreprise et de particuliers fortunés. Elle utilise gratuitement les compétences de plus de 1300 bénévoles. Et elle compte dans ses rangs environ 500 salariés, dont beaucoup de stagiaires et de petits salaires.

Les méthodes de l'ADIE

Pour les inciter à bien chasser le pauvre, les conseillers de l'ADIE sont en partie rémunérés au pourcentage sur le nombre de crédits qu'ils arrivent à faire signer. Ce qui ne les incite pas vraiment à se montrer très regardant sur les capacités de remboursement.

Pour souscrire un crédit auprès de l'ADIE on vous demande obligatoirement un garant. D'après le site de l'ADIE, c'est dans le but de prouver que quelqu'un de votre famille, ou l'un de vos amis, a confiance en votre projet. En réalité, il s'agit ni plus ni moins que d'ajouter un co-emprunteur. Et vu que vous ne sortez pas de la cuisse de Jupiter, il y a de fortes chances pour que votre soutien soit dans une situation financière aussi périlleuse que la votre. Mais qu'à cela ne tienne, en cas de difficulté de remboursement, l'ADIE n'hésitera pas l'ombre d'une seconde à harceler votre caution, jusqu'à son lit d’hôpital comme le mentionne de nombreux témoignages. Si le procédé est légal, on ne peut pas dire pour autant qu'il soit moral.

Au niveau du recouvrement, la technique de l'ADIE repose entièrement sur le harcèlement. La "gentille" association n'a rien à faire de vos problèmes de santé et autres coups durs de la vie. A la moindre défaillance, pour le porteur de projet et sa caution c'est directement les menaces incessantes par SMS, courriers, email, téléphone... Visiblement, le service contentieux de l'ADIE est bien plus efficace que celui de l’accompagnement projet que cette structure se vante pourtant d'assurer. Ce qui laisse à penser que le personnel est bien plus occupé à courir derrière ses primes qu'à s'occuper du suivi de ses clients.

L'ADIE n'aime pas la lumière

Suite à la publication d'un article qui expose tous ces problèmes, l'ADIE n'a rien trouvé de plus intelligent que de m'intenter un procès pour me demander 3000 euros de dommage, non pas parce que les arguments avancés sont faux, mais simplement parce que j'aurais intenté à son image. On dirait bien que cette association confond la France et la Corée du nord. Apparemment, l'ADIE a du mal à comprendre le concept de base de la liberté d’expression et aussi que nous sommes à l'heure des avis sur internet. En prenant en compte ces deux éléments, si on souhaite récolter des éloges sur le web il suffit simplement d'avoir de bonnes pratiques commerciales. Quoi qu'il en soit, ce n'est pas des usuriers qui me feront taire, qu'ils se le disent !

Voir l'article en question :

https://solutions-alternatives.org/qui-veut-gagner-des-millions/

Objectifs de la pétition

En résumé, dans les faits le comportement de l'ADIE est pire que celui d'une entreprise privée tout en utilisant au maximum les avantages du statut d’association.

Maintenant, étant donné que l'ADIE perçoit de l'argent public il est normal que cette association rende des comptes. Voici donc trois points dont j'attends des réponses précises :

Quel est le salaire des dirigeants de l'ADIE ?

Où vont les bénéfices ?

Est-il normal qu'une mission de service public soit déléguée sans contrôle ?

**********************************************

Informations bonus

1) L'ADIE est une structure ultralibérale à l'extrême qui pense que l'on peut tout solutionner en transformant les chômeurs en autoentrepreneurs. C'est ce qui explique sans doute que l'ancienne présidente de l'ADIE soit aussi l'ancienne présidente du parti En Marche.

2) L'ADIE ne manque pas d'arguments tirés par les cheveux pour justifier ses pratiques. A titre d'exemple, quand on questionne cette association sur le coût prohibitif de ses crédits elle répond que c'est pour responsabiliser les pauvres.

Documentation

Une émission de Là bas si j'y suis consacrée à l'ADIE. Elle date de 2010 mais le contenu reste d'actualité :

https://la-bas.org/spip.php?page=article&id_article=1921

Un article du site Actu-Chômage sur le sujet :

https://www.actuchomage.org/2012020619162/Social-economie-et-politique/microcredit-il-ny-a-pas-que-ladie.html

En conclusion

A titre personnel, a priori je n'ai rien contre le principe du microcrédit. J'ai eu l'occasion de travailler dans ce domaine il y a quelques années en Afrique de l'Ouest et c'était totalement différent. Déjà, il y avait des taux d’intérêt dérisoires et pas question de co-emprunteur obligatoire. Et tous les jours il fallait mouiller le maillot pour soutenir les porteurs de projet dans leurs démarches (aide à l'étude de marché, trouver des locaux, des fournisseurs, des clients...). Et bien sûr, malgré tout ce travail il y avait parfois des échecs. Ce qui est tout à fait compréhensible quand on sait qu'il ne peut y avoir 100% de réussite dans le domaine de la création d'entreprise. L’échec faisait donc partie du jeu et pas question d'enfoncer celles et ceux qui échouaient de bonne foi.

A coté de ça, ce qui ne tourne pas rond du tout avec l'ADIE c'est que cette association se met dans une position où la banque gagne à tous les coups. Et ce n'est pas acceptable qu'une structure d’accompagnement de projet ne prenne aucun risque. Et c'est encore moins acceptable que son objectif ne soit que de faire du fric en France et à l'étranger (Notamment au Luxembourg...) en utilisant des dons et de l'argent public. Il y a là un mélange des genres qui est extrêmement dangereux et préjudiciable pour les porteurs de projet. Ce qui représente autant de bonnes raisons pour que l'ADIE rende des comptes et revoit très rapidement son mode de fonctionnement. Quant à la plainte à mon encontre, je reprécise à l'ADIE que je ne suis définitivement pas le bon client pour ce type de plaisanterie. Ce n'est pas de l'intimidation de bas étage qui va calmer les choses, bien au contraire.Cette pétition est à destination de Mediapart, de Marianne et du Canard enchainé pour qu'une enquête journalistique soit diligentée, ainsi qu'aux associations Anticor et Transparency France. Étant donné la connivence de l'ADIE avec le gouvernement actuel, il n'y a rien à attendre du pouvoir en place.

Post scriptum

Si vous avez été victime des mauvaises pratiques de l'ADIE, merci de me le signaler afin que votre témoignage puisse s'ajouter au dossier.

 


Voulez-vous partager la pétition ?