La France valet de l'impérialisme islamique nous n'en voulons plus!

0 a signé. Allez jusqu'à 500 !


La France valet de l'impérialisme islamique nous n'en voulons plus!

                                Notre Combat pour la République et la Laïcité                                           

  Un grand débat national va, paraît-il s'ouvrir en France pour permettre aux Français de s'exprimer au sujet des revendications des Gilets Jaunes.

  Pourtant, malgré les attentats islamistes à répétition, la montée des prêches salafistes dans des mosquées opportunément abritées dans des centres "culturels" islamiques subventionnés par nos impôts, les revendications communautaristes islamiques dans les écoles, collèges et lycées des territoires perdus de la République (cf Rapport J.-P. Obin en juin 2004, http://www.education.gouv.fr/cid2160/les-signes-et-manifestations-d-appartenance-religieuse-dans-les-etablissements-scolaires.html  consulté le 22/12/2018), les menaces de mort proférées sur les réseaux sociaux à l'encontre de ceux – le philosophe Robert Redeker, les journalistes assassinés de Charlie Hebdo, Caroline Fourest, Waleed Al Husseini et aujourd'hui l'admirable Zineb el Rhazoui - qui osent dénoncer la sclérose de l'islam qui prévaut toujours en France, rien n'est fait, ou presque, par nos élus pour rétablir l'ordre républicain.

  Peu à peu ce sont les thèmes de prédilection de l'extrême et de l'ultra-droite nationalistes et xénophobes qui occupent le devant de la scène : immigration, droits sociaux abusivement consentis aux populations des "quartiers" en période de chômage de masse, racines culturelles de la France … - faisant apparaître les démocrates, trop timides sur ces sujets comme des alliés objectifs de l'islamisme et les disqualifiant politiquement parlant.

  Une fois de plus, par peur de réactiver ces thèmes délétères, le gouvernement refuse d'ouvrir au débat public le sujet de l'insécurité liée à la violence d'un certain islam qui, via les mosquées salafistes et fréristes, a pignon sur rue et qui se permet de crier à l'islamophobie dès qu'un intellectuel ou de simples citoyens interrogent les liens entre islam et islamisme.

 Mais ce n'est pas tout.

  En échange de leur pétrole et de leur main-d'œuvre, en accord avec un capitalisme utra-débridé qui entend faire du dumping social et économique sa nouvelle religion, les 56 Etats-membres de l'OCI (Organisation de la Coopération Islamique) et l'Autorité palestinienne nous demandent d'abandonner purement et simplement nos valeurs républicaines pour adhérer à la Charia. Ils l'écrivent en toutes lettres dans un texte qui gagnerait à être connu de tous : la Stratégie culturelle islamique à l'extérieur du monde islamique adopté par l'OCI en 2000 et qui lui sert de base dans ses relations avec l'Occident, donc également avec la France ((cf https://www.isesco.org.ma/fr/wp-content/uploads/sites/2/2015/05/Strategie-culturelle.pdf consulté le 15/12/2018.)

  Le terme de "Stratégie" n'est pas là par hasard : au long des 118 pages du document, l'ISESCO, l'outil de propagande de l'OCI, nous explique : 1° que l' Occident ayant déclaré une "guerre de civilisation" (sic) au reste du monde,  l'Islam entend se défendre en ramenant tous les Musulmans des cinq continents dans le giron de la Oumma islamique; 2° l'ISESCO considère que notre civilisation "matérialiste" (sic) est inférieure à celle de l'Islam mais que celui-ci, par le biais des musulmans d'avant-garde, fera bien d'en exploiter les aspects démocratiques comme autant de failles pour pousser à l'islamisation des masses : la laïcité "impie" (sic)  servira à réclamer toujours plus de Charia au nom de la liberté de conscience, tout comme le "droit à la différence". 3° Les pages 100 à 118 détaillent les organes techniques et les fonds qui financent la Stratégie : cette politique sera mise en œuvre via "les subventions consenties par les organisations internationales comme l'Union Européenne, le Conseil de l'Europe et l'Agence de développement internationale"  (p. 114). Une politique de conquête islamique payée… par vous et moi sans même que nous le sachions ni n'ayons donné notre accord !  Est annoncée,  "la création d'une faculté des sciences de l'éducation en Occident dont l'accès sera donné en priorité aux enfants d'immigrés" (p.102)  aux fins de former les enseignants des écoles coraniques.  L'apprentissage de l'arabe, "langue sacrée du Coran" (sic) se généralisera dans les établissements de l'enseignement public, et la civilisation islamique y sera présentée sous un jour avantageux et abordée en détail  pour ne pas surcharger les petits élèves musulmans, obligés, sinon, d'acquérir ces notions dans des écoles coraniques en plus de leurs heures de classe. Tout cela apparaît comme la condition de possibilité sine qua non pour éviter le basculement des 3ème et 4ème générations de Musulmans dans la violence, faute d'être éduqués en bons musulmans : nous voici prévenus !   

