Pour de meilleures conditions d'examen à l'Université Lyon 2

0 a signé. Allez jusqu'à 7 500 !


A l’attention de l’équipe présidentielle,

Fait à Lyon, le lundi 07 mai, à 23h00,
 
Au regard de la situation actuelle et des mesures que vous prenez, nous, étudiants de l'Université Lumière Lyon 2, au nom de tous les étudiants qui se sentent concernés et qui partagent notre point de vue, quelque soit leur filière, leur promotion, nous voyons dans l’obligation de vous écrire, pour vous faire part de notre mécontentement et notre incompréhension. En effet, depuis maintenant plusieurs semaines, l’Université est bloquée par des étudiants mobilisés contre la loi ORE. Ce blocage illimité menace la tenue des examens terminaux qui doivent commencer dès lundi 14 mai, soit dans une semaine. Nous avons, a de multiples reprises, tenté de dialoguer, en étant à l’initiative d’une réunion entre membres de notre promotion et personnel de notre UFR.

Cette fois, c’est à l’équipe présidentielle que nous nous adressons. Alors que vous prévoyez de maintenir les partiels (décision dont nous pouvons remettre en cause la pertinence, étant donné la situation actuelle), plutôt que de nous évaluer uniquement sur la base de nos notes de TD, ou de nous donner des devoirs maisons, voilà que les décisions que vous prenez sont de plus en plus aberrantes, et les étudiants n’en peuvent plus.

Avez-vous pensé aux étudiants, qui habitent loin de l’Université, ou même encore ceux habitant en dehors de Lyon, qui devraient, comme vous le demandez, être sur le campus à 6H30 ? Avez-vous pensé aux travaux qui empêchent la circulation du T2, rendant l’accès à l’Université encore plus compliqué ? Avez-vous pensé aux étudiants dépendant de la SNCF, actuellement en grève? Avez-vous pensé à notre niveau de concentration à 8h00 pour des examens importants, alors que nous serons levés depuis au moins 5H00 ? Avez-vous pensé aux nombreux étudiants en Minerve, qui ont des partiels initialement prévus le samedi matin et qui devront, faute de pouvoir se dédoubler, aller automatiquement aux rattrapages pour l’une des deux matières à laquelle ils n’auront pas pu se présenter ? Avez-vous pensé aux dispensés d'assiduité qui ont un contrat étudiant, et qui ont posé des jours de congés pour venir aux examens ainsi que pour réviser? Avez-vous pensé aux autres étudiants, qui n’ont pas de partiels, mais des engagements prévus de longue date, parfois coûteux (et je ne parle pas d’étudiants qui ont prévu de passer le week-end de Pentecôte au soleil, mais de ceux qui par exemple, ont une formation BAFA, qu’ils ont payée, et qui va leur permettre de travailler cet été) ? & à ceux qui ont un travail étudiant et qui travaillent le samedi, ne pouvant se libérer de leurs engagements, étant prévenus si tard? Avez-vous pensé aux conditions dans lesquelles nous devons préparer nos examens : planning provisoire envoyé il y a quelques jours seulement, à une semaine du début des examens terminaux, présence des forces de l’ordre durant la passation de nos examens (car même si ce n’est pas dit officiellement, nous nous en doutons, ils seront là, sinon, pourquoi déplacer la journée d’examens du mercredi (jour de finale d’Europa League nécessitant une forte présence policière dans la ville, qui ne pourra donc pas vous êtres consacrée), au samedi ? 

L’Université étant bloquée depuis maintenant presque un mois, vous, comme nous, savons pertinemment qu’elle ne sera pas débloquée comme par magie lundi 14 mai au matin. Dans ce cas, pourquoi maintenir les examens ? Pourquoi risquer des accidents en faisant intervenir les forces de l’ordre ? Avez-vous vu ce qu'il s'est passé récemment à Nancy, à Grenoble? Voulez-vous poursuivre dans cette lignée? Pourquoi perdre votre temps, et nous faire perdre le notre en maintenant ces examens, qui, nous le savons tous, n’auront pas lieu. Beaucoup d’entre nous ont un travail étudiant, ou ont trouvé un job d’été, qui va même commencer dès juin. Ne pensez-vous pas qu’il serait plus pertinent de nous donner des devoirs maisons dès maintenant, plutôt que d’attendre le 14 mai, de vous rendre compte que les partiels ne pourront pas avoir lieu dans des conditions correctes et attendues, où chacun d’entre nous sera en sécurité.

