Petition Closed

Dernièrement, les médias ont rapporté que monsieur Tony Clement, président du Conseil du Trésor du Canada, songe à apporter des changements non négociables au RSSFP. Ainsi, les coûts de l’assurance-maladie doubleraient pour les retraités fédéraux, ce qui inquiète et déconcerte beaucoup les aînés recevant un revenu fixe qui ont absolument besoin de soins de santé. Les retraités les plus vulnérables, ceux dont les moyens financiers sont limités et les besoins en matière de soins de santé sont importants, écoperaient le plus. Certains aînés canadiens pourraient avoir à choisir entre des soins de santé et les nécessités quotidiennes de la vie, comme la nourriture, le chauffage et le loyer.

Le gouvernement du Canada a promis à ses employés qu’il leur fournirait une pension de retraite et de l’assurance-maladie en retour pour leurs services. Les employés ont respecté leur engagement tout au long de leur carrière en servant le Canada avec honneur et dévouement. Maintenant, le gouvernement, après avoir profité des services que ses employés lui ont offerts, considère revenir sur sa promesse.

Pour en savoir davantage ou pour prendre part à la conversation, visitez le www.respectezvotrepromesse.ca.

Letter to
Président, Conseil du Trésor du Canada L'honorable Tony Clement
Le régime de soins de santé de la fonction publique (RSSFP), un programme important qui offre des prestations pour soins de santé et des services à plus de 500 000 employés fédéraux, retraités et leurs personnes à charge admissibles, régit les soins de santé auxquels les retraités fédéraux ont droit. Ce programme est financé grâce aux cotisations des participants et du gouvernement du Canada et il représente une entente conclue entre le Secrétariat du Conseil du Trésor du Canada, l’employeur, et les agents négociateurs des employés fédéraux représentés au Conseil national mixte et à l’Association nationale des retraités fédéraux.

Dernièrement, les médias ont rapporté que monsieur Tony Clement, président du Conseil du Trésor du Canada, songe à apporter des changements non négociables au RSSFP. Ainsi, les coûts de l’assurance-maladie doubleraient pour les retraités fédéraux, ce qui inquiète et déconcerte beaucoup les aînés recevant un revenu fixe qui ont absolument besoin de soins de santé. Les retraités les plus vulnérables, ceux dont les moyens financiers sont limités et les besoins en matière de soins de santé sont importants, écoperaient le plus. Certains aînés canadiens pourraient avoir à choisir entre des soins de santé et les nécessités quotidiennes de la vie, comme la nourriture, le chauffage et le loyer.

Le gouvernement du Canada a promis à ses employés qu’il leur fournirait une pension de retraite et de l’assurance-maladie en retour pour leurs services. Les employés ont respecté leur engagement tout au long de leur carrière en servant le Canada avec honneur et dévouement. Maintenant, le gouvernement, après avoir profité des services que ses employés lui ont offerts, considère revenir sur sa promesse.

Je demande que le gouvernement du Canada et le Conseil du Trésor du Canada agissent correctement et qu’ils tiennent la promesse qu’ils ont faite aux employés fédéraux, actuels et anciens, et qu’ils abandonnent tout changement qui pourrait nuire à la sécurité du revenu de retraite et des soins de santé des retraités fédéraux, incluant les changements qui devraient être apportés au régime de soins de santé de la fonction publique. Le gouvernement du Canada et le Conseil du Trésor du Canada doivent honorer et respecter le service dévoué que ses employés fournissent et que des centaines de milliers de fonctionnaires retraités ont également fourni. Ils doivent honorer la promesse qu’ils leur ont faite tout au long de leurs carrières au sein du gouvernement du Canada.