  

  N'est-ce pas ce texte qui est le document directeur à la lumière duquel il est loisible d'interpréter la faiblesse de nos gouvernements face à l'entrisme islamique, depuis la non-fermeture de nombreuses mosquées salafistes qui encouragent ouvertement le Jihad contre les non-Musulmans et les Musulmans jugés trop tièdes, jusqu'à la pénétration de nos universités par l'idéologie dite "décolonialiste" qui défie ouvertement la République en professant que tout ce qui n'est pas arabo-musulman est un piège néo-colonial : l'égalité hommes-femmes, la laïcité, le respect de l'autre qui ne pense pas comme un islamiste convaincu (cf  Le Point n° 2413  du jeudi 29 novembre 2018, pp. 38-39; L'Obs n° 2822 du 6 au 12 décembre 2018, pp. 42 à 50)? En conséquence de quoi, cette idéologie promeut ouvertement et dans l'impunité le sexisme et les racismes anti-blanc, anti-chrétien et antisémite. Elle le fait avec un chantage au procès en Justice pour islamophobie tel, que les témoins interviewés par l'Obs n'acceptent plus de s'exprimer que de façon anonyme. Est-ce là le pays des Droits de l'Homme et du Citoyen ? Comment est-il possible que les démocrates de gauche se taisent devant un tel retour du cléricalisme au lieu de demander la mise en application des lois qui interdisent la discrimination au motif de la couleur de peau, du sexe et de la religion ou de l'absence de religion ?  Que l'Islam se considère en devoir de nous convertir, c'est son problème; mais voulons-nous en être complices?

Nous devons reprendre notre destin en mains et cesser de brader nos libertés pour un plat de lentilles fut-ce des barils de pétrole; car l'OCI a, de toutes façons besoin de nous pour écouler celui-ci; et, de plus, la souffrance des couches les plus modestes du peuple (salariés, jeunes, chômeurs, retraités, fonctionnaires de police et de gendarmerie, infirmières, enseignants) – doit inviter à surseoir au dumping économique et social et à concevoir une politique économique au service de l'intérêt général.  

  

 Nous pensons que la Gauche en France a périclité en raison de son silence sur ce sujet; que la droite n'a pas été jusqu'à présent plus habile à s'en saisir, se mettant à la remorque de l'extrême-droite. Ce double échec a conduit à l'impasse dans laquelle nous nous trouvons.  Nous en appelons à la conscience civique de nos compatriotes pour mettre sur la table ce problème qui nous concerne tous et qui ne disparaîtra pas de lui-même tant qu'on ne l'aura pas réglé.

 

 Nous attendons de nos responsables politiques qu’ils nous informent sur la teneur des partenariats qu’ils ont engagés à notre insu avec les Etats islamiques et sur la réalité des pressions que ceux-ci exercent sur la France et l'Europe, demandes inflationnistes et qui nous harcèleront à qui mieux mieux plus nous leur cèderons – car ainsi en va-t-il toujours quand les religions aspirent à l'hégémonie. Comme le judaïsme et le christianisme, l'islam doit se plier aux lois de la  République.

 

  La démocratie et la République ne mourront pas ! Dites-le haut et fort en signant et en faisant signer massivement cette pétition ! Puis, forts du nombre de signatures recueillies, nous irons ensemble à la rencontre des députés de notre pays pour leur demander de mettre  l'entrisme islamique de l'OCI et des mosquées qui en dépendent à l'ordre du jour des débats au Parlement et au Sénat pour que :

 1°) Soient exposées sur le site présidentiel la liste des accommodements déraisonnables pris depuis 1973, à la faveur du 1er choc pétrolier, par nos gouvernements successifs et ayant débouché sur la "Stratégie culturelle" d'un Islam sûr de lui et dominateur;

2°) soient interdits en France les prêches des versets violents du Coran, générateurs d'attentats et de troubles à l'ordre public (art. 10 de la Déclaration des Droits de l'Homme de 1789; art. 35 de la Loi du 9 décembre 1905) ;

3°) soient sanctionnés, au vu des lois républicaines réprimant le sexisme, le racisme et l'antisémitisme et de la loi de 1905 sur la laïcité, les chercheurs et étudiants soutenant l'islamisme et ses manœuvres d'intimidation sous couvert de "décolonialisme".

                                                                                  

                                                 Notre Combat pour la République et la Laïcité