Soutien à José FYOT et à www​.​le-thillot​.​com

0 a signé. Prochain objectif : 500 !


Suite à l’article paru le 20 février dernier « La mairie en eaux troubles » (voir http://www.le-thillot.com/2020_02_20-st-maurice-la-mairie-en-eaux-troubles....html), le conseil municipal réuni mercredi 4 mars 2020 en soirée, a décidé, sur proposition du maire, de porter l’affaire en justice, estimant que les propos de cet article sont « diffamatoires envers la directrice générale des services et le maire ».

« C’est une décision à laquelle je m’étais préparé, même si je la regrette…
Lorsque j’ai été contacté quelques jours après avoir publié un article sur « La supérette de la discorde » voir (https://www.le-thillot.com/Archives_2019/2019_12_07-st-maurice-la-superette-de-la-discorde.html) pour solliciter une rencontre, j’ai bien évidemment et comme toujours accepté cette demande. Quelques jours plus tard, cette rencontre avait lieu. Cette personne avait beaucoup de choses à dire ! Du lourd, du très lourd même, concernant le fonctionnement des services de la mairie. Pas question cependant de publier quoi que ce soit tant que ce témoignage n’était pas croisé avec d’autres. Je suis donc entré en contact avec d’autres personnes. Certaines n’avaient rien à dire qui puisse confirmer ou non ce premier témoignage, d’autres ont refusé de parler et je respecte totalement leur décision. Enfin d’autres se sont livrées, ajoutant le plus souvent de nouvelles informations à celles déjà enregistrées.
Je me suis bien évidemment posé la question : faut-il faire paraitre un article ou non ? Dans l’affirmative, je savais que je m’exposais à la réaction de la mairie.
 Pas simple pour moi, car je suis comme tout le monde : j’aime vivre tranquillement sans avoir à être dans la confrontation, voire dans le conflit. Je ne suis surtout pas un héros, je n’en ai pas la carrure… et je préfère largement ma petite vie de famille tranquille. Seulement voilà, dans la négative, c’était avec ma conscience que je me mettais en conflit. Un refus que je me serais longuement reproché et qui m’était encore plus insupportable.  J’ai donc décidé de faire ce que j’estime être mon travail et écrire cet article qui, avant publication, a fait l’objet de la validation des personnes ayant accepté de témoigner.
La réaction de la mairie a donc été officialisée hier soir au cours du dernier conseil municipal de la mandature auquel j’ai décidé de ne pas assister afin que ma présence ne puisse donner lieu à interprétation. Ce sera donc aux tribunaux de trancher sur le contenu de cet article donnant la parole à des personnes qui ont souhaité dénoncer certaines pratiques dans les services de la mairie.
 A mon tout petit niveau, je me considère comme un « lanceur d’alerte ». Comme bien d’autres, je risque donc d’avoir à subir les foudres de ceux que les personnes ayant témoigné dans cet article désignent pour leurs pratiques pour le moins contestables …
Aujourd'hui, j'ai besoin du soutien d'un maximum de personnes et je remercie par avance toutes celles qui voudront bien m'apporter le leur ».