Stop à la vente d'animaux de compagnie malades !

0 a signé. Allez jusqu'à 500 !


Un foyer français sur deux possède un animal de compagnie.
Certains d'entre nous font le choix de l’acheter dans un élevage.

Et pourtant cet achat reste très aléatoire car de nombreux éleveurs vendent, en toute légalité, des animaux malades.

J'ai acheté deux chatons dans un élevage du Gers d'excellente réputation.
A la suite de fortes diarrhées sanguinolentes, une analyse de selles révèle 4 virus intestinaux graves (dont un transmissible à l'homme), virus redoutés par les éleveurs et trop bien connus par les vétérinaires.
Ces 4 virus ont la caractéristique de se développer dans un milieu à forte concentration d'animaux et se propagent par les selles.

Pour envisager une prise en charge par l'éleveur /éleveuse des frais engagés, c'est à nous, acheteurs, de prouver que l'élevage est à l'origine de la contamination.

Deux solutions s'offrent à nous :
- retrouver des personnes qui ont acquis dans le même élevage un animal malade, ce qui est quasiment impossible.
-ou alors faire appel au Ministère de l'Agriculture, via les Directions du Service Départemental Vétérinaire pour procéder à une inspection sanitaire de l'élevage ciblé.

Le Docteur Vétérinaire qui soigne mes animaux a fait un signalement à la Direction du Service Départemental Vétérinaire du Gers (DSV). Celle-ci n'a effectué ni visite, ni prélèvement, ni analyse de l'élevage d'où proviennent mes animaux.
Ces services prennent rarement en considération les signalements établis par les vétérinaires, et en cas de visite, les comptes-rendus restent confidentiels même pour le vétérinaire qui les a alertés!

Nous ne pouvons donc pas compter sur un soutien des services de l'Etat pour nous épauler dans nos démarches et les éleveurs peuvent poursuivre leur commerce et vendre des animaux malades!

Nous devons alerter et solliciter Monsieur TRAVERT, Ministre de l'Agriculture et de l'Alimentation, ainsi que Madame Karine GUILLAUME, responsable de la Brigade Nationale d'Enquêtes Vétérinaires et Phytosanitaires.

Monsieur le Ministre, Madame,
Votre ministère cherche à combattre et éradiquer dans les élevages français l'Encéphalopathie Spongiforme Bovine, la Grippa Aviaire par exemple.
Des élevages d'animaux de compagnie sont touchés par des maladies et des virus graves, comme la Péritonite Infectieuse Féline (maladie mortelle), ou le syndrome d'Immunodéficience acquise du chat (ou FIV).

Et pourtant, les Services Départementaux Vétérinaires ne participent pas, ou peu, au dépistage et à l'obligation de traitement des animaux de compagnie malades mis à la vente.

De plus et avec l'adoption de la Loi du 13 octobre 2014 et son article 42, la présomption de défaut de conformité qui était de 6 mois à compter de la vente n'est plus applicable aux ventes ou échanges d'animaux domestiques. Dès lors la charge de la preuve repose sur l'acheteur.

Comment l’acheteur peut-il apporter des preuves sans l'aide du Service Départemental Vétérinaire?

Vous avez le pouvoir et les prérogatives de réclamer à vos Services Départementaux de dépister et lutter contre les maladies qui se développent dans les élevages d 'animaux de compagnie en réclamant une visite annuelle des élevages, dans le but de :
-vérifier l'état sanitaire de l'élevage,
-vérifier l'état général de chacun des animaux de l'élevage,
-procéder à des prélèvements puis des analyses de selles des animaux,
-de répondre de manière systématique aux signalements effectués par des Docteurs Vétérinaires et de communiquer les résultats demandés.

Les acheteurs d'animaux de compagnie pourraient ainsi prendre connaissance de ces bilans annuels publics et avoir la certitude d'acheter des animaux en bonne santé.



nadine compte sur vous aujourd'hui

nadine PERROT a besoin de votre aide pour sa pétition “Karine GUILLAUME : Stop à la vente d'animaux de compagnie malades !”. Rejoignez nadine et 432 signataires.