Pétition fermée
Adressée à stopdesunion@gmail.com

La désunion ne passera pas par moi

2 033
signataires

Il faut unir nos forces pour une alternative à gauche. Après un quinquennat calamiteux, le pire semble aujourd’hui possible. Avec un FN en voie de banalisation. Avec une droite extrêmisée que Hollande et Valls décomplexent. Avec l’autoritarisme du 49.3.

Le pire semble aujourd’hui possible. Face à la violence des licenciements, du chômage, des CDD à perpétuité, des vies empêchées, ruinées, des campements de migrants évacués sans solution, vouloir imposer « l’identité française », le burkini, l’islam, la nationalité (et sa déchéance) au cœur des débats politiques. Face au terrorisme, pour exaspérer les peurs, la fuite en avant sécuritaire, inefficace. Et sur l’écologie, surtout ne rien faire ou plutôt faire le contraire de ce que l’on proclame !

Cela doit cesser. Sans attendre. Depuis trop longtemps F. Hollande chante du Joe Dassin au Medef : « on ira où tu voudras quand tu voudras ».

Nous appelons à l’effraction citoyenne, au soulèvement du peuple de gauche qui refuse cette situation, de ce peuple arc-en-ciel où depuis toujours, pour chaque conquête sociale, toute liberté gagnée, se mêlent les socialistes qui refusent le libéralisme, les écologistes, les féministes, les communistes, les libertaires, les altermondialistes, nous tous, salariés, privés d’emploi, retraités, jeunes, rassemblés contre la loi travail, rassemblés contre le nucléaire, rassemblés contre la fermeture des usines, des maternités, des classes, des services publics qui protègent ceux qui n’ont rien, rassemblés contre le logement cher et les morts dans la rue, rassemblés contre la criminalisation des résistances sociales, des sans-papiers, des sans-emplois stigmatisés, abandonnés, rassemblés pour l’égalité des droits entre homos et hétéros...

Pour 2017, les urgences, nous les connaissons. Nous sommes d’accord sur ce qui peut faire pacte commun. D’accord, pour abroger la loi El Khomri et construire des droits protecteurs, pour augmenter fortement le Smic, les minimas sociaux et les retraites, pour que le CDI redevienne la norme, pour interdire les licenciements collectifs quand sont versés des dividendes aux actionnaires, etc… D’accord, pour renforcer l’ISF, accroître l’impôt progressif car il redistribue, refuser les dettes publiques illégitimes, ne plus admettre des revenus supérieurs à 20 fois le Smic, etc... D’accord pour booster le ferroviaire, d’accord pour une planification écologique, la sortie du nucléaire, lutter d’arrache-pied contre le réchauffement du climat, etc…D’accord pour abolir le traité budgétaire européen, renégocier les dettes en Europe, en finir avec les paradis fiscaux, accueillir les migrants, ne pas appliquer la directive européenne sur les travailleurs détachés, abandonner l’agriculture productiviste au profit d’une agriculture biologique et paysanne. D’accord pour en finir avec ces guerres perpétuelles où l’Etat français sert de vitrine aux multinationales françaises de l’armement et sert Areva, Total, etc…D’accord sur des droits nouveaux pour les salariés dans l’entreprise, des droits contre le contrôle au faciès et pour le droit de vote des étrangers, d’accord pour une 6ème République, etc... Oui, il y a beaucoup d’etc, énormément d’etc…car il y a tant d’accords.

Et pourtant, alors que la gauche antilibérale et écologique est d’accord sur l’essentiel, les candidatures se multiplient avec le risque que l’alternative à gauche devienne inaudible. Il faut se taire, s’y résigner ? Eh bien, non ! Nous ne nous résignons pas. Le peuple de gauche doit se lever, dans toutes ses couleurs, toutes ses histoires, salariés et retraités qui savent ce que perdre signifiera, féministes qui savent les reculs à venir, écologistes qui savent qu’il faut changer vite.

Nous allons proposer, construire l’union, forcer à l’union. En signant en masse cette tribune-pétition, qui dit simplement : « pour 2017, il faut une seule candidature de l’alternative à gauche, nous avons trop de points d’accord ! ». Si nous sommes des centaines de milliers à la réclamer, elle s’imposera.

Déjà localement, des convergences, des regroupements, se montent pour stopper la désunion. Le 12 novembre, nous nous retrouverons, venus de tout le pays, ensemble, dans cette convention qui fabriquera et portera une plateforme de mesures d’urgence pour la prochaine mandature. Nous ne gagnerons 2017 qu’en conjuguant nos couleurs en une seule campagne collective.

Premiers signataires : Etienne Balibar (philosophe), Jacques Bidet (philosophe), Alima Boumediene-Thiery (avocate), Patrick Braouezec (député honoraire), Pierre Cours-Salies (sociologue), Laurent Eyraud-Chaume (comédien), Robert Guédiguian (cinéaste), Alain Hayot (sociologue), Anne Jollet (historienne), Pierre Khalfa (co-président de la Fondation Copernic), Rémi Lefebvre (politiste), Ben Lefetey (militant altermondialiste), Noël Mamère (député écologiste), Philippe Marlière (politiste), Gérard Mordillat (écrivain), Jean-Pierre Petit (musicien), Dominique Noguères (avocate), Willy Pelletier (coordinateur général de la Fondation Copernic), Jean-François Pellissier (co-porte-parole d’Ensemble), Marie-Christine Vergiat (députée européenne Front de Gauche), Marie-Pierre Vieu (conseil national du PCF), Sophie Wahnich (historienne), Pierre Zarka (ancien directeur du journal L'Humanité), Malika Zediri (association chômeurs APEIS)

Lieu et horaire du samedi 12 novembre, 10 heures - 18 heures : salle des fêtes de l'Hôtel de Ville, Montreuil, place Jean Jaurès, 93 100 Montreuil / Ligne 9, station Mairie de Montreuil. Entrée libre. Venez nombreuses et nombreux !

Pour toute information, voir : http://www.appeldes100.org 

 

Cette pétition a été remise à:
  • stopdesunion@gmail.com

    désunion STOP a lancé cette pétition avec seulement une signature au départ et il y a maintenant 2 033 signataires. Lancez votre pétition pour créer le changement que vous souhaitez voir.




    désunion compte sur vous aujourd'hui

    désunion STOP a besoin de votre aide pour sa pétition “La désunion ne passera pas par moi”. Rejoignez désunion et 2 032 signataires.