Nous vous demandons, parce qu’il est encore temps de prendre les bonnes décisions, d’annuler les examens terminaux. Les étudiants ne sont pas fainéants, ils ne sont pas contre le fait de travailler. Ils veulent tout simplement pouvoir le faire dans de bonnes conditions, pas dans le stress, dans l’appréhension, et dans l’attente. Car depuis plusieurs semaines, ce sont nos conditions de vie. Chaque jour, nous recevons un mail qui contredit le mail précédent : examens terminaux annulés, puis remplacés par des oraux, puis les examens sont remis en place, puis annulés de nouveau, nous laissant, encore une fois, dans l’attente, dans le stress, et sans réponse. Dans le mail daté du lundi 06 mai à 20h33, vous écrivez : « Les lieux et horaires des épreuves n’ont, pour la plupart, pas été modifiés. », mais pour que les lieux d’épreuves ne soient pas modifiés, faudrait-il encore que nous en ayons connaissance. Ce n’est pas le cas. Devons-nous vous rappeler, que selon le bulletin officiel de l’Education Nationale numéro 10[1], daté du 09 mars 2000, je cite:

« Convocation aux examens
Sauf dispositions plus favorables, la convocation des étudiants aux épreuves écrites et orales est faite par voie d'affichage, sur des panneaux réservés à cet effet, au moins 15 jours avant le début des épreuves. Elle comporte l'indication de la date, de l'heure et du lieu de chaque épreuve. En tout état de cause, une convocation individuelle doit être envoyée aux étudiants dispensés d'assiduité. »

Il nous semble, sauf erreur de notre part, que vous êtes loin de respecter ce délai, ce qui vous place en situation contraire au règlement, et donc illégale.

Enfin, et vous en conviendrez, ceci est le point le plus important : nos revendications ne concernent pas la loi ORE et Parcoursup. Il ne s’agit pas non plus d’un débat ou de revendications pro-anti blocus. De part vos décisions, vous avez entrepris ce que chacun d’entre nous échoue à faire depuis des semaines : nous rassembler. Alors qu’auparavant nous étions divisés au sujet de la loi ORE, mais aussi sur les manières de se faire entendre et de manifester son mécontentement, aujourd’hui, vous avez réussi à nous réunir, malgré nos clivages, quels qu’ils soient, et nos divergences d’opinions, pour nous concentrer sur une chose : nos conditions d’examen.

Nous vous laissons apprécier la diversité des filières ayant pris part à la signature de cette pétition : L2 & L3 Science Politique, L1, L2, L3 & M1 Psychologie, M1 Droit Public, L1 & L2 Sciences de l'Education, Portail Education Socialisation & Langage, L1 & L2 Art du Spectacle, Portail Art, L2 & L3 Histoire, L2 Sciences Sociales, L2 & L3 Sciences du Langage, Portail Institutions & Société, L2 Information & Communication, L3 Droit de l'Art et du Patrimoine Culturel, L2 Droit, L1, L2 & L3 Economie & Gestion, L3 Sciences et Technologies, L1 Sciences Cognitives, L2 Sociologie, L3 Géographie, L1 & L2 LLCER Espagnol, L2 Lettres, Portail Humanité, M1 MEEF PE, L3 Droit Privé, L3 Droit et Science Politique. 

 [1]Bulletin officiel de l’Éducation Nationale, le 09/03/2000. Disponible sur : http://www.education.gouv.fr/botexte/bo000309/MENS0000500C.htm 



Cyrine compte sur vous aujourd'hui

Cyrine MAKHLOUF a besoin de votre aide pour sa pétition “Les étudiants de Lyon 2: Pour de meilleures conditions d'examen à l'Université Lyon 2”. Rejoignez Cyrine et 6 954 signataires.