Non à la grande braderie de la faune sauvage !

0 a signé. Allez jusqu'à 5 000 !


Le commerce de la faune sauvage est la deuxième cause de disparition des espèces animales et végétales à travers le monde. Le trafic qui en découle est dans le trio de tête des trafics internationaux avec les armes et la drogue et il profite aux même mafias.

 La législation française, bien qu’imparfaite, régissait jusqu'à présent la détention et le commerce des espèces protégées soit par la réglementation nationale soit par l’adhésion et la ratification de traité internationaux comme la CITES 

 Sous la pression du lobby des parc zoologiques, des éleveurs d’oiseaux exotique et des voleries aux aigles, dont le pouvoir est souvent sous-estimé, quelques oreilles attentives au sein de l’administration du Ministère de la Transition Écologique et Solidaire préparent, dans le dos du Ministre, un texte qui va mettre à mal la totalité de la réglementation en vigueur. Cette réglementation, régit les conditions de détention, de présentation au public et de commercialisation de la faune sauvage, et c’est en vertu de celle-ci  que de nombreux contrôles d’établissements ont eu lieu dernièrement, mettant à jour des pratiques illicites.

 Aucune raison ne justifie ce changement réglementaire hormis celle de vouloir porter secours à des établissements de renom mis en cause dans des procédures juridiques dont les répercutions pourraient atteindre de nombreux établissements.

 Le nouveau cadeau en préparation va permettre d’ouvrir la boite de Pandore et mettre à mal toutes les procédures pour trafic en cours et à venir. Ainsi les animaleries vont avoir le droit de commercialiser félins, primates, crocodiliens... soit un retour de 30 ans en arrière. Vous trouverez en détail plus d’information sur les conséquences de ces modifications ici.

 D'ores et déjà, une consultation publique a été ouverte. Nous vous invitons a vous y exprimer et à réagir vivement en vous opposant a ce texte qui ouvre de façon irrémédiable la grande braderie de la faune sauvage. consultation publique

 Nous vous invitons également à signer cette pétition, et a télécharger courrier aux députés que vous pouvez joindre à vos parlementaires.

 Le 21 mars le texte sera présenté au Conseil National de la Protection de la Nature. Après cette date il sera trop tard !



Le Biome compte sur vous aujourd'hui

Le Biome LE BIOME a besoin de votre aide pour sa pétition “le biome : Non à la grande braderie de la faune sauvage !”. Rejoignez Le Biome et 4 741 signataires.