Permettre le retour des jeunes ivoiriens à l'école et à l'Université

0 a signé. Allez jusqu'à 7 500 !


Depuis le mois de Janvier 2019, le système éducatif ivoirien est confronté à une série de grèves. Les éleves des enseignements Primaire et Secondaire des écoles publiques sont privés d'école.
Les enseignants des universités viennent de leur emboîter le pas pour une grève d’une durée d'un an.
Cette situation passe totalement inaperçue au profit des tractations politiques en cours.
Les apprenants des établissements publiques sont ainsi plongés dans le désarroi et une « Année Blanche » se profile à l’horizon...

Pensez aux enfants s'il vous plaît.

Ne pensez peut-être pas aux parents, mais pensez aux enfants, nos enfants qui doivent apprendre et constituer l’élite de Demain afin de faire face aux nombreux challenges qui les attendent.

Peu se sentiront concernés car les leurs sont en Europe ou aux USA, ou même sûrement dans les grandes écoles privées de C.I.

Mais nous savons que toutes les familles ne peuvent pas se permettre un tel luxe. Pensons à nos nièces, neveux, enfants de nos proches.

Au-delà des dissensions et clivages politiques, notre Unique volonté réside dans la conciliation des 2 parties, qu’elles renouent le dialogue en retournant à la table des négociations.

L’on ne peut tout régler aujourd'hui, mais l’on peut faire un geste aujourd'hui, puis un autre demain, et dans le futur en faire beaucoup...

Pour cela, il faut et de la volonté et une vision.

Une collaboration des 2 camps est donc primordiale pour sauver l’avenir de nos enfants.

De nombreux parents se complairont certainement dans cette situation pensant avoir des charges en moins :
1 - ils n'auront plus à payer pour 1 temps donné les frais de transport, ni à donner de l'argent pour le petit déjeuner.

2- ils pensent -à tort- que « c'est bien fait » pour le pouvoir.
Mais ils oublient qu'il s'agit de l'avenir de leurs bambins.

S’il vous plaît, prenons nos responsabilités, Parents, Gouvernement et Syndicats.

S'il vous plaît pensons à NOS enfants.

MERCI